Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ben Bahtane : Le piratage est un frein à la création
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 07 - 2004

Porte-parole au Maroc de Business Software Alliance (BSA), organisme qui représente l'industrie mondiale du logiciel, Nadia Ben Bahtane dresse un état des lieux alarmant du piratage informatique dans notre pays. Pour elle, la baisse du phénomène est tributaire de la croissance économique.
ALM : Sachant que le Maroc est à la traîne en matière de protection de la propriété intellectuelle et des droits d'auteur, quel état des lieux dressez-vous du piratage informatique dans notre pays ?
Nadia Ben Bahtane : D'après
les chiffres rendus publics cette année, et regroupés dans une étude que BSA Monde a réalisée à travers le groupe de conseil et d'études IDC, le Maroc enregistre un taux de piratage informatique de l'ordrede 73%.
Cette étude qui couvre 86 pays a été réalisée avec une méthodologie totalement différente de celles adoptées dans les précédentes études. IDC a élargi la connaissance du piratage à de nouvelles catégories de logiciels pour micro-ordinateurs non couvertes par les études précédentes, comme les systèmes d'exploitation, les logiciels grand public et les logiciels en langues locales. Ces catégories ont multiplié par deux la gamme des logiciels couverts.
C'est ce qui explique l'écart entre le taux de cette année et celui de l'année dernière, qui faisait état d'un taux de piratage de 58%.
Les résultats de cette étude confirment que le piratage de logiciels demeure un problème majeur; un pays sur trois enregistre un taux de plus de 70% et un pays sur deux affiche un taux supérieur à 60%. C'est dire que le piratage constitue un énorme problème au Maroc. Un problème d'autant plus grave qu'au Moyen-Orient et en Afrique, ce taux ne dépasse pas les 56%. Dans le monde, il est de 36%.
Quelle est à votre avis l'origine de cette prolifération du piratage au Maroc ?
Le piratage de logiciels a plusieurs origines. La plus répandue au Maroc est le piratage par les revendeurs informatiques qui proposent à leurs clients, parfois à leur insu, des PC préinstallés de logiciels illicites. Ce type de piratage pose un problème à deux niveaux, il crée une situation de concurrence déloyale qui défavorise les revendeurs de logiciels légaux et nuit aux consommateurs, particuliers et entreprises.
Les logiciels piratés sont sources de problèmes techniques, de sécurité et ne bénéficient d'aucun support et placent leurs utilisateurs en situation illégale.
Au niveau des entreprises, le piratage est répandu essentiellement au niveau des PME. L'outil informatique y est perçu comme étant un coût supplémentaire plutôt qu'un outil à même d'améliorer la productivité et à optimiser les résultats de l'entreprise.
Alors qu'il est important de considérer l'outil informatique, et particulièrement les logiciels, comme un bien professionnel stratégique qu'il faut gérer avec vigilance.
Ce taux ne tiendrait-il pas également au faible pouvoir d'achat des Marocains ?
Il est clair que le pouvoir d'achat peut être un obstacle, tant au niveau des particuliers qu'au niveau des entreprises pour leur équipement informatique de manière générale.
C'est pour cela d'ailleurs que les éditeurs de logiciels, les constructeurs et autres opérateurs s'allient pour rendre accessible l'outil informatique aux particuliers à travers des offres complètes et étudiées.
Les éditeurs mettent également à la disposition des entreprises des offres étudiées en fonction des différents segments pour répondre à leurs besoins d'équipement logiciel. Il est important de noter que la réussite de telles initiatives ne peut être garantie que par la maîtrise des canaux de distribution.
Quelles sont les principales répercussions du trafic illégal de logiciels informatiques ?
Le piratage de logiciels a de nombreuses conséquences économiques négatives : concurrence faussée dès le départ par les logiciels pirates au détriment des industries de logiciels locales, sans compter les pertes de recettes fiscales et d'emplois du fait de l'absence d'un marché légitime.
Le piratage et la contrefaçon constituent également un frein à la création de manière générale. On ne peut imaginer le développement de la création qu'elle soit logicielle ou musicale… sans une protection efficace de la propriété intellectuelle.
Quel est dans ce sens le rôle que joue l'organisme BSA ?
BSA et d'autres organismes poursuivent leurs efforts pour endiguer la progression du piratage, notamment par la mise en œuvre de campagnes d'information, auprès du grand public et des entreprises, sur la nécessité de respecter la propriété intellectuelle mais également sur les dangers que représente le piratage informatique.
BSA met également en œuvre des actions en faveur du renforcement des lois sur la propriété intellectuelle et des mesures visant à la faire respecter.
Il est clair que les actions de BSA et d'autres organismes de lutte contre la piraterie ne peuvent réussir sans une volonté et une politique active du gouvernement pour lutter contre le fléau du piratage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.