Mais que veulent les caporaux généraux algériens ?    Le spectre d'une scission plane sur le parti d'Abderrahim Bouabid    Mort de l'ex-président algérien par intérim Abdelkader Bensalah : les condoléances du roi Mohammed VI    Le président de la FMPS appelle à l'ouverture urgente de salles de sport    Affaire Abdelwahab Belfkih : la thèse du suicide confirmée par une expertise    Eruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?    Botola Pro D1 / MAS-FUS (1-1) : Un nul qui ne satisfait aucune partie    La faillite d'Evergrande fait planer l'ombre d'une nouvelle crise financière systémique    Nucléaire : Le Maroc pour des réponses efficaces aux menaces mondiales de la prolifération    Archéologie. Une nouvelle espèce de dinosaure découverte au Maroc    Rentrée culturelle de la FNM : la photographie artistique à l'honneur    Les Forces Royales Air s'entraînent sur des hélicoptères APACHE    Mohamed El Bouhmadi et Lamia Tazi élus à tête de la FMIIP    Covid-18 au Maroc : 1 620 nouveaux cas et 26 morts    Semaine de la Francophonie Scientifique: le Maroc participe à la 1ère édition    Guerre mondiale économique. Les Etats adoptent de nouvelles postures [Par Mehdi Hijaouy]    Sécurité alimentaire: défi majeur pour les dirigeants des entreprises agroalimentaires    Abdelouafi Laftit appelle au contrôle du compte administratif des collectivités territoriales avant la passation des pouvoirs    Quelque 800 migrants morts en route pour les Canaries en huit mois    World Benchmarking Alliance. Le Groupe OCP classé 4ème mondial    Le Maroc et l'Espagne évitent une tentative d'entrée de 400 immigrés    Promotion du sport : la MDJS innove    Festival : Ciné-Université fait son grand retour !    Sinopharm : Quatre millions de doses reçues ce vendredi    Soutenir les pme pour créer plus d'emplois    Le département d'etat Américain reçoit à Washington une délégation Marocaine de haut niveau    Sara Daif, vice-championne de l'arab reading challenge 2020    La Banque soutient la 2ème édition de l'appel à projets dédié à la création et la production du spectacle vivant    Mondiaux de cyclisme sur route: L'édition 2025 au Rwanda    Usage légal du cannabis : l'Agence nationale sur les rails    Botola Pro D1 : Ce vendredi, MAS-FUS mais surtout RCA-JSS en ouverture de la troisième journée    Une première africaine et arabe : Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal    Raja de Casablanca-Jeunesse sportive Salmi, attraction de la 3ème journée    L'OMS recommande officiellement un troisième traitement contre le Covid-19    Agadir. Aziz Akhannouch élu président du conseil communal    Auto Hall. Un résultat net consolidé en forte hausse au premier semestre    Tramway Rabat-Salé: partenariat pour la mise en œuvre de solutions de performance énergétique    Rabat. Asmae Rhlalou élue à la tête du Conseil de la ville    Algérie: Quatre ans de prison pour atteinte au moral de l'armée !    Internet fixe : Orange, le plus "speed" au Maroc !    Projet d'attentat d'un groupe néonazi en France : cinq personnes en garde à vue    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faouzi Chaâbi : L'homme d'affaires devenu politique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 08 - 2004

Non content d'être un homme d'affaires prospère, le fils de Miloud Chaâbi veut prouver qu'il peut se faire un prénom. Et pour cela, il s'est lancé à corps perdu dans la politique. Pour l'heure, c'est Bahraoui qui semble être dans sa ligne de mire.
Celui que l'on présente aujourd'hui comme un opposant virulent à la politique du maire Omar Bahraoui, notamment en ce qui concerne la décharge publique, n'est venu à la politique que sur le tard. Ce n'est, en effet, qu'en 1996 qu'il adhère au Parti de l'Istiqlal qu'il quittera –comme papa – pour rejoindre les rangs du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), sous les couleurs duquel il a été élu, en octobre 2003, président du Conseil de l'arrondissement de Souissi, à Rabat. Ce n'était –et n'est toujours - pas une sinécure, Souissi étant classé comme le quartier le plus huppé de la capitale. Faouzi, lui, fait valoir que Souissi compte également des bidonvillois, qu'il s'agit de reloger de manière décente, «pour leur rendre leur dignité de citoyens».
L'écologie semble également l'intéresser au plus haut point. Mais, dès le départ, il s'est heurté aux dysfonctionnements administratifs. Le nouvel arrondissement, qui avait été dissocié de Youssoufia –fief de Bahraoui - ne disposait pas de siège. Et le nouveau bureau devait partager des locaux avec le Conseil de la ville. Faouzi Chaâbi s'était également plaint que le matériel faisait défaut quand il n'était pas obsolète ; le personnel, désigné mais pas encore affecté et enfin, la fourniture (et les vulgaires imprimés des extraits de naissance toujours pas disponibles plusieurs semaines après les élections).
A côté de tout cela, le numéro deux de la holding Ynna peut être considéré comme un homme ayant, à 45 ans, effectué un brillant parcours. Ce qui ne va pas sans susciter certaines jalousies. La fibre sociale bien implantée, le fils de Miloud Chaâbi a hérité de son père cette espèce de bonhomie sous laquelle couve cependant une farouche volonté de vaincre. Le killer instinct qui fait les grands décideurs.
Aswak Salam, sa galerie d'art Tamuziga , ainsi que la récente ouverture de la grande surface Géant et bien d'autres font sa fierté. Et d'aucuns pensent qu'il aurait pu se contenter de rester un homme d'affaires prospère, aussi bien au Maroc qu'à l'étranger où il a décroché de juteux contrats, notamment au Sénégal. Mais voilà, Faouzi est un obstiné. Il veut réussir là où papa a réussi, en y apportant une touche personnelle qui lui vaut une bonne presse.
La Nuit des Jamours, qui récompense les gens de la télévision, le consacrera, en quelque sorte, comme un homme de culture et un ami des médias. Une renommée qui, murmure-t-on, n'est pas totalement étrangère à son succès en politique. Un succès, qui, si l'on y regarde de près, n'est pas aussi étonnant qu'il le paraît, vu son cursus et l'ambiance dans laquelle a grandi le jeune Faouzi, qui, avant de décrocher son baccalauréat au Lycée Lyautey de Casablanca, avait effectué ses études secondaires au Lycée militaire de Kénitra.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.