Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le criquet, plus menaçant que jamais
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 03 - 2004

Plusieurs signes indiquent la recrudescence de la menace acridienne. La FAO parle d'une “situation extrêmement préoccupante“ et appelle à la mobilisation internationale contre un insecte qui met en danger la sécurité alimentaire dans de nombreux pays. Le Maroc est au premier rang des pays sur lesquels pèse cette menace.
Le criquet menace la sécurité alimentaire de l'Afrique du Nord. L'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a tiré la sonnette d'alarme. Elle a jugé “extrêmement préoccupante“ la menace des criquets pèlerins et mis en garde contre la possibilité d'une “invasion généralisée“.
Le Maroc est au premier rang des pays sur lesquels pèse cette menace. En dépit d'une lutte acharnée, de moyens humains et matériels considérables, “la situation acridienne demeure très inquiétante au Maroc, et nous redoutons tous un fléau national“, déclare à ALM un responsable au ministère de l'Agriculture. Au Poste central de Coordination de la Lutte antiacridienne (PCCLA), basé au groupement aérien de la Gendarmerie Royale à Rabat, les consignes sont martiales : ne rien dire. Un communiqué est diffusé chaque semaine pour dresser, laconiquement, l'état des lieux. Pourtant, les fuites laissent entendre que les mille hommes qui luttent d'arrache-pied contre les acridiens sont insuffisants pour arrêter leur avancée.
Le dernier communiqué du PCCLA date de mardi. Il précise que 514 855 ha ont été traités jusqu'au 21 mars. Les régions concernées par les opérations sont principalement Bouarfa, Errachidia, Ouarzazate, Smara, Dakhla, Bir Anzarane, Boukraa, Lâayoune, Ait Melloul et Tata. En somme, des villes situées à l'est et au sud du pays. Le PCCLA ajoute que les actions de traitement contre les criquets se poursuivent actuellement avec une cadence quotidienne de près de 16 000 ha. La FAO loue les actions du Maroc. Le communiqué de cette agence onusienne, établie à Rome, souligne que des opérations de lutte aérienne et terrestre intensives sont en cours au Maroc. Elles visent des essaims en ponte dans les aires de reproduction printanière de la vallée du Drâa. Toutes les craintes viennent de là. Si ces œufs venaient à éclore, il faudrait redouter le pire. Rien ne peut entraver la progression des jeunes criquets dont la voracité est inépuisable. Et justement, la superficie de larves traitée sur le sol marocain, soit 37 096 ha, en dit long sur les risques d'invasions futures.
Les risques d'éclosions de bandes larvaires ne sont pas les seuls à redouter. Selon la FAO, il faut s'attendre, dans les prochaines semaines, à l'arrivée au Maroc et en Algérie de nouveaux essaims en provenance du nord de la Mauritanie. Dans ce pays, les bandes larvaires n'ont pas été suffisamment traitées, parce que les moyens de lutte antiacridienne dont dispose ce pays ont été épuisés. La FAO a lancé un appel d'urgence aux bailleurs de fonds pour collecter un montant de 6 millions de dollars, afin de poursuivre et renforcer les opérations de lutte en Mauritanie. Elle a également réclamé 3 millions de dollars supplémentaires pour le Mali, le Niger et le Tchad.
“L'assistance de la communauté internationale est indispensable dans les meilleurs délais pour éviter qu'une invasion ne se développe“, souligne l'organisation onusienne. Si les opérations de prospection et de lutte contre les criquets ralentissent ou s'interrompent en Afrique du nord-ouest au cours des prochains mois, de nouveaux essaims se formeront et se déplaceront vers le Sahel, en Afrique de l'ouest, au début de la prochaine saison des pluies. La FAO avertit que “les conséquences seraient dramatiques pour la sécurité alimentaire de la région“.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.