Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coupe de France: Nayef Aguerd de retour dans le groupe dijonnais    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    PAM : Abdesslam Boutayeb annonce sa candidature au poste de Secrétaire général du parti    Marathon international de Marrakech: Victoire de Hicham Laquahi    Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Aït Bennasser : On verra pour mon avenir en fin de saison    Rumeurs de nouveaux compteurs électriques, le démenti formel de l'ONEE    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Football féminin : Le Maroc affronte la Tunisie en amical    Hand-CAN 2020 : Le Maroc décroche son billet pour le Mondial    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Conférence initiée par la CDG à Rabat : De la transformation structurelle pour booster la croissance    Décès d'une détenue au centre hospitalier Al Ghassani de Fès : la mise au point de la DGAPR    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elle égorge son mari qui l'accuse de l'avoir trompé
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 02 - 2013

Nous sommes à Tanger. A l'hôpital Mohammed V, Mohamed. Y., âgé de quarante-quatre ans, est alité ce lundi 4 février au service de réanimation. Son état est jugé critique. Les médecins tentent de le sauver, mais cela semble difficile. Il n'est ni diabétique ni cardiaque..., mais victime d'une tentative de meurtre. Midi sonne. Les médecins sont à son chevet. Ils font leur possible pour qu'il reste en vie. Mais en vain. Ils n'y arrivent pas, puisque quelques minutes plus tard Mohamed rend l'âme. Son cadavre est évacué à la morgue en attendant qu'il soit autopsié.
Cinq jours plus tôt, jeudi 31 janvier, dans la nuit, le téléphone de la salle de trafic à la préfecture de police sonne. A l'autre bout du fil, la voix d'une femme, qui semble être plongée dans une hystérie étrange, confie avoir égorgé son mari. Les questions du policier chargé de la salle de trafic pleuvent ainsi que les réponses. Il apprend que la femme parle de chez elle au quartier Dradeb. Le policier note l'adresse et alerte ses supérieurs. Rapidement, les éléments de la brigade criminelle qui est en permanence se dépêchent sur le domicile indiqué. Ils y rentrent. Ils se retrouvent devant une jeune femme assise sur un divan. Bref, elle attendait leur arrivée. Sur le lit, son époux, égorgé et gisant dans une mare de sang. Seulement, il est encore en vie. Une ambulance arrive. Mohamed est évacué vers les Urgences de l'hôpital.
Au commissariat, la femme de Mohamed, âgée de trente-huit ans, est en garde à vue. Elle est soumise aux interrogatoires. Pourquoi a-t-elle commis son crime ? Elle était enceinte quand son mari, Mohamed, a été arrêté pour un crime. Alors qu'il purgeait sa peine d'emprisonnement, elle a accouché d'un bébé. Les mauvaises langues lui ont dit qu'elle le trompait. Relaxé, il la violentait tout en la traitant de prostituée qui l'avait trompé. Il a même nié que cet enfant soit le sien. L'épouse a tenté de le convaincre qu'elle ne l'a jamais trompé. Peine perdue. Enfin, elle ne le supportait plus et a décidé de se venger.
La nuit du jeudi 31 janvier, Mohamed était plongé dans un profond sommeil. Tout d'un coup, sa femme a saisi un couteau et a commencé à l'égorger... Elle a tout avoué avant d'être traduite, jeudi dernier, devant le parquet général près la Cour d'appel de la capitale du détroit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.