Label'Vie: Hausse de 20% du résultat net au S1-2019    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Thomas Cook : un cauchemar pour 150.000 touristes britanniques    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Premières Assises nationales du Développement humain    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    PLF 2020. Le calendrier se précise    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pacifique, aller simple
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 09 - 2002

Avec la mort, vendredi dernier, du principal protagoniste de la disparition de Bison Dele, ancienne star du NBA, et qui n'est autre que son frère Miles Dabord, le mystère d'une traversée du Pacifique transformée en cauchemar reste sans solution.
L'Histoire est digne des meilleurs films à suspense. Elle a eu lieu au large du Pacifique où une promenade en mer s'est transformée en une mystérieuse disparition. Tout a commencé en juillet dernier quand l'ancienne star du NBA, Bison Dele, 33 ans, sa petite amie Serena Karlan, 30 ans et son frère Miles Dabord, ont décidé de traverser l'Océan Pacifique à bord du voilier «Hakuna Matata», une expression dont on a retenu le sens, «pas de souci», grâce au chef d'œuvre des dessins animés «Le Roi Lion». Il y a avait aussi le skipper du voilier, un français du nom de Bertrand Saldo.
L'aventure s'annonçait inoubliable. Peu après leur arrivée à Papeete le 8 juillet, les quatre protagonistes ont été portés disparus. Plus aucune nouvelle sur leur sort. Excepté celui de Miles Dabord, Kevin Williams de son vrai nom, frère de Bison et la dernière personne à avoir vu les disparus. Ayant quitté Tahiti le 19 juillet, il était normal que tous les soupçons se dirigent vers lui.
Pour la police française, la disparition ayant eu lieu en Polynésie française, il était le principal accusé. Il a refait surface le 5 septembre à Phoenix (Arizona), où il a brièvement été interpellé par la police après avoir tenté d'acheter pour 150.000 dollars d'or en utilisant le chéquier et le passeport de son frère. Après avoir payé sa caution, Miles Dabord s'est à nouveau évanoui dans la nature jusqu'à ce qu'on le découvre début septembre dans le coma et à moitié nu sur une plage mexicaine à Tijuana, près de la frontière américaine. Il aurait apparemment fait une overdose d'insuline et omis de prendre un médicament destiné à soigner son asthme. Dès son hospitalisation de l'autre côté de la frontière à San Diego, le FBI (police fédérale) avait indiqué qu'il souhaitait interroger Miles Dabord à propos de la disparition de son frère. Mais la mort subite, vendredi dernier, du principal protagoniste vient entourer d'un secret encore plus épais la disparition des trois autres passagers du « Hakuna Matata ».
Sa mort anéantit quasiment tout espoir de résoudre cette affaire, digne des meilleurs mystères à la Agatha Christie. L'argent aurait été le motif. Bison Dele, de son vrai nom Brian Williams, avait accumulé une véritable fortune pendant huit saisons dans la National Basket-Ball Association (NBA), au sein des Chicago Bulls, des Los Angeles Clippers, des Denver Nuggets et des Detroit Pistons. Affirmant ne plus avoir le feu sacré, le joueur avait quitté la NBA en 1999, renonçant par là même à un contrat de plus de 30 millions de dollars sur cinq ans avec les Pistons.
L'enquête, qui a montré que Miles Dabord acceptait difficilement de vivre dans l'ombre de son frère mais sollicitait sans cesse son aide financière, en est réduite à suggérer des hypothèses: une dispute ayant mal tourné, un accident... Avec la mort de Miles Dabord, «la résolution du mystère entourant ce qui s'est passé sur ce bateau va être bien plus compliquée», a déclaré un porte-parole du FBI à San Francisco, Andrew Black. Mais Miles Dabord a emporté son secret avec lui dans la tombe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.