Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Air Arabia Maroc dévoile le programme de ses vols internationaux    RAM : voici le nouveau programme des vols internationaux    Marché de la dette privée : les levées brutes ont avoisiné les 86 milliards de DH en 2019    Ram dévoile la grille de ses vols spéciaux    En plein désert, le Maroc érige une voie express de plus de 1000 km    ANAPEC: Plus de 118.000 chercheurs d'emploi insérés dans le milieu professionnel    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    Une opération «exceptionnelle» qui ne signifie pas une ouverture des frontières    Presse marocaine: une perte sèche de 240 millions dhs en 3 mois de pandémie    Le Raja s'accroche à son attaquant contre le Zamalek    De succès en succès!    Les mesures prises pour accompagner la reprise de l'activité touristique    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    Le soutien des entreprises conditionné par la conservation d'au moins 80% des déclarés    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    25 ans déjà pour l'Université Al Akhawayn : 6.000 lauréats et un nouveau cap stratégique    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Covid-19: 115 cas supplementaires et un nouveau décès    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Fonds Innov Invest : Un plan d'urgence pour les start-up lancé    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Casablanca: un inspecteur de police et une femme interpellés pour falsification et usage de documents officiels    Prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 10 juillet 2020    Le nouvel ordre mondial post-Covid-19: Quel positionnement pour le Maroc?    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Préparation des prochaines échéances électorales    City se balade, Wolverhampton s'égare    Formation pour l'obtention de la licence A CAF d'entraîneur    Débat sur la réforme du Code électoral    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cheval de bataille d'Aznar
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 05 - 2002

Le chef du gouvernement espagnol, José Maria Aznar cultive l'amalgame entre l'immigration illégale et les mafias de trafic d'êtres humains et promet de durcir la loi sur l'immigration.
Le chef du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, particulièrement prolixe ces derniers temps, n'en finit pas de faire de la lutte contre l'immigration un cheval infatigable de bataille. Sa dernière sortie à ce sujet a eu lieu lundi à Madrid, lors de la réunion du comité exécutif de l'internationale de la démocratie chrétienne, un mouvement qui a favorisé la montée des partis radicaux un peu partout en Europe.
M. Aznar a fait état lors de cette réunion de sa détermination à promouvoir la nouvelle loi sur les droits et obligations des immigrés et leur intégration sociale en Espagne, adoptée il y a 16 mois par le Parlement espagnol. Il s'en est, par la même occasion, pris aux socialistes qui se sont avérés à ses yeux, incapables d'assumer la réalité et d'apporter une réponse aux problèmes posés par la société. Pour le chef du gouvernement espagnol, la gauche européenne est tout simplement incapable de faire la différence entre l'immigré légal et celui illégal. Plus même, les socialistes à son sens n'ont pas montré d'aptitude à associer l'immigration illégale et les mafias de trafic d'êtres humains.
Statistiques à l'appui, M. Aznar a relevé que 89 pc des personnes en détention préventive dans les prisons espagnoles sont des immigrés non communautaires. D'où, selon lui, la nécessité de cette loi qui permettra de diminuer le taux de la délinquance et des délits commis par les immigrés, en compliquant davantage les procédures d'octroi de visa, parallèlement à une facilitation des procédures d'expulsion, de détention et de reconduite des immigrés illégaux arrêtés. C'est du moins dans ce sens que M. Aznar s'est confié au quotidien «La Razon», dans un entretien publié dimanche.
Quoiqu'il en soit, le chef du gouvernement espagnol, de la majorité absolue dont dispose le gouvernement dans les deux chambres des Cortes, aura les coudées franches pour apporter les modifications cadrant avec son idéologie à la loi sur l'immigration. Les observateurs s'attendent d'ores déjà à un traitement plus franchement sécuritaire de la question qui ne manquera pas de déboucher sur des procès expéditifs pour expulser, dans les meilleurs délais, tout immigré présumé auteur de délit.
Les plus pessimistes prévoient également de nouvelles mesures de répression de l'immigration clandestine et des réseaux de trafic d'êtres humains. C'est dans ce cadre que les socialistes, la gauche unie et l'association espagnole des droits de l'homme, ont attiré l'attention sur les excès que pourrait engendrer la nouvelle démarche Aznar. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a relevé dans les déclaration du chef de l'exécutif une reconnaissance de l'échec de la politique migratoire et de la loi sur les étrangers, réformée sous la pression du cabinet Aznar fin décembre 2000.
La gauche unie est allée plus loin, soulignant dans la démarche du Premier ministre, la volonté de provoquer en Espagne des extrémismes de la trempe de ceux de Jean-Marie Le Pen et l'Association des droits de l'homme a plaidé pour que toute nouvelle réforme de la loi, favorise l'intégration des immigrés dans de meilleures conditions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.