France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    Bab Sabta : les travaux de rénovation suscitent l'espoir d'une ouverture imminente    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Alerte météo: fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent au Maroc    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Coupe du Trône : L'AS FAR élimine l'IRT pour affronter le Raja !    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tué pour une partie de billard
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 12 - 2004

Kelaât Sraghna. A cause d'une partie de billard, un jeune de dix-sept ans a été poignardé par trois amis près d'une salle de jeux. Ces derniers ont été arrêtés et traduits devant la justice à Marrakech.
Mounir n'aurait jamais pu se douter que sa vie s'achèverait à son dix-septième printemps. Issu d'une famille de Jnane Bekkar, à trois kilomètres du centre de Kelaât Sraghna, le jeune garçon, qui jouit d'une bonne réputation, est serviable et aime la vie. À l'âge de sept ans, il a été à l'école la plus proche pour poursuivre ses études. Avec succès, il est arrivé à la huitième année de l'enseignement fondamental.
Seulement l'échec qui s'en est suivi l'a mis en dehors de l'école et il est resté chez lui. Ses parents ont essayé de l'inscrire dans une école privée pour qu'il arrive à réaliser ses rêves. Mais en vain.
Dépourvus de moyens financiers à même de l'aider, ils ont fini par renoncer. Mounir leur a demandé de lui permettre d'aller à Casablanca pour se débrouiller afin d'épargner l'argent nécessaire pour reprendre ses études. Mais ils ont refusé. Ils n'ont pas accepté qu'il s'éloigne d'eux et ont craint qu'il soit absorbé par la mégapole. En conséquence, il est resté chez lui. Ses parents le prenaient en charge, en lui achetant des vêtements et lui donnant l'argent de poche. Bref, il vivait dans l'oisiveté. Il ne se réveillait que tardivement pour prendre son petit-déjeuner, puis son déjeuner avant de rejoindre ses amis au centre de Kelaât Sraghna, qui se trouvaient le plus souvent dans un café ou dans une salle de jeux. C'est d'ailleurs pas loin de là qu'il a été liquidé. Comment cela s'est-il passé?
Mounir était, en ce jour de novembre, dans la salle de jeux. Il bavardait avec ses amis sans jouer au billard. Son tour n'est arrivé que plus tard. Quand il a commencé à jouer, ses adversaires étaient un trio du Jnane Bekkar et du douar Rouiche. C'étaient des connaissances à lui, surtout qu'il fréquentait lui aussi souvent cette salle de jeux, mais ils n'avaient pas de relations amicales avec lui. Et pourtant, il a accepté de jouer avec eux. D'une partie de billard à l'autre, un malentendu a éclaté entre eux. “J'ai déjà misé ma pièce“, a dit Mounir quand l'un du trio l'a interpellé, lui demandant de miser une pièce de cinq dirhams. D'un mot à l'autre, l'un du trio a asséné un coup de poing à Mounir. Ce dernier n'est pas resté les bras croisés. Il lui a donné également un coup de poing. Le sang a giclé du nez de son antagoniste. Le trio a tenté de se jeter sur Mounir. Seulement, ce dernier a pris la fuite. Après une course-poursuite de quelques minutes hors de la salle de jeux, ils l'ont rattrapé. Les badauds sont intervenus pour les empêcher de le maltraiter. Le trio a reculé, faisant semblant qu'ils ne le toucheraient plus, qu'ils le laisseraient aller en paix.
Toutefois, après que les badauds se soient dispersés, les trois poursuiveurs ont couru derrière lui une fois encore. Ils l'ont rattrapé et ont commencé à le malmener violemment. Coups de poing et coups de pied pleuvaient. Mounir qui criait au secours a tenté de résister en donnant d'une fois à l'autre un coup de poing à l'un de ses agresseurs. Pour finir la bagarre, l'un des trois amis s'est saisi d'un couteau qu'il dissimulait sous ses vêtements et lui a porté un coup au niveau de la poitrine. Après quoi, les trois jeunes, âgés respectivement de dix-huit, dix-neuf et vingt et un ans, ont pris la fuite. Arrivant sur les lieux, les habitants ont transporté le malheureux jeune homme à bord d'un taxi à destination de l'hôpital.
Alertés, les éléments de la police judiciaire se sont dépêchés sur les lieux pour entamer les investigations nécessaires pour arrêter les trois voyous. Entre-temps, Mounir a rendu l'âme à l'hôpital. Et le trio a fini par être intercepté et traduit devant la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Marrakech.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.