« Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Rabat: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Série de réunions au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg    Bourita : une feuille de route de l'avenir des relations bilatérales    Le Maroc pour de nouvelles options de financement à vocation structurelle    Hausse de 173% par rapport à 2021    France : L'épreuve de feu pour Borne II    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    Liga : FC Barcelone prolonge le contrat du jeune marocain Chadi Riad    Le FUS plombe le sacre du Wydad    Covid. 11 nouveaux décès au Maroc ces dernières 24h    Covid: le ministère appelle les Marocains à effectuer « d'urgence » leur dose de rappel    Campagne agricole 2021-2022 : baisse de 69% des trois principales céréales    Phosphates et dérivés: Les exportations ont doublé à fin mai    La Bourse de Casablanca termine en nette baisse    Sahara. Nasser Bourita s'entretient avec Staffan de Mistura    Jeux marocains du sport en entreprise : De l'or pour la MDJS dans la catégorie gaming    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    L'euro au plus bas depuis 2002, l'économie de l'UE à la merci des vicissitudes internationales    Maroc/Covid-19: 3.849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Clap de fin pour le Trophée Hassan II Tbourida 2022    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    GNL. Remise en service des centrales à cycles combinés de Tahaddart et Aîn Béni Mathar    Remise en service des centrales de Tahaddart et Aîn Béni Mathar à partir du GNL importé    Températures prévues pour le mercredi 06 juillet 2022    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Medias jordaniens : la gouvernance de la migration au Maroc encadrée par une vision humanitaire et solidaire    CAN féminine 2022 : Ouganda – Maroc ce mardi soir    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    La France rapatrie 51 mineurs et femmes retenus dans des camps en Syrie    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Alerte Météo : Vague de chaleur du mercredi au samedi avec des températures allant jusqu'à 45°C    La Cedeao a un nouveau président    Météo au Maroc: les prévisions du mardi 5 juillet    Aïd al-Adha au Maroc: la demande estimée à environ 5,6 millions de têtes    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    Baccalauréat-2022 : Un taux de réussite de 97% chez les candidats non-voyants    France/Covid: la pression hospitalière augmente, le système de santé «à bout de souffle»    MM. Mayara et Talbi Alami : « La session ordinaire du parlement andin à Laâyoune, une nouvelle consécration de la marocanité du Sahara »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Face à des engagements trop ambitieux ! Qu'en est-il des moyens ?
Publié dans Albayane le 12 - 10 - 2021


Par Fairouz EL Mouden
C'est une évidence. Les objectifs annoncés dans le cadre du programme du nouveau gouvernement sont trop ambitieux. Leur réalisation dépendra, certes, des variables internes et externes. Néanmoins, le taux de croissance du PIB fixé à 4% semble loin des objectifs assignés par le nouveau modèle de développement. Abdelwahed Souhail, économiste et membre du bureau politique du PPS s'interroge sur les moyens à mobiliser pour exécuter des engagements assez forts dans un contexte national et mondial fortement impacté par les effets de la pandémie du Covid-19 et la hausse des cours des matières premières.
Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Les propos de Abdelawahed Souhail sont on ne peut clairs. Il pose la question des moyens dont le nouveau gouvernement aura besoin pour réussir les nombreux challenges qu'il s'est fixé. « Qu'est ce qu'il va mobiliser comme ressources et comme moyens... et qu'en est-il de la part de l'Etat, du privé et des capitaux étrangers dans cette équation chiffrée à 4% de taux de croissance à l'horizon des cinq prochaines années et à la création de 1 million d'emplois d'ici à 2026. « On verra plus clair à l'occasion de la présentation du projet de la loi des finances 2022 », souligne-t-il en rappelant que les prévisions mondiales tablent sur une reprise économique très forte.
Souhail préfère, toutefois, attendre pour voir comment le nouveau gouvernement va orienter ses choix. Consacrera-t-il la rationalisation des dépenses ou la promotion des investissements publics ? ou encore la réforme fiscale ou la compétitivité ? ... Autant d'interrogations qui renvoient à d'autres variables qui semblent difficiles à maitriser ou à anticiper, explique-t-il. Il cite entre autres la pluviométrie, la reprise du tourisme? Les mouvements de la population et les possibilités de sortie de crise pour les entreprises qui ont été touchées par la crise sanitaire...et aussi et surtout la cadence de réalisation des projets engagés ? Bref, conclu-t-il, il faut attendre pour voir les évolutions et les choix qui seront effectués pour arriver à réaliser des chiffres assez ambitieux et prétentieux.
Pour rappel, les grands chiffres annoncés par le chef du gouvernement devant les deux chambres tablent sur la réalisation d'un taux de croissance à 4% au cours des cinq prochaines années; la création d'au moins 1 million postes d'emploi net au cours de la même période; l'augmentation du taux d'activité des femmes à plus de 30%, au lieu de 20% actuellement et la baisse des disparités sociales et territoriales à moins de 39%, au lieu de 46,4% selon l'indice de Gini.
Les autres objectifs visent à octroyer aux personnes âgées de plus de 65 ans une pension de 1.000 dirhams à l'horizon 2026, la généralisation des allocations familiales fixées à 300 dirhams par mois pour chaque enfant dans la limite de 3 enfants et de l'indemnité pour perte d'emploi (IPE) à l' horizon 2025 à toute personne disposant d'un emploi stable. La mise en place d'une prime de naissance au profit des familles nécessiteuses de 2.000 dirhams à la naissance du premier enfant, et de 1.000 dirhams à la naissance du deuxième est un autre objectif dans le programme du gouvernement qui veut aussi accorder aux associations œuvrant dans le domaine du handicap un budget annuel de 500 millions de dirhams (MDH) et créer au moins 250.000 postes d'emploi direct à travers un programme de petits et grands chantiers publics. Au menu également l'encouragement du label « Made in Morocco » avec une production locale de 34 MMDH d'importations et un potentiel de création de plus de 100.000 emplois et la création de plus de 100.000 postes d'emploi direct et indirect dans le secteur de la pêche et de la pisciculture...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.