Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un héritage ancestral de grande richesse
Publié dans Albayane le 30 - 06 - 2022


Par Driss Lyakoubi
Le visiteur de la Corée du Sud ne peut rester insensible à sa richesse culturelle et artistique. En effet, le pays du matin calme, qui célèbre cette année le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques avec le Maroc, recèle un trésor immatériel inépuisable.
A titre illustratif, la calligraphie coréenne, au-delà de sa dimension esthétique, elle constitue un marqueur identitaire. Importée par la Chine au IIe siècle, ce n'est qu'à partir du VIIe siècle que cet art de l'écriture évolue au rang d'art. La calligraphie coréenne a réussi à imposer son style, par la beauté des lignes et des formes et l'énergie qui se dégage des coups de pinceau et les nuances subtiles d'encre.
Procédant à une petite démonstration en faveur de journalistes et de correspondants de différents pays, Kim Ki-Dong, président de l'association nationale de la calligraphie coréenne a montré l'étalage de l'étendue de son inépuisable talent. Utilisant ce que l'on appelle les quatre trésors du lettré : le bâton d'encre, la pierre plate, le papier coréen et le pinceau, sa démonstration débuta par l'apprentissage de la façon de tenir du pinceau, les traits incitatifs, la force de coup de pinceau, le chemin des traits. Le travail a été couronné par l'écriture de petits textes, fondamentalement poétiques.
Dans une déclaration au « Matin », le célèbre calligraphe coréen a révélé que dès le XVe siècle, à l'invention du « hangeul » par le Roi Sejong, la calligraphie s'adapte au nouveau mode d'écriture coréenne, qui jusque-là se faisait en hanja, les caractères chinois. Elle évolua progressivement à travers le hangeul, créant ainsi la calligraphie purement coréenne que l'on connaît aujourd'hui. « Notre objectif, précise-t-il, est de perpétuer cette tradition scripturale à travers l'organisation d'ateliers et de rencontres en faveur des générations montantes. » Un pari apparemment réussi, puisque le nombre des passionnés et apprenants de la calligraphie ne cesse de prendre de l'ampleur. A souligner, à cet égard, que Maître Kim Ki-Dong a écrit 26 livres consacrés à la calligraphie coréenne.
A travers les œuvres artistiques réalisées par ce grand maître de l'art de l'écriture coréenne, on constate que la maîtrise d'une technique de calligraphie demande un entraînement long et constant. Si cette pratique paraît simple à première vue, elle demande de la rigueur et une grande maîtrise de soi. La calligraphie requiert un savoir-faire, allant de la manière de tenir le pinceau au mouvement du corps lors de l'écriture. Le pinceau doit toujours être tenu à la perpendiculaire du papier, et le poignet n'effectue aucun mouvement, c'est le bras et l'épaule qui font le travail. Chaque espace est équilibré et les traits sont peints dans une grande simplicité. A travers l'encre et le pinceau, on apprécie l'harmonie du vide et du plein. N'a-t-on pas dit que « Ce qui fait la beauté d'un mot, c'est son sens et sa calligraphie ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.