Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 9 Aout 2022    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Coupure temporaire de la circulation ce mercredi sur cette route    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emploi 2018/2021 : Un plan irréaliste
Publié dans Finances news le 24 - 04 - 2018

La physionomie actuelle de l'économie nationale est peu propice à la création d'emplois.
Le nouveau plan national de promotion de l'emploi serait voué à l'échec.

Pour peu que l'on s'intéresse à l'actualité économique nationale, il est assez aisé de constater que celle-ci est fortement marquée par les questions inhérentes au marché du travail et à l'emploi.
Quelques jours après la bataille des chiffres opposant le département de Moulay Hafid Elalamy à celui de Ahmed Lahlimi Alami, le Comité interministériel de l'emploi, réuni la semaine dernière à Rabat sous la présidence du chef de gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a adopté le programme exécutif du plan national de promotion de l'emploi.
Ce nouveau dispositif, pour le moins ambitieux, n'a pas manqué de susciter plusieurs interrogations auprès des experts et des observateurs. Ainsi, le nouveau dispositif vise la création d'1,2 million d'emplois. A cela s'ajoutent l'ambition de soutenir l'emploi rémunéré au profit de 500.000 chercheurs d'emploi, et l'accompagnement de la création de plus de 20.000 petites unités économiques. La préservation d'un taux d'activité supérieur à 46% constitue également une priorité pour le gouvernement.
Si du côté de l'Exécutif l'on se targue du fait que le nouveau plan national de l'emploi permettra de donner une vision claire sur les programmes à exécuter durant la période 2018-2021 et de déterminer leur planning ainsi que le coût budgétaire nécessaire à leur réalisation, il n'en demeure pas moins que les chiffres annoncés suscitent l'étonnement et incitent à pousser la réflexion sur la capacité de l'économie nationale à générer autant de postes de travail (près de 300.000 par an).

Un plan hors sol ?

Au regard de la physionomie de l'économie nationale en proie à une croissance en recul et très volatile, tout porte à croire que l'objectif de la création d'1,2 million d'emplois en l'espace de trois ans relève davantage d'un voeu pieux que de l'ordre du possible.
Interrogé par nos soins, Mehdi Lahlou, professeur d'économie à l'Institut national d'économie appliquée de Rabat (Insea) et versé dans les problématiques du marché du travail national, n'y va pas par quatre chemins. Tout en rappelant que la création de postes de travail à travers le budget général de l'Etat reste limitée, celui-ci affirme que «les objectifs précités sont de l'ordre du souhait, au mieux, et du fantasme, au pire, au regard du contexte économique».
A ce titre, il est utile de rappeler que pour l'année en cours, le taux de croissance établi par les prévisions du haut-commissariat au Plan s'élève à 2,8% (contre 4% en 2017). L'autre paramètre objectif de nature à charrier les ambitions de l'Exécutif en matière de création d'emplois est qu'un point de croissance ne crée actuellement que 15.000 emplois contre 30.000 durant les années 2000.
De plus, en 2017, l'économie nationale n'a créé que 86.000 emplois, avec en prime la faible qualification de la main-d'œuvre, le mode précaire d'insertion et un environnement de travail peu organisé et faiblement protégé. Notons dans le même temps qu'il existe un recul de création d'emplois de la part de l'industrie au profit des services à faible valeur ajoutée (services à domicile, petits commerces, etc.) et du secteur agricole caractérisé par le sous emploi et l'emploi non rémunéré.
Si l'Exécutif revendique une vision claire sur la question de l'emploi, notre interlocuteur pointe du doigt l'absence d'une vision stratégique de développement économique viable et crédible à court et moyen terme permettant de générer suffisamment de postes de travail. Faudrait-il rappeler à ce titre que le modèle de développement critiqué par le Roi, prévaut pour l'instant avec son cortège d'incohérences. ■


Quelles conséquences politiques ?
Dans l'optique d'assurer le succès du plan précité, plusieurs groupes ont été créés. Ceux-ci concernent le soutien à la création de l'emploi, l'adaptation de l'éducation et de la formation aux besoins du marché du travail, l'intensification des programmes actifs de l'emploi et le soutien de la médiation. A cela s'ajoutent d'autres entités concernant l'amélioration des conditions de travail, le soutien de la dimension régionale dans l'emploi.
Ceci dit, tout l'enjeu est d'appréhender les conséquences politiques pour la majorité gouvernementale en cas d'échec par rapport aux nouveaux objectifs concernant l'emploi à l'horizon 2021. Aussi surprenant que cela puisse paraître, à en croire le professeur de l'Insea, la population est indulgente envers les échecs économiques et sociaux des différents gouvernements dirigés par le parti de la lampe. Pour preuve, en dépit des promesses non tenues des gouvernements Benkirane I et II concernant le recul du taux de chômage à 7%, un taux de croissance de 7% du PIB en fin de mandat et un Smig revalorisé à 3.000 DH, le parti de la justice et du développement a remporté les dernières élections législatives de 2016.
Ce qui amène à penser que la dimension idéologique prend le pas sur les réalisations économiques et sociales. En définitive, l'insuccès quasi certain du nouveau programme de l'emploi aura visiblement peu d'impact politique dans la perspective des prochaines échéances électorales. ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.