Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps morne de la rentrée littérature
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 09 - 2002

Peut-on parler d'une rentrée littéraire au Maroc ? Au mois de septembre, elle est inexistante, parce que les librairies mettent seulement en évidence le livre scolaire. Et même après, cette expression est vaine. Avis de trois éditeurs sur un phénomène très important dans le monde de l'édition.
Partout dans le monde, au mois de septembre, on ne parle que de rentrée littéraire. Une rentrée qui se manifeste à cor et à cri. Tout le monde s'y intéresse. Les nouveautés foisonnent. L'espoir de la découverte d'un futur grand écrivain tient les critiques et les lecteurs en haleine. Cette rentrée est visible dans les librairies, aussi bien dans les devantures que sur les présentoirs. Un petit tour des librairies marocaines est très instructif dans ce sens. Une animation inhabituelle y règne. On rentre, et l'on est immédiatement saisi d'étonnement. C'est de rentrée scolaire qu'il est question chez nous ! Les librairies exposent et vendent des fournitures scolaires. Ailleurs, aucune librairie – digne de ce nom – ne se transforme au mois de septembre en comptoir de vente des fournitures scolaires. Bichre Bennani, directeur des éditions Tarik et libraire, justifie cette transformation par le fait que les librairies au Maroc réalisent très peu de vente pendant le reste de l'année. «La rentrée scolaire leur permet de se maintenir», dit-il. Elle fait office de viatique indispensable pour ne pas fermer. «Le livre scolaire vole la vedette au livre littéraire», confirme pour sa part Abdelkader Retnani, directeur des éditions Eddif. Et c'est ainsi que la rentrée littéraire est retardée, jusqu'à ce que les libraires jugent que les parents d'élèves se sont acquittés de tous les achats. Ils s'intéressent de nouveau au livre littéraire à partir du 15 octobre. Au demeurant, la déferlante du livre scolaire envahit également les imprimeurs. Ils ne peuvent pas honorer leurs contrats avec les éditeurs d'ouvrages littéraires, parce qu'ils «sont pénalisés s'ils ne respectent pas les délais pour l'impression du scolaire», nous confie le directeur des éditions Eddif, qui se plaint de «perdre deux mois sur douze, parce que le livre scolaire est mis en vedette». Voilà donc pour les raisons qui décalent d'un mois et demi la rentrée littéraire dans notre pays. Mais est-ce que cette expression signifie quelque chose, compte non tenu de ce décalage ? Selon Bichre Bennani, elle «devrait vouloir dire quelque chose, mais sur le terrain elle n'a pas de signification». Même au mois d'octobre, cette rentrée passe inaperçue, faute d'animation et de politique culturelles.
La rentrée littéraire est soutenue ailleurs par des institutions. Ici, c'est d'abord à la Direction du livre, dépendant du Ministère de la Culture et de la Communication, d'initier des actions pour aider à la création d'une ambiance littéraire. «À la Direction du livre, je n'ai jamais entendu parler de rentrée littéraire», affirme Bichre Bennani. Il ajoute: «les gens sont pourtant très nombreux dans cette Direction, mais on ne sait pas à quoi ils passent leur temps !» Les responsables à la Direction du livre sont injoignables. Ils sont soit en congé, soit, selon les termes de la secrétaire qui répond au téléphone, «pas encore rentrés, ils doivent être en bas - au ministère». Ce matin du 3 septembre 2002, la Direction du livre ressemblait à un bâtiment fantôme. Il ne faut donc pas s'attendre à une révolution éditoriale de la part des fonctionnaires de ce ministère. Leïla Chaouni, directrice des éditions Le Fennec, est encore plus intransigeante que le directeur des éditions Tarik : «Pour moi, il n'y a pas de rentrée littéraire. Je ne fonctionne pas en termes de rentrée littéraire. Il s'agit d'un phénomène importé que l'on essaie de plaquer chez nous alors la réalité n'est pas du tout la même».
Cette réalité différente a trait, selon Leïla Chaouni, au faible pouvoir d'achat et au très faible nombre de lecteurs. Il est toutefois légitime d'espérer une rentrée littéraire qui donne des frissons aux lecteurs et permet chaque année quelques belles découvertes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.