Covid-19 au Maroc : 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Compteur Coronavirus : les nouveaux cas continuent leur augmentation, 153 contaminations en 24h    Amélioration de l'école publique : le ministère de l'Education lance un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    RDC : au moins 1.284 cas suspects de variole du singe signalés depuis le début de l'année    La guerre en Ukraine sur fond de crise énergétique internationale, par Yassine Gamal    Températures prévues pour le dimanche 22 mai 2022    Tempête en Allemagne: un mort et près de 60 blessés    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Les supporters de l'OCK interdits de déplacement à Casablanca    Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Boxe: Khadija El Mardi sacrée à Istanbul vice-championne du monde des poids lourds    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Région de Casablanca: les prix des légumes ce samedi    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane suite à sa consécration à la coupe de la CAF-2022    Bono vainqueur du trophé Zamora    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    ONU : engagement renouvelé aux objectifs du Pacte de Marrakech sur les migrations    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Maroc-Espagne: Plus de 2 600 véhicules ont déjà franchi les frontières    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    PSG où Real Madrid ? Mbappé se prononcera ce week-end    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il y a un an, Massoud était tué
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 09 - 2002

Lundi, jour férié en Afghanistan, le pays devra commémorer la mort du commandant Massoud, symbole de la résistance nationale, assassiné le 9 septembre 2001.
Lorsque le «Lion du Panchir» a été tué, le régime Taliban s'était félicité de cette élimination de taille, celle du dernier chef de la résistance afghane.
L'attentat-suicide avait été commis par deux hommes qui s'étaient fait passer ce jour-là pour des journalistes marocains. Une victoire pour les fondamentalistes qui n'imaginaient pas que les troupes de l'Alliance du Nord orphelines de leur leader, puissent garder le contrôle de cette petite partie nord-est du pays, à peine 10%, encore longtemps.
Si pour certains, il ne fait nul doute que les Taliban ont été à l'origine de ce meurtre, pour d'autres, comme l'ami de Massoud, les kamikazes auraient agi sur ordre direct de Ben Laden. Aujourd'hui ambassadeur d'Afghanistan à New Delhi, Massoud Khalili a en effet déclaré que le chef du réseau Al-Qaïda, anticipant sur les conséquences des attentats du 11 septembre, avait voulu tuer un allié potentiel des Etats-Unis et «faire plaisir au mollah Omar», chef suprême des Taliban. Un coup dur pour la future coalition américaine et un cadeau pour le régime protecteur et hôte du réseau terroriste. Selon le ministre afghan des affaires étrangères, Abdullah Abdullah, à l'époque secrétaire de Massoud, s'il n'y avait pas eu le 11 septembre, cet assassinat n'aurait pas seulement signifié la fin de la résistance en Afghanistan, mais aurait aussi permis l'extension du fondamentalisme dans toute la région centrale de l'Asie. Acte destiné à parachever la domination des Taliban dans le pays ? Prélude aux attaques du 11 septembre ? Si personne ne peut aujourd'hui certifier les motivations comme les auteurs de cet attentat, il est en tout cas sûr que Massoud avait été la cible des Taliban pendant de nombreuses années. Depuis le retrait de ses forces de Kaboul en 1996 et la prise de pouvoir des fondamentalistes, le commandant s'était retranché dans les montagnes du Panchir. Cette enclave était sa place forte, celle-là même qu'il avait utilisée contre les Russes 15 ans auparavant. Car Massoud, grand chef militaire, avait d'abord résisté à l'invasion soviétique avant de combattre ses opposants qui ont assiégé Kaboul pendant quatre ans. Et de devoir freiner la montée des Taliban.
De ces combats, lui sont venus ce surnom de «Lion du Panchir» et cette réputation d'éternel résistant. Un héros national. «Massoud, notre frère martyr, est l'un des fils de ce pays dont le nom restera en lettres d'or dans l'histoire de l'Afghanistan», a déclaré samedi Hamid Karzaï lorsqu'il est venu se recueillir sur la tombe du commandant. «Sans ce qu'il a fait, même avec les évènements du 11 septembre, nous aurions dû partir de zéro et je ne sais pas si nous aurions réussi» à chasser les Taliban, a ajouté le président.
Selon le Dr Abdullah, l'idée de Massoud «était que, parallèlement à une résistance nationale, devait se développer un processus politique national. Au delà de la résistance militaire, il voulait mobiliser le peuple en vue d'un avenir politique». «Il avait dit clairement qu'il y aurait des étapes, il parlait de Loya Jirga (assemblée traditionnelle), de gouvernement intérimaire, d'élections», a rappelé le ministre.
Héros naturel, le commandant Massoud avait surtout été le seul capable de réaliser une unité nationale qui fait aujourd'hui défaut à l'Afghanistan. Il avait rassemblé les Ouzbeks, les Tadjik et les Pachtounes, ces mêmes «seigneurs de la guerre» qui se disputent encore aujourd'hui des portions du territoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.