Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pacifique, aller simple
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 09 - 2002

Avec la mort, vendredi dernier, du principal protagoniste de la disparition de Bison Dele, ancienne star du NBA, et qui n'est autre que son frère Miles Dabord, le mystère d'une traversée du Pacifique transformée en cauchemar reste sans solution.
L'Histoire est digne des meilleurs films à suspense. Elle a eu lieu au large du Pacifique où une promenade en mer s'est transformée en une mystérieuse disparition. Tout a commencé en juillet dernier quand l'ancienne star du NBA, Bison Dele, 33 ans, sa petite amie Serena Karlan, 30 ans et son frère Miles Dabord, ont décidé de traverser l'Océan Pacifique à bord du voilier «Hakuna Matata», une expression dont on a retenu le sens, «pas de souci», grâce au chef d'œuvre des dessins animés «Le Roi Lion». Il y a avait aussi le skipper du voilier, un français du nom de Bertrand Saldo.
L'aventure s'annonçait inoubliable. Peu après leur arrivée à Papeete le 8 juillet, les quatre protagonistes ont été portés disparus. Plus aucune nouvelle sur leur sort. Excepté celui de Miles Dabord, Kevin Williams de son vrai nom, frère de Bison et la dernière personne à avoir vu les disparus. Ayant quitté Tahiti le 19 juillet, il était normal que tous les soupçons se dirigent vers lui.
Pour la police française, la disparition ayant eu lieu en Polynésie française, il était le principal accusé. Il a refait surface le 5 septembre à Phoenix (Arizona), où il a brièvement été interpellé par la police après avoir tenté d'acheter pour 150.000 dollars d'or en utilisant le chéquier et le passeport de son frère. Après avoir payé sa caution, Miles Dabord s'est à nouveau évanoui dans la nature jusqu'à ce qu'on le découvre début septembre dans le coma et à moitié nu sur une plage mexicaine à Tijuana, près de la frontière américaine. Il aurait apparemment fait une overdose d'insuline et omis de prendre un médicament destiné à soigner son asthme. Dès son hospitalisation de l'autre côté de la frontière à San Diego, le FBI (police fédérale) avait indiqué qu'il souhaitait interroger Miles Dabord à propos de la disparition de son frère. Mais la mort subite, vendredi dernier, du principal protagoniste vient entourer d'un secret encore plus épais la disparition des trois autres passagers du « Hakuna Matata ».
Sa mort anéantit quasiment tout espoir de résoudre cette affaire, digne des meilleurs mystères à la Agatha Christie. L'argent aurait été le motif. Bison Dele, de son vrai nom Brian Williams, avait accumulé une véritable fortune pendant huit saisons dans la National Basket-Ball Association (NBA), au sein des Chicago Bulls, des Los Angeles Clippers, des Denver Nuggets et des Detroit Pistons. Affirmant ne plus avoir le feu sacré, le joueur avait quitté la NBA en 1999, renonçant par là même à un contrat de plus de 30 millions de dollars sur cinq ans avec les Pistons.
L'enquête, qui a montré que Miles Dabord acceptait difficilement de vivre dans l'ombre de son frère mais sollicitait sans cesse son aide financière, en est réduite à suggérer des hypothèses: une dispute ayant mal tourné, un accident... Avec la mort de Miles Dabord, «la résolution du mystère entourant ce qui s'est passé sur ce bateau va être bien plus compliquée», a déclaré un porte-parole du FBI à San Francisco, Andrew Black. Mais Miles Dabord a emporté son secret avec lui dans la tombe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.