Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une partie de billard, il devient assassin
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 08 - 2007

Suite à un malentendu à propos d'une partie de billard, le gérant d'une salle de jeu, quinquagénaire, père de trois enfants, a tué un jeune homme à coups de couteau.
Zarrouk était chez lui quand son téléphone cellulaire a sonné. Au bout du fil, un inconnu qui lui annonce une mauvaise nouvelle : son fils, Mounir, âgé de 24 ans, a été évacué dans un état critique aux urgences de l'hôpital Mohammed V, à Casablanca. L'interlocuteur n'a rien expliqué au père qui est rapidement sorti de chez lui afin de prendre des nouvelles de son enfant. Les larmes aux yeux, il est arrivé aux urgences et s'est mis à chercher un peu partout son enfant.
Une infirmière lui a indiqué le lit devant lequel se tenaient deux hommes en civil et prenaient des notes sur leurs calepins. Ce sont des policiers qui procédaient au constat d'usage après le meurtre de Mounir. Quand le père a compris que le cadavre était celui de son fils, il s'est effondré à terre perdant connaissance. «Il est arrivé aux urgences après avoir été poignardé gravement au niveau de la poitrine et du ventre et légèrement à son bras et sa cuisse gauche», affirme le médecin-chef au père dès qu'il a repris connaissance. Qui est le meurtrier ?
Les témoins ont révélé aux policiers le nom de l'assassin. Il s'agit de Mohamed, âgé de 53 ans, père de trois enfants. Il est originaire d'Ighil, dans la région de Marrakech. La pauvreté a obligé sa famille composée de ses parents et d'une fratrie de trois sœurs et de deux frères, de rejoindre l'oncle installé à Casablanca. Il les a aidés à avoir une maison à Hay Mohammadi. Il s'est même chargé de Mohamed en lui offrant un emploi au sein de son commerce. Quelques mois plus tard, la mère de Mohamed est décédée et son père s'est remarié.
Au fil des jours, il a été appelé au service militaire. Après dix-huit mois, il est retourné au commerce de son oncle. Et suite à un malentendu, il a changé de métier pour devenir gérant dans un café. Il y a passé une vingtaine d'années avant la fermeture de l'établissement en 1999. À son 46e printemps, Mohamed s'est retrouvé au chômage. Que devait-il faire pour gagner sa vie? Avec la participation des membres de sa famille, il a loué un local qu'il a aménagé en salle de jeu. Samedi 23 juin. Après avoir pris son petit-déjeuner, Mohamed a ouvert la salle de jeu, comme d'habitude. Les clients du billard ne tarissaient pas. Vers 12 h 30, les deux frères, Ayoub et Omar, accompagnés de leur ami, Mounir, sont rentrés à la salle de jeu. Mohamed leur a demandé de quitter les lieux, parce qu'il avait l'intention de rentrer chez lui pour déjeuner. Faisant semblant de n'avoir rien entendu, ils ont continué à jouer. Mohamed leur a renouvelé sa demande, les accusant, cette fois-ci, d'avoir misé une pièce de vingt centimes et non pas un dirham. «En plus, je vous ai dit que je vais fermer la salle de jeu jusqu'au soir…», leur a-t-il lancé.
Énervé, Mohamed a saisi les boules du billard et réitéré sa demande. Aussitôt, Mounir a pris la canne du billard et est sorti de la salle de jeu en compagnie des deux frères. Mohamed les a suivis pour récupérer la canne. Seulement voilà, les trois garçons s'amusaient en refusant de la lui remettre. Ils ont même commencé à insulter Mohamed qui tentait de les rattraper. Un voisin est intervenu pour la récupérer et la remettre à Mohamed. Hors de lui, ce dernier est rentré chez lui. Sans dire un mot à sa femme, il est allé à la cuisine, a saisi un couteau qu'il a dissimulé sous ses vêtements et est sorti. Il est allé à la recherche des trois mauvais clients. Il a retrouvé Mounir et sorti son couteau pour lui asséner quatre coups mortels avant de retourner chez lui. Une demi-heure plus tard, on frappe à la porte de Mohamed. Face à lui les agents de la police. Il a été arrêté et traduit à la Cour d'appel de Casablanca. Il a été accusé d'homicide préméditation avec guet-apens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.