Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



F. Chaâbi : Une perte de temps inutile
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 05 - 2004

Après sa mésaventure au Sénégal, Faouzi Chaâbi, le vicei-président du Groupe du même nom, réussit le paradoxe d'être à la fois furieux et serein. Furieux, parce qu'il a perdu du temps et de l'argent à cause des tracas que connaît son projet, mais serein, car, malgré son wait and see, il est déterminé à mener à terme cette entreprise qui lui tient tant à cœur. Entretien.
Aujourd'hui Le Maroc : où est en est votre feuilleton sénégalais ?
Faouzi Chaâbi : Il semble que l'on se dirige lentement, mais sûrement vers une issue à la crise. Nous sommes dans l'attente de la réponse du gouvernement sénégalais à notre proposition d'une nouvelle convention revue et corrigée. La première avait été injustement dénoncée, car si nous étions tenus de démarrer nos travaux, il était clairement stipulé que les trois terrains acquis devaient être libres de toute sujétion. C'est très important de le souligner. Or, ce n'était pas le cas, étant donné que nous avons acquis un terrain (Pyrotechnie, 38 hectares) qui était occupé par une caserne de l'armée sénégalaise, par des pépiniéristes, ainsi que par un Cheikh tidjane, qui, dès qu'il a appris l'existence du projet, a annoncé, plaque à l'appui, qu'il allait construire un grand centre islamique.
Et qu'avez-vous fait ensuite ?
Après concertation avec les autorités sénégalaises, nous avons accepté de prendre en charge le déménagement de la caserne et notamment la construction de 17 soutes à munitions dans la ville de Thiès, à quatre heures de voiture de Dakar. A l'heure actuelle, nous en avons construit 11. Pour le reste, il était entendu qu'on allait s'arranger avec les pépiniéristes et le cheikh… A côté de cela, on nous demandait de commencer les constructions. Mais même après le démarrage des travaux, la caserne était toujours là. Nous avons importé des grues, des bétonnières, ainsi qu'un matériel important, que nous avons, par la suite, dû brader avant de partir. Il s'agit quand même de 10.000 logements pour lesquels nous avons signé une convention. D'un côté comme de l'autre, on commençait à s'impatienter, surtout que nous avions, comme je vous l'ai dit, engagé des frais importants.
Quelles sont, selon vous, les véritables raisons de ce blocage ?
Je pense qu'elles sont de deux ordres. Politiquement et économiquement parlant, certaines personnes ne doivent pas voir d'un bon œil notre implantation au Sénégal. Mais nous avons senti chez le président Wade, ainsi que chez tout le gouvernement sénégalais, la volonté de faire aboutir ce projet. Les relations séculaires entre nos deux pays sont excellentes et il n'y a pas de raison que cela ne se fasse pas, dès lors que l'on aura aplani nos différends.
Surtout que vous aviez quand même pris langue avec le président Abdoulaye Wade en personne…
Effectivement. Et après m'être entretenu avec lui au cours d'un séjour à Rabat, je suis reparti à la tête d'une délégation de mon groupe au Sénégal où nous nous sommes entretenus, sur instruction de M. Wade, avec une délégation présidée par le ministre de l'Habitat, Me Makité Niang. Là, nous avons tenu une réunion de quatre heures, dont je détiens le PV, et au cours de laquelle nous avons tout déballé, montré nos garanties financières… et il nous a été demandé de commencer à travailler sur la partie libre du terrain Pyrotechnie (1 hectare).
Entre-temps, c'est une société d'Etat sénégalaise qui a repris le projet
Oui. Et, dès que nous nous serons entendus sur la nouvelle convention, nous allons nous concentrer maintenant sur un projet concernant un terrain de 10 hectares et travailler au coup par coup. C'est peut-être mieux ainsi.
Comment voyez-vous l'avenir du Groupe Chaâbi au Sénégal ?
Je pense que ce qui s'est passé est une perte de temps inutile. Et que l'on y verra plus clair dès que l'on aura reçu la réponse du gouvernement sénégalais à nos propositions d'amendement de la convention. C'est un projet qui me tient énormément à cœur. Ensuite, et avec l'aval du président du Groupe Chaâbi (Ndlr, Miloud Chaâb), nous essaierons de répondre aux attentes de nos partenaires. Nous avons un savoir-faire et il y a de la place pour tout le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.