Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mundiapolis s'engage à former des professionnels de santé aux multiples compétences
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 10 - 2016

«Télévision, jeux vidéo, écrans virtuels et violence scolaire» est le thème débattu lors d'un point de presse à l'occasion de la nouvelle rentrée universitaire de la Faculté des sciences de la santé de l'Université Mundiapolis organisé récemment à la Fondation du Roi Abdul Aziz Al-Saoud à Casablanca par le corps académique de la Faculté.
Cette conférence de presse a suscité l'intérêt d'un large public composé de professeurs, de professionnels de la santé (pédopsychiatres, psychiatres, pédiatres, psychologues, psychomotriciens, orthophonistes, etc.), des étudiants de la Faculté des sciences de la santé de l'Université Mundiapolis et de parents confrontés à cette problématique. Au fait, avec l'invasion de notre quotidien par la télévision, les tablettes, les smartphones et les jeux vidéo, l'enfant subit des stimulations trop fortes affectant toute sa sphère sensorielle et que si l'adulte a la faculté de se protéger des sur-stimulations quotidiennes, le bébé et l'enfant en sont incapables. Dans ce sens Amine Bensaid, président de l'Université Mundiapolis, a signalé que «cette problématique est au cœur des préoccupations des parents en cette rentrée scolaire».
Et de poursuivre : «Forte de ses 20 ans d'expérience au service de l'enseignement supérieur privé, l'Université Mundiapolis est engagée à former des professionnels de santé avec des compétences multiples, des capacités à travailler dans les divers domaines de leur spécialité, ouverts sur les sciences et les technologies pour accompagner le développement et les besoins du secteur de la santé du Royaume». De son côté, Suzanne Robert-Ouvray, docteur en psychologie clinique, psychothérapeute, kinésithérapeute et psychomotricienne, a expliqué que «l'enfant a besoin de sensations variées pour construire sa pensée et comprendre le monde, mais certaines stimulations sont nocives car elles dépassent son seuil de tolérance et ne peuvent pas être intégrées».
Suzanne Robert-Ouvray a cité les 3 aspects de la désorganisation psychomotrice qui apparaissent chez des enfants de moins de 10 ans ayant été victimes des abus sensoriels, à savoir un défaut de cohérence sensorielle entre ce que voit l'enfant sur les écrans et ce qu'il ressent d'une manière consciente ou inconsciente (troubles neurovégétatifs), un auto-centrage et un isolement affectif (bouleversements dans la représentation de soi) et la création de fantasmes violents (illusions proprioceptives). Elle a par ailleurs précisé que «l'enfant sur-stimulé est un enfant qui souffre.
Cela porte atteinte à ses capacités de se construire et à sa manière de se penser comme humain, de penser le monde et de penser les autres et que pour lui éviter au maximum cette souffrance psychique, il faut lui procurer dans une relation stable et respectueuse, la considération, la protection, la reconnaissance, la réparation dont il a besoin pour traverser, prendre conscience et intégrer les choses dures de la vie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.