Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fiancé escroc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2003

Abdelkader s'arrange toujours pour charmer de jeunes demoiselles à qui il fait miroiter un possible mariage. En fait, il a besoin d'argent et les escroque en leur disant qu'il a besoin d'un complément pour verser un acompte en vue de l'achat d'un appartement.
A 28 ans, Nadia continue de refuser les demandes en mariage. Et ce pour la simple rasion qu'aucun des jeunes hommes qu'elle rencontre ne lui semble sérieux.. Elle remarquait qu'ils ne voulaient que passer du bon temps avant de disparaître, sans donner signe de vie. A chaque fois que l'un de ces jeunes hommes la croisait, il lui promettait monts et merveilles avant de lui demander de l'accompagner «pour boire un verre de thé à la maison».
Par contre, Abdelkader,l'a impressionné. Il ne ressemble pas à ces jeunes hommes qui ne pensent qu' à l'attirer dans leur lit. Il lui semble très sérieux, au point qu'elle ne veut plus le quitter. Quand il l'a croisée pour la première fois, il y a quelques mois, au moment où elle s'acheminait à destination de son travail, il n'a pas perdu beaucoup de temps pour la convaincre de le rencontrer dans un café du quartier des Roches Noires à Casablanca. Ils s'y sont attablés sans échanger le moindre propos, comme si chacun d'eux cherchait le mot qui convient. «Je souhaite rencontrer une fille sérieuse, parce qu'elles sont devenues très rares au point qu'on pense qu'il n'y en a plus…», a-t-il commencé par dire. Et il a continué à lui parler de ses principes et de ses pensées au point de la plonger dans un océan de rêves. Elle ne pense désormais plus qu'à lui, à ses mots, à son élégance. « Je suis un haut responsable dans une banque et je touche plus de dix mille dirhams par mois », lui a-t-il dit une fois alors qu'ils étaient dans un café du centre-ville. Elle est restée bouche bée. «Un million de centimes ! », s'est-elle exclamée. Elle n'avait jamais rêvé rencontrer un jeune homme qui perçoit une telle somme, alors qu'elle ne touche chaque fin de mois qu'une misère de 1.200 dirhams. Depuis, elle a pensé quitter son travail une fois mariée avec Abdelkader. «Pourquoi travaillerais-tu ?», lui avait-il demandé. Elle était très heureuse de son sort. «C'est la première fois que la chance me sourit»,se disait-elle. Il l'amenait à chaque rencontre à un guichet automatique pour retirer au moins 500 dirhams. Et quand ils se séparaient, il n'hésitait pas à lui tendre au moins un billet de 50 dirhams comme frais de transport. Un mois plus tard, il lui a expliqué qu'il pense à se préparer au mariage. Et ils ont commencé à parler de la nuit de noces. «Je n'ai pas un sou pour financer les cérémonies de la nuit de noces», lui a-t-il avoué. Raison invoquée : il a versé un acompte pour l'achat d'un appartement au quartier Bourgogne. «Et j'ai besoin d'une autre somme pour recevoir les clés le plutôt possible», lui a-t-il ajouté, tout en tentant de la convaincre de penser à avoir les clés de l'appartement que de perdre l'argent durant une seule nuit. Et il est arrivé à la persuader. Seulement, elle n'est pas arrivée à convaincre sa mère qui ne rêve, comme les autres mères, que des cérémonies de la nuit de noces. Traditions obligent. La solution ? Nadia a proposé à son futur mari d'attendre quelques mois pour convoler en justes noces afin de pouvoir lui verser 20 mille dirhams qu'elle avait épargnés durant des années. Abdelkader a accepté la proposition et a empoché l'argent pour ne plus donner signe de vie. S'adressant à la police deux semaines plus tard, Nadia a appris qu'elle n'était pas sa seule victime et qu'il avait filouté pas moins de six autres jeunes filles qui rêvaient de se marier. A chacune d'elle, il a subtilisé une importante somme après leur avoir prétendu en avoir besoin pour finir l'acompte nécessaire à l'achat d'un appartement. Mais la réalité est qu'il n'est ni cadre dans une banque de la place, ni fonctionnaire dans une administration. Il n'est qu'un petit escroc qui jouait son rôle à la perfection avant son arrestation, dimanche dernier, et sa comparution devant la justice à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.