Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    E-commerce : 12,8 millions d'opérations pour 4,6 MMDH à fin juin    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La folie des grands taxis à Casablanca
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 03 - 2002

Plus de 7100 taxis blancs encombrent les rues Casablancaises. Ils allègent la crise de transport en commun mais ils provoquent en parallèle des accidents et des embouteillages monstres.
Environ 7100 taxis blancs sillonnent les boulevards de Casablanca. Ils allègent, certes, la crise du transport à l'intérieur de la capitale économique, mais, force est de constater que leur délabrement, le non-respect du code de la route par leurs conducteurs et l'excès de vitesse mettent en péril la vie des usagers qui ne peuvent pourtant pas s'en passer.
Aux alentours de l'avenue Mohammed V, l'intersection avec le boulevard Hassan II, certains conducteurs de ces engins blancs bloquent carrément la circulation, notamment pendant les heures de pointe. Les lieux en question sont exploités comme des « places de taxis » avec des courtiers qui crient à haute voix, à gauche et à droite. On dirait qu'on est dans un petit village et non pas au centre de la capitale économique du pays.
L'état de la majorité de ces engins blancs, communément appelé par les Casablancais, « vache folle », laisse à désirer. Il s'agit d'une carcasse à quatre roues, ni plus ni moins, sans aucun confort pour les clients ni encore la sécurité pour eux et pour les autres. Les conducteurs, qui se plaignent du coût de la vie élevé et les nombreux engagements qui les accablent, mensualités de la voiture acquise à crédit, agrément, diesel, frais quotidiens, pièces de rechange et bien d'autres contraintes, font fi du code de la route et des lois en vigueur. Le temps c'est de l'argent, disent-ils pour expliquer l'excès de vitesse. Au diable donc la sécurité des usagers de ce moyen de transport.
Les chauffeurs de taxis, petits ou grands, doivent être normalement des professionnels de la conduite, avant d'avoir le permis de confiance pour exercer le métier de conducteur de taxi. Mais, lorsqu'on constate que leur façon de conduire provoque des accidents parfois mortels on reste perplexe.
La circulation à Casablanca est déjà congestionnée. L'embouteillage est énorme. Et ce sont eux qui doivent contribuer à la fluidité de cette circulation notamment pendant les heures de pointe et non pas le contraire en bloquant certaines artères et en transformant d'autres en boucan d'enfer avec leurs klaxons. Plus de 520.000 véhicules circulent à l'intérieur de la ville de Casablanca, soit 36 % de l'ensemble du parc national, à raison de 150 voitures pour 1000 personnes. Si tous ces véhiculent roulent avec la même vitesse que les taxis blancs, l'on imagine le nombre d'accidents qui seront occasionnés. Le conducteur de taxis transporte six passagers. Il est responsable sur leur sécurité du départ jusqu'à l'arrivée. Rouler à grande vitesse, c'est mettre en péril la sécurité de ces passagers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.