ONU : M. Bourita plaide pour un "système multilatéral de proximité, porteur d'efficacité et pourvoyeur de solutions"    Sahara marocain: le chef de l'exécutif espagnol réitère son appel à une solution politique fondée sur le compromis    Sécurité sociale : le chef de file du PPS pointe l'importance de la généralisation du dispositif    PRI 2021-2023 : MHE prépare une banque de projets d'investissement pour encourager l'entrepreneuriat    HCP: 83,8% des ménages réfugiés dressent un bilan globalement positif sur leur situation aux temps du Covid-19    Attaque à l'arme blanche à Paris : un nouveau suspect en garde à vue    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    Botola Pro D1 : la FRMF arrête le programme des dernières journées    Lutte contre la drogue : 940 kg de chira saisis, deux individus arrêtés à El Jadida    Béni Mellal : nouvel assouplissement des mesures restrictives    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre : 1 735 projets financés au titre de l'année 2020    À Safi, les autorités dévoilent des découvertes archéologiques    Botola: voici le programme des dernières journées (FRMF)    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    Météo Maroc: persistance du temps chaud    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Ce que Bourita et Guterres se sont dit    PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Protestations de Jerada: les principales conclusions du CNDH    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    La rentrée sociale perturbée par l'incertitude engendrée par le Covid-19    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des députés qui exercent plusieurs fonctions, cumul des mandats : Rentiers nos élus ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 11 - 2016

Dans le gouvernement sortant, Aziz Rabbah et Mohamed Moubdiî, mais aussi Driss Merroune et Mohamed Abbou ont pu continuer à assumer les deux charges avant que deux autres ministres PJD, Abdelaziz El Omari et Idriss El Azami ne les rejoignent dans ce club fermé.
Il n'est pas rare, c'est même très fréquent, de voir un parlementaire assumer également des charges locales. Rien dans la loi ne l'empêche d'être à la fois parlementaire et, au choix, président de commune, président d'arrondissement, vice-président de Région ou assumer une autre charge locale et nationale. Un ministre peut, lui aussi, être en même temps président de conseil communal d'une grande ville ou même d'une petite commune. C'est ainsi que dans le gouvernement sortant, Aziz Rabbah et Mohamed Moubdiî, mais aussi Driss Merroune et Mohamed Abbou ont pu continuer à assumer les deux charges avant que deux autres ministres PJD, Abdelaziz El Omari et Idriss El Azami ne les rejoignent dans ce club fermé. Si la loi tolère qu'un ministre puisse cumuler les deux mandats et un député plusieurs charges électives, dans la pratique, à moins d'être doté de capacités d'ubiquité, il est difficile de concilier les deux. Certes, un député ou ministre peut déléguer la quasi-totalité de ses prérogatives de président de commune, ce que font d'ailleurs la plupart des personnes concernées.
Pour les pouvoirs de signature qui ne peuvent être délégués, un ministre peut très bien se faire porter le parapheur à son bureau de ministre à Rabat. Il s'arrange, néanmoins, pour être présent aux quatre sessions annuelles de la commune, principalement celle d'octobre consacrée au vote du budget communal. C'est le cas également, mais dans une moindre mesure, pour les députés qui sont contraints de se présenter au Parlement au moins trois jours par semaine et pour le vote de certains textes importants. C'est un peu plus compliqué lorsqu'un maire est également chef de groupe parlementaire, c'était le cas de Abdellah Bouanou du PJD. Là, il se trouve dans la même situation du ministre puisqu'il est tenu de participer, en plus des séances plénières, aux travaux des commissions. Là encore, les parlementaires s'arrangent pour déléguer une partie de leurs prérogatives de présidents de communes pour pouvoir concilier les deux postes.
Mais dans les deux cas, ce sont les affaires des communes qui pâtissent de ces absences de leurs dirigeants. Aujourd'hui, cinq des six maires des villes régies selon le régime de l'unité de la ville, toutes dirigées par le PJD, sont également parlementaires. Sept des 16 présidents d'arrondissements de Casablanca, dont cinq du PJD, sont également députés. A Marrakech ce sont trois des cinq présidents d'arrondissements qui sont également dans cette situation. A Tanger, Salé et Rabat, des présidents d'arrondissements assument également les mêmes charges. Ne parlons même pas des petites communes. Il est également fréquent de rencontrer des députés qui exercent les fonctions de vice-présidents de Régions.
Au final, on se retrouve dans une situation où un élu local se fait investir d'une mission qu'il est incapable de mener convenablement. C'est à se demander, comme l'a dit le Souverain dans son discours d'ouverture du Parlement, le 14 octobre, « s'ils ne veulent pas faire leur travail, et si régler les affaires des citoyens, au niveau local ou régional ou même national, ne les intéresse pas, alors pourquoi se dirigent-ils vers l'action politique ?».
Car, on ne peut pas déceler des motivations personnelles, voire purement pécuniaires, dans cette attitude de nos élus. Sur le plan électoral, il est plus facile pour un président de conseil communal d'user de son influence locale pour obtenir un siège parlementaire. Les partis, dans leur course aux sièges, tirent également pleinement profit de cet avantage. Ce n'est pas pour rien que le PJD, qui se fait une fierté de sa démocratie interne, a aligné aux élections du 7 octobre la plupart de ses édiles locaux sinon tous. Alors que le principe de la démocratie est l'alternance dans les postes.
Bref, au-delà de cet enjeu électoral, il y a surtout l'attrait de l'argent. Les maires des grandes villes (les six villes sous le régime de l'unité de la ville) perçoivent, en effet, une indemnité mensuelle de 30.000 DH en plus des frais de déplacement. Leurs adjoints touchent 10.000 DH. Quant aux présidents des conseils des villes de plus de 500.000 habitants, ils touchent des indemnités de 11.000 DH. Un président d'arrondissement touche 6.000 DH et un vice-président de région 15.000 DH.
C'est ainsi que les deux conseillers Nabil Chikhi et Abdelali Hamiddine, en plus de leur mandat de parlementaires (36.000 DH), sont également vice-présidents de la région de Rabat-Salé-Kénitra (15.000 DH) et président de groupe pour le premier et de commission pour le second (7.000 DH dans les deux cas). De même, et c'est un autre exemple, Abdessamad Haikar et Mustapha Lhaya sont députés présidents d'arrondissements (6.000 DH) et vice-présidents du conseil de la ville (10.000 DH). El Fatmi Ramid est également député, président d'arrondissement et secrétaire au conseil de la ville (3.000 DH). Toujours à Casablanca, Abdelhak Najhi, Mohamed Joudar (UC), Ahmed Jeddar et Hassan Benomar sont députés et présidents d'arrondissements. Quant à Amina Mae El Ainine, députée à Casablanca, (36.000 DH) elle est également vice-présidente de Région à ... Souss-Massa.
On la retrouve en même temps, en tant que syndicaliste, sur la liste des membres du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique comme rapporteur de commission (2.857 DH). Le même poste qu'occupe Mohamed Yatime dans cette institution, également en tant que dirigeant de l'UNTM, tout en étant également député et membre sortant du bureau de la Chambre (7.000 DH). Jamaa El Mouatassim est député, président de conseil de la ville (30.000 DH) membre du Conseil économique, social et environnemental en tant que syndicaliste (2.200 DH par jour de travail en commission) et chef de cabinet de Benkirane (au moins 16.000 DH).
Le comble, c'est que, contrairement à ce qui se passe ailleurs comme en France notamment, les indemnités des maires et des présidents et de communes et autres responsables locaux et régionaux sont cumulables avec celle des élus parlementaires. Un député dans cette situation peut ainsi gagner plus qu'un membre du gouvernement. Et quand il s'agit d'un ministre-maire d'une grande ville, la situation est encore plus alléchante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.