Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lasri signe son retour
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 12 - 2004

Après deux années d'absence, le peintre Abdellatif Lasri revient dans son pays natal où il expose ses dernières œuvres picturales. Une exposition qui se poursuit jusqu'au 8 janvier prochain, à la galerie « Chez l'Artiste » à Casablanca. Visite.
Abdellatif Lasri a finalement décidé d'exposer, après deux années d'absence sur la scène picturale marocaine. Une absence justifiée par celui qui annonce, de prime abord, la couleur : « On n'expose pas pour exposer. On expose quand on a des choses à exposer ». Les années se suivent et se ressemblent, mais le peintre, lui, ne change pas. C'est du moins ce que révèlent ses œuvres exposées, actuellement, à Casablanca, jusqu'au 8 janvier prochain. Abdellatif Lasri est toujours en duel contre ses tableaux. Même agressivité, même tension qui interpelle le spectateur.
Le couteau, son éternel instrument fétiche, continue de blesser ses créations. Ses œuvres saignent, toujours et encore, et lui ne rate, presque aucune occasion, de remuer le couteau dans la plaie. Sadiquement, semble-t-il. Les 26 pièces exposées à la galerie « Chez l'Artiste », portent toutes des séquelles d'un combat entre Abdellatif Lasri et ses œuvres. Des séquelles palpables et criantes.
Le dénominateur commun entre ses pièces est, incontestablement, cet écoulement de la peinture. Une manière de dire qu'il s'agissait d'un vrai combat : la peinture est le sang. « Vaut mieux que je m'éclate sur un tableau que sur une personne ! », note Abdellatif Lasri, riant à pleines dents lors du vernissage de son exposition. Le peintre se démarque également par cette visibilité tangible de toutes les couches de peinture qu'offre ses tableaux. Et par « l'utilisation des couleurs de bases », ajoute-t-il. Si le peintre semble porté sur les couleurs, il devient subitement mesuré pour les portraits. Ces derniers se contentent d'une seule couleur : le noir. Des nez saillants, des yeux au jais, les visages peints par Lasri regorgent de symbolique. « Je m'inspire beaucoup des masques sculptés en Afrique noire», explique-t-il.
Sa première exposition remonte à l'année 1983, à la Maison du Maroc à Paris. Depuis, Lasri, qui vit et travaille en France, alterne des expositions au Maroc et à Paris : Musées des Oudayas en 1991, Théâtre de Maingruy, à Paris en 1992, Galerie Alif Ba, à Casablanca en 1999…Il a également pris part à des expositions collectives telles que « Les trente ans de peinture contemporaine» à la galerie Al Manar, à Casablanca en 1994, et «Voyages au Maroc » à l'Espace Lasri, à Paris en 2001. «L'espace Lasri», fondé par Abdellatif Lasri lui-même, est un lieu ouvert aux artistes marocains. Le peintre offre ses locaux à ses confrères désirant d'exposer en Hexagone. En plus de «L'espace Lasri», Abdellatif Lasri a fondé, en 1988, l'association Rissani dont il est également le président. Rissani est une association rassemblant les artistes-peintres marocains vivant en Europe. «L'association est actuellement mise en veilleuse », affirme le président. Pour, peut-être, mieux rebondir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.