Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Barbade quitte la Couronne britannique et élit sa présidente
Publié dans Albayane le 25 - 10 - 2021


Nabil EL BOUSAADI
Le divorce constitutionnel, précédemment annoncé par Sandra Mason, la gouverneure-générale de La Barbade, sera consommé d'ici fin Novembre et ce micro-Etat des Caraïbes va être affranchi de la sujétion à la couronne britannique et érigé en république.
Dans son intervention de ce mardi dans le cadre de la rentrée parlementaire, Mme Sandra Mason, qui est la représentante officielle de la Reine d'Angleterre, a affirmé qu'après avoir « obtenu son indépendance, il y a plus d'un demi-siècle (La Barbade) ne peut nourrir aucun doute sur ses capacités à s'autogérer (et que) l'heure est venue de dire adieu (au) passé colonial (car) les Barbadiens veulent un chef d'Etat barbadien ». Elle ajoutera que la séparation avec la Couronne britannique qui est « l'affirmation de la confiance » des Barbadiens en leurs capacités, va permettre au pays de conquérir sa « pleine souveraineté » et d'être érigé au rang de république le 30 novembre 2021, jour de la célébration du 55ème anniversaire de l'indépendance de La Barbade.
Au cours de cette cérémonie durant laquelle Mme Sandra Mason, la gouverneure générale, a été élue à l'unanimité par le Parlement local en tant que première présidente de La Barbade bien qu'elle ne puisse prendre ses fonctions que le 30 novembre 2021 quand le pays sera officiellement érigé en République, l'empreinte du Royaume-Uni était très apparente puisque cette dernière ne faisait que lire le « discours du trône » de la première ministre barbadienne, Mia Mottleyn, selon un cérémonial fastueux très codifié et ancré dans une tradition séculaire, comme a coutume de le faire la Reine d'Angleterre, à Westminster, quand elle dévoile le programme du gouvernement.
Mais si, avant la fin de cette année, Elizabeth II va perdre sa souveraineté sur La Barbade qui est l'un des derniers royaumes du Commonwealth, le porte-parole du palais de Buckingham a reconnu, néanmoins, que cette décision relève « des autorités et de la population de La Barbade ».
Or, même en s'affranchissant de la Couronne britannique, la Barbade restera, tout de même, dans le Commonwealth, cette « grande famille d'outre-mer » présidée par Elizabeth II aujourd'hui plus forte que jamais après que, dans le cadre du Brexit et pour prendre le relais des quarante-sept années d'ancrage à l'Europe, le Premier ministre Boris Johnson l'ait placée en « pôle position » dans son grand projet libre-échangiste de cette Grande-Bretagne mondiale (Global Britain) qui se voudrait résolument tournée vers le reste du monde.
Force est de reconnaître, par ailleurs, que la volonté de La Barbade de couper le cordon monarchique n'est pas « isolée » dès lors qu'elle s'inscrit dans ce mouvement général d'émancipation des anciennes colonies britanniques des Antilles qui avait déjà permis à la République Dominicaine, à Trinidad et Tobago et à Guyana de s'ériger en républiques en s'affranchissant de la tutelle de la Couronne britannique ; un processus qui va permettre à la Jamaïque de leur emboîter le pas, incessamment, conformément au souhait de son Premier ministre Andrew Holness qui en a fait une priorité de son gouvernement.
Mais il y a lieu de préciser, toutefois, que, pour l'heure, en plus du Royaume-Uni, la Reine Elizabeth II est la cheffe d'Etat des 14 nations ci-après : Antigua-et-Barbuda, Australie, Bahamas, Bélize, Canada, Grenade, Jamaïque, Nouvelle-Zélande, Papouasie-Nouvelle Guinée, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Salomon et Tuvalu.
Enfin, si La Barbade avait obtenu son indépendance en 1966 et que l'idée d'instaurer une république avait émergé au début des années soixante-dix, ce n'est qu'à la fin des années quatre-vingt dix, qu'une commission chargée de la révision constitutionnelle a formellement validé cette hypothèse.
Ainsi, la Cour de Justice de La Barbade qui siège à Londres va devoir être transférée à Bridgetown, la capitale de ce micro-Etat de 287.000 habitants dont l'économie, fondée sur le tourisme – notamment les croisières et la finance off shore – est tournée vers Miami et New York avec comme devise « le dollar barbadien » qui colle au cours du billet vert.
Enfin, en n'ayant pas officiellement réagi à ce « Queenxit », Sa Majesté voudrait-elle dire au monde entier qu'à l'âge de 94 ans et après 68 ans de règne, elle voudrait laisser s'effacer, d'elle-même, cette bizarrerie de l'histoire coloniale de son pays ?
Il semblerait bien que ce soit le message qu'elle voudrait adresser à la communauté internationale mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.