Rendement décroissant des principaux impôts de l'Etat    Compteur coronavirus : 2.391 nouveaux cas et 35 décès en 24H    Casablanca: prolongation des restrictions, sauf pour les écoles    Mission accomplie pour l'hôpital des FAR au camp Zaatari    Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp    La Botola Pro D1 promet un sprint " show "    La liste de Halilhodzic. Première cape de Munir El Haddadi    Calcio : L'Inter et l'Atalanta carburent d' entrée    Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »    Nasser Bourita : Le dialogue inter-libyen a transformé une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Un policier soupçonné d'escroquerie    L'ONDE lance une dynamique nationale pour contrer l'exploitation sexuelle des enfants    Une première intervention chirurgicale dans le cadre d'une convention entre l'UNHCR et le CNOM    Passation d'un marché public: la direction de Tamek s'explique    Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?    UFC: Abu Azaitar se retire de son combat!    WAC. El Haddad out Lakhal in !    Reprise. Les PME naviguent à vue    CDH : le Maroc affirme sa position contre le racisme    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Laâyoune: ouverture d'une enquête judiciaire    Halilhodzic dévoile son nouveau staff technique (PHOTO)    Maroc : le déficit budgétaire maîtrisé, selon la Cour des Comptes [Document]    Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil    Covid-19, quel impact sur les populations ?    Les entreprises anticipent une baisse moyenne de 32% de leurs revenus    Bank Of Africa s'en sort bien au premier semestre    Google investit dans la presse mondiale    Soutien financier aux artistes : les clarifications d'El Ferdaous    «L'écrivain est sauveur du livre, cette ‘'créature en voie de disparition»    Festival international du film d'auteur de Rabat : Une 25ème édition digitale consacrée à la mémoire de Touria Jabrane    Loin des projecteurs, El Miloudi Chaghmoum souffre en silence!    Les résultats du «programme exceptionnel» sèment la discorde!    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    Que veut cacher le PAM ?    Inwi : Nadia Fassi-Fehri quitte la présidence    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Maroc : le confinement a favorisé l'achat en ligne [Etude]    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Botola Pro / 27ème journée : Une journée « remue-ménage » !    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Vaccins anti-covid: la France à la recherche de 25.000 volontaires    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces partis qui changent de tête cette année
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 02 - 2017

Le PJD, l'Istiqlal, l'USFP mais également le PSU tiennent leurs congrès nationaux au cours de 2017
Plusieurs partis politiques tiennent au cours de cette année leurs congrès nationaux. Très attendus, ces événements doivent déboucher sur le renouvellement des directions de certains grands partis du pays. Il s'agit notamment du parti de l'Istiqlal (PI), du Parti de la justice et du développement (PJD), de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) ainsi que le Parti socialiste unifié (PSU). Les istiqlaliens seront les premiers à ouvrir le bal puisque le congrès national de l'Istiqlal est prévu fin mars prochain. L'USFP organisera de son côté son congrès fin mai. Les autres formations politiques restantes, en l'occurrence le PJD et le PSU, n'ont pas encore fixé une date définitive mais leurs congrès doivent avoir lieu au plus tard l'été prochain. Si les regards sont plutôt détournés actuellement vers la lenteur des négociations pour la formation d'une nouvelle majorité gouvernementale, les partis s'activent pour boucler les préparatifs de leurs congrès. Les semaines passées ont ainsi connu l'organisation de conseils nationaux des partis concernés pour former les comités préparatoires des congrès. Ces derniers ne devraient pas aboutir à de grands chamboulements au niveau des directions des partis respectifs. Hamid Chabat est ainsi candidat à sa propre succession à la tête du parti de l'Istiqlal tandis qu'aucun Usfpéiste ne se déclare encore comme challenger de l'actuel premier secrétaire du parti, Driss Lachgar.
Retour de Alioua et El Fassi
Les congrès nationaux de l'Istiqlal et de l'USFP seront probablement marqués par le retour de certaines figures. Khalid Alioua, l'ancien ministre et porte-parole du gouvernement de l'alternance de Me Abderrahmane El Youssoufi devra effectuer son come-back. Sa participation aux préparatifs du dixième congrès du parti de la rose a été très remarquée ces derniers jours. D'autres figures usfpéistes devraient également revenir ou du moins effectuer une apparition lors du prochain congrès comme l'ancien secrétaire d'Etat, Mohamed El Gahs. De son côté, Abdelouahed El Fassi devra également prendre part au prochain congrès de l'Istiqlal. Candidat malheureux lors du dernier congrès, le fils du fondateur du parti de la balance avait claqué la porte avec fracas créant au passage le fameux courant anti-Chabat, «Bila Hawada» (sans répit). Mais le bras de fer entre les deux hommes fait désormais partie du passé puisqu'ils ont scellé leur réconciliation. Même si les deux camps doivent encore s'arranger sur des quotas pour leurs partisans au sein des instances du PI, Abdelouahed El Fassi pourrait bien prendre la présidence du conseil national du parti. Rien n'est encore joué au PJD et au PSU. Abdelilah Benkirane entretient toujours le suspense sur une probable candidature, la troisième d'affilée à la tête du parti de la lampe, quitte à revoir les statuts du PJD qui limitent le nombre de mandats au secrétariat général à deux seulement. Quant au PSU, Nabila Mounib pourrait se présenter de nouveau à la tête de cette formation de gauche. Elle devra probablement faire face à la concurrence d'autre figures au sein du PSU.
PSU : Mounib, Sassi et Tazi candidats potentiels
Si Nabila Mounib garde toute les chances de son côté pour rester à la tête du Parti socialiste unifié (PSU), d'autres figures de ce parti pourraient également se présenter lors du prochain congrès. Il s'agit notamment de Mohamed Sassi, son parcours au sein du PSU fait de lui un sérieux challenger. Aux côtés de Mounib et Sassi, Karim Tazi pourrait jouer le rôle de l'outsider. L'homme d'affaires connu avait créé la surprise il y a quelques mois en annonçant son adhésion officielle au PSU. Le concerné a cependant déclaré qu'il était depuis toujours proche de ce parti de gauche. Sa candidature pour le poste de secrétaire général reste probable même s'il a laissé entendre dans la presse qu'il ne briguerait pas un mandat lors du prochain congrès.
A noter que le PSU est membre de la Fédération de la gauche démocratique (FDG) qui copte deux autres formations politiques, à savoir le Congrès national ittihadi (CNI) et le Parti de l'avant-garde démocratique et socialiste (PADS). Lors des dernières élections législatives, la FDG avait obtenu deux sièges.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.