De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ma famille afghane» est un regard sur la confrontation des cultures et l'acceptation de l'autre »
Publié dans Albayane le 11 - 05 - 2022


Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
«Ma famille afghane», long métrage d'animation de la réalisatrice franco-tchco-slovaque Michaela Pavlatova, a été projeté en avant-première dans le cadre de la compétition officielle du FICAM. Le film relate l'histoire de Herra, jeune femme d'origine tchèque, qui a fait le choix de tout quitter pour rejoindre son mari afghan, Nazir. De la République Tchèque à Kaboul, le personnage nous projette dans deux univers, deux peuples, deux cultures et deux réalités différents. Ainsi, c'est à travers les yeux de Herra que les amoureux du cinéma d'animation ont découvert une facette, des facettes de la société afghane et ses bouleversements. Dans ce film, la réalisatrice donne la parole aux femmes pour s'exprimer sur leurs envies et souffrances au quotidien. Rencontre avec le producteur du film, Ron Dyens ayant reçu de nombreux prix prestigieux en courts-métrages, entre autres, Palme d'Or, Lion d'Or et Ours d'Argent. Les propos.
Al Bayane : L'histoire de Herra est bouleversante. Elle y mette en effet, les projecteurs sur une européenne ayant tout quitté pour aller vivre en Afghanistan. Qu'avez-vous trouvé d'originel dans cette intrigue ?
Ron Dyens : Le personnage quitte la République tchèque, où elle a ses points de repère pour aller au final à l'inconnu et se mettre en danger. C'était aussi cet envie d'aller découvrir des choses différentes qui ne sont pas nécessairement meilleures ; surtout qu'elle ne vit pas toute seule. C'est un regard différent, une sensibilité à faire découvrir au public à travers les images et le cinéma.
Le film a donné beaucoup plus la parole aux femmes. Est-il un choix sachant que les femmes, dans une telle société, souffrent de cette domination proprement masculine ?
C'est une histoire qui a été écrite et réalisée par une femme. Donc, c'est un point de vue féminin. Je pense aussi qu'il a donné un peu plus de légitimité. Car, si le scénario avait été écrit et réalisé par un homme ; il serait difficile de parler au nom des femmes. Ce n'est pas du tout la même chose. Et tant mieux parce que le point de vue des hommes est déjà dominant d'une certaine manière dans son expression.
Que pensez-vous du choix du graphisme du film ? À votre avis, est-il assez facile d'en proposer un autre à la réalisatrice ?
Je connaissais déjà ce qu'elle faisait parce qu'on a fait du court-métrage ensemble. Graphiquement, j'apprécie son travail, et, au final, je le trouvais très cohérent par rapport à l'histoire. En fait, c'est très compliqué de demander à un réalisateur de changer son style graphique. Surtout quand on a l'habitude de faire des dessins ainsi.
Le film aura-t-il une chance d'être programmé dans les salles au Maroc?
J'ai un ami qui vivait en France et qui dirige aujourd'hui plusieurs cinémas au Maroc. Il est en effet intéressé à prendre le film en exploitation par Ciné-Atlas. Donc, le film sortira peut être dans les salles au Maroc. Je pense que c'est important que ce film soit projeté au Maroc, vu son histoire autour de l'humain qui pourrait se passer en Afghanistan, en France, au Maroc ou d'autres pays. C'est la confrontation des cultures et l'acceptation des différences de l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.