Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Températures prévues pour le mardi 25 janvier 2022    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Covid-19/France : Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire à compter de ce lundi    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moatasim : "Filali-Basri, deux éducations différentes"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2004

Le professeur Mohamed Moatassim a côtoyé de près Abdelatif Filali et Driss Basri. Il estime que les cursus diamétralement opposés des deux hommes expliquent pourquoi l'un respecte l'obligation de réserve et pas l'autre.
ALM : Comment se fait-il qu'Abdelatif Filali ait respecté le devoir de réserve après son départ du gouvernement et pas Driss Basri?
Mohamed Moatassim : En fait, l'explication se trouve au sein même des itinéraires respectifs des deux hommes. Tout le monde sait qu'Abdelatif Filali a été éduqué dans le sérail. Il a été un camarade de promotion de Feu Hassan II, dans le collège royal. Je pense que cela a énormément influencé sur son cursus et son tempérament.
Je vous rappelle que j'étais secrétaire général du ministère de l'Enseignement supérieur au moment où Abdelatif Filali y occupait le poste de ministre. Je l'ai donc bien connu. J'ai pu constater, entre autres, que c'est un homme discret et réservé par tempérament et par éducation. D'ailleurs, lors d'une émission télévisée, il a expliqué cela en disant que ce n'est pas parce qu'on est Premier ministre et ministre des Affaires étrangères qu'on doit continuellement jouer au jeune premier.
Et Driss Basri alors?
Driss Basri, contrairement à Abdelatif Filali, est un autodidacte. Ils ont eu deux éducations différentes. Driss Basri n'a pas fait ses classes au collège royal mais à l'école de police. Il n'a intégré l'université que sur le tard. Force est de constater que le cursus de police n'a pas inculqué à Driss Basri les grandes vertus comme le respect de la parole donnée ou le respect du sentiment national.
Le ministère de l'Intérieur et celui des Affaires étrangères sont très différents. Pensez-vous que les postes de responsabilité ont fini par forger les caractères de l'un et l'autre?
Non, je pense que le problème est plus profond. Prenez Driss Basri par exemple. Je l'ai côtoyé pendant six ans au moment où j'étais président de la commission de l'Intérieur et des Collectivités locales au Parlement. Il est évident que Basri a été responsabilisé avant qu'il soit véritablement prêt. Il a débarqué au ministère de l'Intérieur au lendemain du coup d'Etat de 1972, en tant que directeur des affaires générales. A l'époque, le Maroc était bouleversé et le ministère de l'Intérieur quasiment vide. Même les ministres de l'époque ne faisaient pas le poids.
Résultat : grâce à sa capacité de travail et sa mobilisation permanente, Basri a réussi à occuper cet espace vide.
Jusqu'où peut aller, selon vous, l'obligation de réserve ?
Je pense qu'à partir d'un certain degré de responsabilité, c'est-à-dire comme membre du gouvernement, secrétaire général d'un ministère ou gouverneur, il faut être suffisamment honnête pour ne pas utiliser, à des fins purement personnelles, les informations qu'on a amassées lors de l'exercice de sa fonction.
L'obligation de réserve est une éthique qui va au-delà des aspects juridiques. C'est tout simplement ne pas étaler les secrets de l'Etat sur la place publique et encore moins les utiliser pour porter atteinte à son
C'est justement ce que Driss Basri est en train de faire ?
Driss Basri a fait preuve d'incapacité de garder un secret professionnel, de se maîtriser dans des situations difficiles et d'accepter son éloignement du pouvoir.
En fait, il a commis une double faute. D'une part, il a tenu le même langage que les adversaires de l'intégrité territoriale du Maroc et d'autre part il n'a pas fait preuve de discrétion au sujet des discussions qu'il a eues avec les responsables du polisario au moment où il était au gouvernement.
Comment avez-vous réagi aux dernières déclarations de Driss Basri dans la presse?
J'ai personnellement été scandalisé par certains de ses propos qui violent non seulement cette obligation de réserve, mais qui sont également outrageux au sentiment national et à la mémoire des martyrs morts pour défendre l'intégrité territoriale du Maroc.
Pourtant, Driss Basri était sorti par la grande porte. Il a été décoré par SM Mohammed VI du grand cordon Alaouite. Au lieu d'aider son pays en organisant des conférences ou en contibuant par des écrits, il s'est fourvoyé dès qu'il a commencé à épouser les thèses séparatistes.
Pour revenir à ses propos, je tiens à préciser qu'il a commis plusieurs erreurs d'ordre historique. Basri a dit que le problème du Sahara a démarré en 1967. C'est faux. La question du Sahara a été soulevée pour la première fois en 1961 au sein du comité de libération de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.