Après la visite de Belani, Singapour salue le plan marocain d'autonomie au Sahara    Aid Al-Adha: La demande estimée à environ 5,6 millions de têtes d'ovins et caprins    Mort de Shireen Abu Akleh: Washington accuse Israël à demi-mots    Météo Maroc: temps assez chaud ce mardi 5 juillet    MRE: Ammor interpellée sur la cherté des billets de voyage    Sahara : L'Algérie accuse le Maroc de «saboter les efforts» de De Mistura    Jeux Méditerranéens (Taekwondo) : Fatima-Ezzahra Aboufaris et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent    Moody's change la perspective du Maroc de « négative » à « stable »    Femmes au Maroc : Le verdict du Comité CEDAW est tombé    JM Oran 2022 : Maroc 4-2 Turquie ! Les Lionceaux sur le podium (vidéo)    L'opposition moque de« chaises musicales »    Le Conseil de sécurité publie la réponse de Hilale à son homologue algérien    La contribution sociale de solidarité sera maintenue en 2023    Lekjaa affirme le retour de Ziyech    Pedro Sanchez : « L'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc »    Formule E : Edoardo Morata remporte l'E-Prix de Marrakech 2022    Une convention pour la réalisation des travaux d'aménagement de la voie de «Taddart»    « Le plan d'autonomie offre des pouvoirs législatifs exclusifs à la Région »    Sahara : Singapour appuie le plan marocain d'autonomie    Espagne : des «drones sous-marins» pour acheminer de la drogue interceptés    La MAP lance sa nouvelle webradio thématique « Samaoui », dédiée à l'art Gnaoui    Le drame de Mellilia : Pedro Sanchez n'a rien à reprocher au Maroc    « Morocco Now »: des Japonais saluent les avancées du Maroc    Intempéries : Les Australiens piégés par les pluies torrentielles    Evolution du coronavirus au Maroc. 941 nouveaux cas, 1 226 246 au total, lundi 4 juillet 2022 à 15 heures    [Alerte météo] Vague de chaleur (38 à 45°C) du mercredi au samedi    Les étudiants en médecine haussent le ton    Le dirham se déprécie face à l'euro et au dollar du 23 au 29 juin (BAM)    Malhounyat. Le Festival international de l'art du Malhoune de retour à Azemmour    Rabat Salé : Mémoire et ICESCO signent un nouveau partenariat    Pedro Sanchez : l'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc    Tétouan: des mesures sécuritaires spéciales pour le mariage de Nouâmane Belaiachi    Vidéo - La politique marocaine de l'Algérie expliquée par la boxe    Lancement de la célébration de Yaoundé capitale de la culture du monde islamique    La High Line Art de New York expose une sculpture de la Marocaine Meriem Bennani    Le film néerlando-marocain «Marokkaanse Bruiloft» rafle deux prix à Rabat    Les 24 hélicoptères AH-64 Apache seront livrés au Maroc en 2023    Chambre des conseillers: séance plénière mardi consacrée à la politique générale    La Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'Environnement à Lisbonne pour la 2e conférence de l'Océan    Le roi félicite le président américain à l'occasion de l'Independence Day    Les Lionnes de l'Atlas réalisent l'essentiel face au Burkina faso    Jazzablanca: Sur la Scène Casa Anfa, Erik Truffaz et Maâlem Hamid El Kasri ont ravi le public    Le Maroc abrite la Supercoupe de la CAF entre le WAC et la RS Berkane    Ligue féminine des champions : Le Maroc officiellement organisateur de l'édition 2022, l'AS FAR qualifiée d'office    Nabila Rmili appelle à accélérer la cadence de traitement des autorisations d'urbanisme    Education : Il était une fois le Baccalauréat !    Joe Biden a reçu un message du roi Mohammed VI    Egypte : le vice-président de la BEI se félicite de l'achèvement réussi de la ligne 3 du métro du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : L'impossible réconciliation?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 09 - 2002

Trois ans après l'instauration de la concorde civile, l'Algérie est loin d'en avoir fini avec la menace intégriste et le fossé ne cesse de se creuser entre une population déçue et un pouvoir discrédité.
Le 11 septembre dernier, pour expliquer les effets positifs engendrés par « la politique de concorde nationale votée par le Parlement et approuvée par référendum» le 16 septembre 1999, le président Abdelaziz Bouteflika avait rappelé à ses détracteurs les années difficiles où «les Algériens regagnaient leur domicile avant 18 heures», ces années où «régnait la peur» à travers le pays.
Trois années après la consultation populaire qui a permis la mise en place de cette loi destinée à amnistier les islamistes «non impliqués dans des crimes de sang ou de viol» et à ramener la paix en Algérie, le bilan est cependant loin de tourner à l'avantage du chef de l'Etat. Dès la première année de la concorde, et malgré les libérations massives de militants islamistes incarcérés, les exactions s'étaient d'ailleurs poursuivies à un rythme régulier et tendaient même à s'accentuer. Ce qui laissait déjà présager de la situation actuelle : plus d'un millier d'Algériens ont été tués par des groupes armés cette année. Au moins 150 durant le mois d'août et déjà près de 80 ce mois de septembre. Massacres dans les villages, faux barrages routiers, embuscades sur les troupes militaires, bombes artisanales, les violences s'intensifient dans les campagnes comme les villes. Le GIA et sa dissidence du GSPC, créée le 14 septembre 1998, ont cependant leurs repères et opèrent dans « leurs » régions de prédilection, respectivement à l'ouest et à l'est d'Alger. Ce dimanche, deux militaires ont d'ailleurs été tués et 20 autres blessés lors d'une opération de ratissage dans l'est du pays près de Skikda dans une zone contrôlée par les fidèles d'Hassan Hattab : le triangle Bissi-Bentous-Filfila. La veille, une sablière privée près de Tizi-Ouzou, avait aussi été attaqué par une soixante d'éléments armés, causant d'énormes dégâts.
Certes, estimait ce lundi le quotidien La Tribune, l'Algérie «ne risque plus, comme cela a été le cas il y a près d'une décennie, de se voir muer en Etat islamique en dépit de pesanteurs rétrogrades persistantes, y compris dans des institutions et des pratiques étatiques» mais la population est «lasse des souffrances d'un terrorisme islamiste qui dure mais aussi de toutes les pratiques antidémocratiques, à commencer par celles du pouvoir en place».
En témoigne la situation en Kabylie, région explosive depuis six mois. Malgré l'interdiction de «toute manifestation défavorable à la tenue du scrutin du 10 octobre», qui vise directement la coordination kabyle, la campagne anti-vote relancée par le mouvement Aârouch continue actuellement de progresser grâce à l'organisation de plusieurs meetings et rencontres dans les trois wilayas de la région. Les délégués du mouvement citoyen y appellent régulièrement les candidats des partis en lice à «assumer leurs responsabilités citoyennes en se retirant de la course électorale et de militer, au même titre que l'ensemble des citoyens, en faveur de la satisfaction pleine et entière de la plate-forme d'El-Kseur» qui rassemble les revendications kabyles.
Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) poursuit lui aussi sa campagne en faveur du rejet des élections locales du 10 octobre tandis que le Front des Forces Socialistes ne cesse de payer son changement de position depuis les législatives du 30 mai. En lice pour ce scrutin – alors qu'il avait boycotté le précédent- le FFS essuie depuis deux semaines la colère des Kabyles qui incendient ses locaux, les pillent, menacent ses candidats. Samedi, un siège du parti, à Béni Ksila, a encore été saccagé puis incendié après ceux de Tibane, Tifra, El-Kseur et Bouhamza la semaine dernière. Avec des islamistes déterminés à terroriser la population, une Kabylie en état permanent d'implosion, une société en plein désarroi et un pouvoir discrédité, l'Algérie, si elle ne parle plus de «guerre civile», est en tout cas aujourd'hui très loin de la réconciliation nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.