Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'inquiétude de Miloudi
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 04 - 2002

Le peintre Houssein Miloudi expose ses œuvres jusqu'au 11 mai à la galerie Al Manar à Casablanca. Sa peinture reflète un monde éclaté.
Le visage imberbe, à la fois poupin et tourmenté, de Houssein Miloudi semble refléter l'étonnement qui fait écarquiller les yeux des enfants devant la découverte. Son aptitude à l'étonnement est alliée à une tendre détresse d'homme qui n'ignore pas qu'il a été jadis un enfant capable de s'émerveiller de tout, et que la vie a marqué par son avarice des instants de féerie.
L'inquiétude de Miloudi se lit dans sa peinture. Peinture dont les lignes jaillissent de tous les côtés pour crier l'éclatement d'un monde homogène. Considérer un tableau avec des formes géométriques parfaites, des carrés à l'intérieur desquelles logent des figurines, et puis l'espèce d'éclatement qui déchire le tout.
Les tableaux de Miloudi ressemblent à une tour de Babel dont seuls quelques éléments traduisent la nostalgie d'un monde homogène qui a été déconstruit. Même l'apparition des mains, motif demeuré étranger au monde de représentations du peintre, n'échappe pas à cet éclatement qui marque nombre de ses tableaux. Cette main ressemble à une météorite, corps parfaitement uniforme, et dont la queue enflammée atteste la déflagration des éléments. D'autre part, le souci du détail caractérise la peinture de Miloudi. À l'intérieur de chaque tableau, de minuscules figurines prouvent la maîtrise du graphisme dans l'art de Miloudi.
Ces figurines, avec des membres entrelacés, semblent provenir de quelques représentations laissées par les Aztèques ou une civilisation extra-terrestre. De drôles de bonshommes squelettiques, répétés inlassablement sous des formes diverses, dans de petits carrés juxtaposés les uns aux autres. Et puis, il y a des oiseaux – juste la forme élémentaire d'un oiseau. Ces formes ressemblent à des idéogrammes. La peinture de Miloudi s'apparente à une écriture. Ce n'est pas pour rien qu'il ne titre pas ses tableaux. Sa peinture ne peut supporter l'adjonction d'un alphabet qui en limiterait le dire. Ses figurines constituent au demeurant la marque patente de l'art de l'intéressé. Où que l'un de ses tableaux soit, on l'identifie immédiatement comme étant un Miloudi.
Cette identité manifeste de sa peinture est la marque des artistes authentiques. Miloudi a abandonné pour quelque temps ses formes géométriques, et puis il s'y est replongé. «Tout simplement, parce que je ressentais le besoin de les reprendre. Je serai incapable de dire pourquoi, mais c'est un besoin.» précise-t-il. Miloudi n'est pas très loquace sur sa peinture. Il emploie souvent des verbes, des adjectifs et des substantifs qui désignent une réalité sensorielle ressortissant fondamentalement à l'affectivité.
L'explication n'est ainsi d'aucun secours lorsqu'on cherche à le faire parler sur les composantes de ses tableaux. L'homme ne fait pas partie de ces artistes qui escortent leur art par un cortège verbal!
Par ailleurs, l'autre question majeure dans l'art de ce peintre, c'est la distance à laquelle on se tient pour se saisir de ses tableaux. De loin, les détails fourmillent dans une explosion qui impose l'idée d'un jaillissement ou d'une violence. De près, il existe une netteté dans les détails qui donnent à voir une multitude de mondes infimes à l'intérieur de chaque carré. Le peintre Max Ernst est arrivé une fois avec l'ensemble des œuvres de son exposition dans une boîte d'allumettes.
Il les avait intitulées des microbes. Miloudi pourrait en faire autant en défaisant le puzzle que constituent ses carrés géométriques pour les présenter distinctement.
Toute la violence de la peinture de Miloudi tient dans sa signature en arabe. La lettre (s) du mot Houssein est si sabrée, si entrelacée qu'elle ressemble à des montagnes russes. Tel peintre, telle signature. Il y a un nerf vivant dans celle de Miloudi. Comment cela pourrait en être autrement, lui dont la maison se trouve à proximité de la zaouïa des Aïssaous. À se demander si la transe et la jedba qui sont le quotidien de cette zaouïa ne contaminent pas l'œuvre du peintre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.