Clasico: la victoire du Real face au Barça en vidéo    Nador: des candidats à l'immigration clandestine déposent une plainte pour escroquerie    Covid-19: la France bat un nouveau record de contaminations    Météo: le temps prévu ce dimanche au Maroc    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fiancé escroc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2003

Abdelkader s'arrange toujours pour charmer de jeunes demoiselles à qui il fait miroiter un possible mariage. En fait, il a besoin d'argent et les escroque en leur disant qu'il a besoin d'un complément pour verser un acompte en vue de l'achat d'un appartement.
A 28 ans, Nadia continue de refuser les demandes en mariage. Et ce pour la simple rasion qu'aucun des jeunes hommes qu'elle rencontre ne lui semble sérieux.. Elle remarquait qu'ils ne voulaient que passer du bon temps avant de disparaître, sans donner signe de vie. A chaque fois que l'un de ces jeunes hommes la croisait, il lui promettait monts et merveilles avant de lui demander de l'accompagner «pour boire un verre de thé à la maison».
Par contre, Abdelkader,l'a impressionné. Il ne ressemble pas à ces jeunes hommes qui ne pensent qu' à l'attirer dans leur lit. Il lui semble très sérieux, au point qu'elle ne veut plus le quitter. Quand il l'a croisée pour la première fois, il y a quelques mois, au moment où elle s'acheminait à destination de son travail, il n'a pas perdu beaucoup de temps pour la convaincre de le rencontrer dans un café du quartier des Roches Noires à Casablanca. Ils s'y sont attablés sans échanger le moindre propos, comme si chacun d'eux cherchait le mot qui convient. «Je souhaite rencontrer une fille sérieuse, parce qu'elles sont devenues très rares au point qu'on pense qu'il n'y en a plus…», a-t-il commencé par dire. Et il a continué à lui parler de ses principes et de ses pensées au point de la plonger dans un océan de rêves. Elle ne pense désormais plus qu'à lui, à ses mots, à son élégance. « Je suis un haut responsable dans une banque et je touche plus de dix mille dirhams par mois », lui a-t-il dit une fois alors qu'ils étaient dans un café du centre-ville. Elle est restée bouche bée. «Un million de centimes ! », s'est-elle exclamée. Elle n'avait jamais rêvé rencontrer un jeune homme qui perçoit une telle somme, alors qu'elle ne touche chaque fin de mois qu'une misère de 1.200 dirhams. Depuis, elle a pensé quitter son travail une fois mariée avec Abdelkader. «Pourquoi travaillerais-tu ?», lui avait-il demandé. Elle était très heureuse de son sort. «C'est la première fois que la chance me sourit»,se disait-elle. Il l'amenait à chaque rencontre à un guichet automatique pour retirer au moins 500 dirhams. Et quand ils se séparaient, il n'hésitait pas à lui tendre au moins un billet de 50 dirhams comme frais de transport. Un mois plus tard, il lui a expliqué qu'il pense à se préparer au mariage. Et ils ont commencé à parler de la nuit de noces. «Je n'ai pas un sou pour financer les cérémonies de la nuit de noces», lui a-t-il avoué. Raison invoquée : il a versé un acompte pour l'achat d'un appartement au quartier Bourgogne. «Et j'ai besoin d'une autre somme pour recevoir les clés le plutôt possible», lui a-t-il ajouté, tout en tentant de la convaincre de penser à avoir les clés de l'appartement que de perdre l'argent durant une seule nuit. Et il est arrivé à la persuader. Seulement, elle n'est pas arrivée à convaincre sa mère qui ne rêve, comme les autres mères, que des cérémonies de la nuit de noces. Traditions obligent. La solution ? Nadia a proposé à son futur mari d'attendre quelques mois pour convoler en justes noces afin de pouvoir lui verser 20 mille dirhams qu'elle avait épargnés durant des années. Abdelkader a accepté la proposition et a empoché l'argent pour ne plus donner signe de vie. S'adressant à la police deux semaines plus tard, Nadia a appris qu'elle n'était pas sa seule victime et qu'il avait filouté pas moins de six autres jeunes filles qui rêvaient de se marier. A chacune d'elle, il a subtilisé une importante somme après leur avoir prétendu en avoir besoin pour finir l'acompte nécessaire à l'achat d'un appartement. Mais la réalité est qu'il n'est ni cadre dans une banque de la place, ni fonctionnaire dans une administration. Il n'est qu'un petit escroc qui jouait son rôle à la perfection avant son arrestation, dimanche dernier, et sa comparution devant la justice à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.