Installation des membres de la Commission des droits de l'Homme de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Le PLF 2021 donne un tout petit coup de pouce à l'emploi    COMMISSION SPECIALE POUR LE NOUVEAU MODÈLE DE DEVELOPPEMENT – GARE À LA DESILLUSION!    Le prodige du football marocain, Achraf Hakimi, testé positif au Covid-19    Les échanges interbancaires enregistrent une hausse de 7% en 2019    Colombie: Les indigènes se mobilisent contre le Président Ivan Duque    Vidéo – Aléas du direct : Un séisme fait trembler la Première ministre islandaise    Palestine : Poursuite du dialogue national Fatah - Hamas jusqu'à réconciliation globale    France: Gérald Darmanin accuse Edwy Plenel de Mediapart de « lâcheté intellectuelle »    Relance économique : le BTP retrouve sa dynamique    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mercredi 21 octobre    L'UNESCO révèle la face cachée du trafic de biens culturels    Samir Cherfan, vice-président PSA Moyen-Orient/Afrique : « Il y a un potentiel important au Maroc pour la voiture électrique Citroën Ami »    France: le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence sanitaire    Tétouan : Couvre-feu nocturne réinstauré à partir de ce mercredi    Tanger : sept cas de contaminations au Covid-19 à la Faculté de Médecine    El Ahly-WAC: nouvelle décision de la CAF    Un mouvement de forte protestation    Non à l'indécision    Quand les zones Bour vont toute l'économie va!    Le Zamalek accepte de reporter la rencontre face au Raja    Pyramids FC rejoint la Renaissance de Berkane en finale    Adieu Mohamed Laftouhi    La nouvelle stratégie agricole au centre des préoccupations    Liquidation de la retraite. Les Parlementaires veulent leur pognon    Populisme ... non populaire    Communiqué du BP du mardi 20 octobre 2020    Fès: un individu impliqué dans un réseau de trafic de drogue et de psychotropes    Inédit : Une application anti-violence numérique    Le marché automobile européen repart à la hausse en septembre    Liberté d'une image culturelle à une autre    Cheb Kader lance «Liyem»    Le musée Yves Saint Laurent à Marrakech rouvre ses portes dès ce 21 octobre    L'épopée d'Abdelkrim Khattabi utile à toute époque    Alerte météo: les villes où il va pleuvoir mercredi et jeudi au Maroc    Mitchell Prather : « L'accès au financement reste la priorité des innovateurs et entrepreneurs marocains »    Comment la Turquie dame le pion à la France en Afrique    Dounia Batma s'exprime après son accouchement (PHOTOS)    La CAF valide le report de la demi-finale « retour » Zamalek/Raja    Les Français ne décolèrent pas contre le New York Times    Finances publiques : Légère atténuation du déficit budgétaire en 2021    Le coronavirus s'invite chez Benkirane (PHOTO)    Sahara: le Burkina Faso réaffirme son soutien au plan marocain d'autonomie    Champions League : tous les résultats (VIDEOS)    Ce que nous vivons: ouvrage collectif autour de la pandémie du Covid-19    Subvention des projets artistiques: Les précisions du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Barbade déclenche son «Queenxit»
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2020

On raconte qu'en 1936, alors qu'il se trouvait sur son lit de mort, le roi George V, voulant s'en aller l'âme apaisée, avait demandé à ses proches «Comment va l'Empire ?». Ces derniers l'ayant rassuré, c'est en étant profondément soulagé que le monarque s'en alla rejoindre l'empire des morts. Or, si la même question était posée aujourd'hui à sa petite-fille Elizabeth II, cette dernière n'aurait pas d'autre alternative que celle de répondre, d'un air courroucé, que «l'empire va mal».
En effet, l'empire britannique va mal. Il va même très mal depuis que le 15 septembre dernier, lors du discours de rentrée du parlement local de Bridgetown, Sandra Mason, la gouverneure générale et, de facto, la cheffe d'Etat de La Barbade et représentante officielle de la Reine d'Angleterre dans l'île, estimant que «le temps est venu» de se débarrasser du passé colonial britannique, a, officiellement, évoqué son intention de transformer La Barbade en république. Elle entendrait donc faire quitter à La Barbade la Couronne britannique au motif que cette dernière, qui a «accédé à l'indépendance depuis plus d'un demi-siècle, peut, désormais et sans l'ombre d'un doute, s'autogouverner». Elle ajoutera même que cette transition «serait achevée avant le 55ème anniversaire de l'indépendance de l'île, le 30 novembre 2021».
Cette volonté de couper le cordon monarchique n'est pas « isolée ». Elle s'inscrit, en effet, dans ce mouvement général d'émancipation des anciennes colonies britanniques des Antilles qui avait déjà permis à la République Dominicaine, à Trinidad et Tobago et à Guyana de s'ériger en républiques en s'affranchissant de la tutelle de la Couronne britannique et elle va permettre à la Jamaïque de leur emboîter le pas, incessamment, conformément au souhait de son Premier ministre Andrew Holness qui en a fait une priorité de son gouvernement.
Pour rappel, si La Barbade a obtenu son indépendance en 1966 et que l'idée d'instaurer une république avait émergé au début des années soixante-dix, ce n'est qu'à la fin des années quatre-vingt dix, qu'une commission chargée de la révision constitutionnelle a formellement validé cette hypothèse.
Or, même si elle s'affranchit de la Couronne britannique, la Barbade restera, néanmoins, dans le Commonwealth, cette «grande famille d'outre-mer» présidée par Elizabeth II aujourd'hui plus forte que jamais après que, dans le cadre du Brexit et pour prendre le relais des quarante-sept années d'ancrage à l'Europe, le Premier ministre Boris Johnson l'ait placée en «pôle position» dans son grand projet libre-échangiste de cette Grande-Bretagne mondiale (Global Britain) qui se voudrait résolument tournée vers le reste du monde.
Pour en revenir à La Barbade, il y a lieu de signaler qu'outre l'élection d'un président, sa Cour de justice qui siège à Londres va devoir être transférée à Bridgetown, la capitale de ce micro-Etat de 287.000 habitants dont l'économie, fondée sur le tourisme – notamment les croisières et la finance off shore – est tournée vers Miami et New York avec comme devise « le dollar barbadien » qui colle au cours du billet vert.
Enfin, le fait même que la Reine Elizabeth II n'ait pas officiellement réagi à ce «Queenxit» et que Buckingham Palace se soit contenté d'affirmer que cette décision concerne «le gouvernement et le peuple de La Barbade» est la preuve qu'à l'âge de 94 ans et après 68 ans de règne, Sa Majesté veut laisser s'effacer, d'elle-même, cette bizarrerie de l'histoire coloniale de son pays. Qu'en diront ses successeurs ? Attendons pour voir...
Nabil El Bousaadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.