Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Yasmina Baddou, l'optimiste
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 11 - 2002

En une année, Yasmina Baddou, l'avocate au barreau de Casablanca, fille d'un istiqlalien, passe de secrétaire de section du Parti de l'Istiqlal à Casablanca-Anfa au secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, chargé de la Formation professionnelle. Portrait.
«Elle est souriante, sincère, sérieuse, courageuse et optimiste» affirment ses «frères et sœurs» à la section du parti de l'Istiqlal, Casablanca-Anfa.
« Elle écoute, communique et dialogue » attestent les femmes qui attendent, ce lundi 11 novembre, au siège de la section de Sidi Belyout, à la rue Sour El Jdid, ancienne médina, préfecture de Casablanca-Anfa.
Elle s'assoit sur une chaise, depuis 20h 30mn, s'accoude sur un vieux bureau et écoute attentivement les habitants de l'ancienne médina. Il est déjà 23h et elle semble n'avoir pas l'intention de partir sans écouter plus de cent femmes qui viennent pour lui étaler leurs problèmes.
Elle s'appelle Yasmina Baddou. Elle est avocate, parlementaire et ministre.
Elle est née le 23 octobre 1962. Elle a fêté avec ses trois filles, Safia, Z'hour et Oumhani, âgées respectivement de 18, 16 et 10 ans, ses quarante printemps, vingt-six jours après sa réussite aux élections parlementaires et quinze jours avant sa nomination au sein du nouveau gouvernement, chargée du secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, chargée de la Formation professionnelle.
Personne ne conteste qu'elle est istiqlalienne jusqu'au sang ; elle a tété les ABC de « L'autocritique » de sa mère, Aïcha Bennani, fille d'un Istiqlalien, Hadj Ahmed Bennani, et elle les a hérités de son père, Abderrahmane Baddou.
« J'ai grandi dans une famille militante et istiqlalienne…Mon père est l'un des piliers des événements d'Oujda lors du protectorat…Il était membre de Comité Exécutif du Parti de l'Istiqlal, président du premier groupe parlementaire istiqlalien…Il était chargé des missions diplomatiques au Liban, en Autriche et il était secrétaire d'Etat auprès des Affaires Etrangères… » atteste-t-elle.
Le courant de militantisme et de l'abnégation pour le bien-être du pays lui passe par les veines.
Les voyages de son père pour les missions diplomatiques l'obligent à passer son enfance ailleurs. Elle retourne chez elle pour poursuivre ses études secondaires au lycée Descartes de Rabat. Seulement sa prochaine destination était Marseille, en France. La raison était double : faire sa terminale et rejoindre son futur cavalier ;Ali Fassi Fihri, l'actuel directeur de l'Office National de l'Eau Potable (l'ONEP). Baccalauréat décroché, Yasmina Baddou, s'inscrit à l'université d'Aix-en-Provence pour passer une année en étude de droit. Puis elle revient à la mère patrie pour poursuivre ses études juridiques à l'Université Mohammed V de Rabat. Elle décroche, en 1986, une licence en droit privé, puis un certificat des études supérieures, en droit des affaires, en 1988. Une année plus tôt, elle adhère au Parti de l'Istiqlal pour entamer, opérationnellement, son parcours militant.
Entre temps, elle s'apprête à présenter sa thèse de doctorat avec l'ex-ministre de la Justice, Omar Azziman. « Des circonstances objectives m'ont empêchée de poursuivre…Mais je n'ai pas abandonné le monde de la justice… » précise-t-elle. Par contre elle s'y plonge à fond en exerçant la profession d'avocat, au barreau de Rabat. Elle ouvre avec son père, en 1989, un cabinet d'avocat dans la capitale. Elle y passe six ans, marqués par un passage de deux ans à la banque commerciale marocaine (BCM) en tant que directeur adjoint chargé des affaires juridiques. La routine bancaire et la mutation de son mari à Casablanca l'obligent à abandonner son poste à la banque et regagner la capitale économique, en 1995. Là, elle s'inscrit au barreau et ouvre, au boulevard Zerktouni, son cabinet. Sa vocation juridique lui permet de devenir conseillère juridique du wali du Grand Casablanca et de la Communauté Urbaine de Casablanca.
En parallèle, elle bâtissait son parcours politique. En six ans à Casablanca, elle arrive à sympathiser avec «ses frères et sœurs» du parti, à la section Casablanca-d'Anfa, et gagner leur confiance pour l'élire, en novembre 2001, secrétaire de cette section.
Une responsabilité locale qui lui permet de devenir membre du Conseil provincial de Casablanca et l'encourage à rêver les yeux ouverts.
Au fil des mois, l'heure des élections législatives sonne. Yasmina Baddou, qui ne reste jamais les bras croisés, s'engage corps et âme, dans cette bataille pour « le bien-être et le développement du pays ». Une bataille rude et sévère « entre frères et sœurs » au sein de la section du Parti de l'Istiqlal à Casablanca-Anfa, car elle n'a pas choisi la liste nationale. Elle la prend enfin en main en occupant la tête de la liste locale et pour entamer la vraie et grande bataille de la campagne électorale devant des noms de grand calibre ; Khalid Alioua de l'USFP, Saâd Saâdi du PPS, Rachid Lamdaouar du PJD, Lahjouji,… «La campagne électorale m'a bien servie, j'ai écouté les habitants de la circonscription de Casablanca-Anfa où la disparité sociale est flagrante et j'ai communiqué avec eux…J'étais sincère avec les électeurs et ils ont senti ce sentiment…» déclare-t-elle. Les événements se suivent en un clin d'œil. Yasmina Baddou gagne le pari. Elle remporte la quatrième place de sa circonscription électorale et fait, désormais, partie des 5 femmes élues dans les listes locales. Dès le vendredi 27 septembre, elle fait partie des 35 femmes marocaines parlementaires. Les ambitions de Yasmina Baddou, l'avocate et la parlementaire, n'ont pas de limite et elles se sont concrétisées par sa nomination, jeudi 7 novembre, à la tête du secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, chargée de la Formation professionnelle. Certes elle s'abstient à divulguer son programme d'action. «Il faut attendre la déclaration gouvernementale» justifie-t-elle. Mais, elle ne renonce pas à affirmer qu'elle est « très optimiste » et qu'elle optera «pour une politique de proximité pour redonner confiance aux citoyens et ressusciter leurs espoirs».
Ses rencontres avec les citoyens de sa circonscription électorale lui ont permis d'être proche de leurs vrais problèmes.
«Ils veulent travailler, avoir des médicaments, des logements…Ce sont des nécessiteux… On doit les aider…». Elle leur promet de rester quotidiennement en contact avec eux. «Et je vais commencer un tour autour du Maroc en rendant visite notamment au monde rural pour savoir plus profondément les vrais problèmes de notre pays et les besoins des citoyens…» conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.