L'activiste Amazighe Malika Mezzane poursuivie pour incitation à la haine    Climat : Un observatoire d'évaluation des actions des acteurs non-étatiques en gestation    Managem en bonne forme au 1er semestre 2017    Affrontements entre police et manifestants pro-séparatistes à Barcelone    Le salon du cheval d'El Jadida, un événement phare pour le patrimoine national et la vie économique    Salon « Al Omrane Expo 2017 » : plus de 7000 visiteurs ont fait le déplacement    Benabdallah effectue une visite de travail en Guinée    Le Oppo F3 aux couleurs du Club catalan FC Barcelone    Danone Nations Cup : Les Lionceaux de l'Atlas en route vers les Etats-Unis    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Les attentes de la CGEM    Maroc - Gabon : Qui mettre à gauche ? Spécial    Gad Elmaleh a bouclé «Oh my Gad!» en Australie    Rencontre gouvernement-syndicats    Contrôle fiscal : La vérification à l'amiable enfin formalisée    Qu'en est-il au niveau des crèches?    Le français Derichebourg avance ses pions au Maroc    Coupe du Trône: le choc Raja-FUS aura lieu ce mardi    «Bilmawen Bodmawen»: un carnaval de couleurs dans les rues d'Inezgane et Dcheira    Le Real Madrid s'incline à domicile face au Betis Séville (0-1)    Sahara, Maghreb, Afrique... ce qu'a dit Nasser Bourita à l'ONU    Le gouvernement courtise le patronat    Boulemane: ancien dirigeant d'une agence commerciale, il est arrêté pour avoir détourné 3 millions de DH    Météo: temps nuageux et des températures en légère baisse    Enseignement privé: la flambée des frais de scolarité devant le Parlement    Pêche: des investissements et des emplois    Mme Afailal à Boulemane pour s'enquérir de la situation hydrique dans la province    New York: le Maroc reconduit à la tête du Forum mondial de lutte contre le terrorisme    Le 1er Moharram de la nouvelle année de l'Hégire 1439 correspondra au vendredi 22 septembre    Brésil : L'ex-gouverneur de Rio condamné à plus de 45 ans de prison pour corruption    Faune-Flore : Le Maroc élu vice président du groupe d'experts africains    Christie's lance sa formule e-learning    Essaouira aussi aura son ''Banc de la Liberté"    Mohamed Ben Abdelkader : On ne peut aborder la réforme administrative que sous un angle global et jamais au cas par cas    Abdelkrim Benatiq s'entretient avec une délégation parlementaire danoise    A l'ONU, Trump menace de détruire totalement la Corée du Nord    Le risque Irma existe également pour le Maroc    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    Trois policiers agressés à Essaouira    Candidature du Maroc pour le Mondial-2026 : Concrétiser le rêve d'une nation    Handball : Elimination du MCO et de W. Smara du championnat arabe    Messi se met en quatre pour le Barça    Expulsions intempestives de migrants marocains d'Italie    Marocaines et Marocains, il vous est désormais possible de saisir la HACA    Une oeuvre d'art gigantesque dépoussiérée sous les yeux du public aux Pays-Bas    Les meilleurs films de tous les temps    Oujda accueille le 1er Salon maghrébin du livre    Scènes de désolation après le séisme au Mexique qui a fait au moins 248 morts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grades, contrats, légalisation... le grand ménage au sein de l'administration publique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 08 - 2017

La réforme de l'administration et de la fonction publique sur les rails
Remplacer «grade» par «fonction», c'est ce qu'a déclaré Mohamed Ben Abdelkader, ministre délégué chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique mercredi 9 août à Rabat. En effet, le ministre a précisé que son département s'attellera à la mise en place de ce nouveau système fondé sur la fonction. S'expliquant sur les nouvelles mesures visant l'application des orientations du discours royal à l'occasion de la Fête du Trône, le ministre a dévoilé qu'une commission ad hoc sera mise en place pour proposer des solutions aux défaillances que connaît l'administration et la fonction publique.
Quant à l'emploi par contrat, Mohamed Ben Abdelkader a expliqué que la contractualisation dans la fonction publique est un choix axé sur la gestion par objectifs et par performances. Le ministre a également souligné que la commission interministérielle pour la réforme de l'administration va réviser les procédures de nomination aux fonctions supérieures et aux postes de responsabilité. L'objectif étant de respecter les critères du mérite et de la compétence et à consacrer les principes d'évaluation, de la responsabilisation et de la reddition des comptes. Créée le 3 août à la suite de la tenue du Conseil des ministres, cette commission veillera à la mise en œuvre du chantier de la réforme de l'administration publique et à renforcer les outils de la bonne gouvernance, souligne le ministère.
Rompre avec la lourdeur administrative
En cours de validation au Secrétariat général du gouvernement, une série de projets de décrets donne le ton des changements envisagés pour remédier aux multiples problèmes que connaît l'administration. Ainsi, le projet de décret relatif à l'amélioration des services publics procéduraux vise selon ses termes à pallier les dysfonctionnements auxquels est souvent confronté le citoyen. Il se définit comme une plate-forme pour lancer la réforme qui mettra l'administration au service du citoyen. Plus en détails, ce texte fixe entre autres les normes et les engagements que doit observer le personnel du front office pour garantir le bon fonctionnement de l'unité administrative et améliorer la qualité des services rendus. Plus encore, le texte incite les administrations à publier l'ensemble des données et des informations relatives au service public.
Ledit document impose aussi aux administrations de s'organiser de façon à assurer l'accueil, l'orientation, l'information et la fourniture de la prestation et demande d'adopter un système de permanence. Mais encore, l'usager pourra suivre de façon continue les services offerts et l'évolution des demandes de service formulées. Le projet de décret garantit par ailleurs au citoyen le droit d'exiger un accusé de réception ou un récépissé suite à la formulation de toute demande de service. Le texte invite les administrations à échanger les données électroniques entre les différents départements ministériels à travers la «Gateway gouvernementale», de même à substituer les documents requis sans assises juridiques ou réglementaires par la déclaration sur l'honneur.
Concernant l'approbation des documents administratifs, le projet ambitionne de mettre en place un système national d'approbation des formulaires administratifs en attribuant cette compétence à l'autorité gouvernementale chargée de la réforme de l'administration et de la fonction publique. Ainsi, ces documents doivent être conformes aux critères prévus par le guide des formulaires administratifs et adoptés par le chef du département ou des départements concernés après visa de l'autorité gouvernementale chargée de la réforme de l'administration et de la fonction publique. Ils doivent par la suite être fournis gratuitement dans les établissements publics ou en ligne, indique le projet de décret.
Pourquoi une commission nationale de la réforme de l'administration ?
Le ministère indique que l'élaboration du projet de décret portant création de la commission nationale de la réforme de l'administration intervient dans le cadre de la mise en œuvre du plan d'action de la réforme de l'administration présenté lors du Conseil de gouvernement tenu le 11 mai 2017. Principal outil de la réforme, cette commission est chargée de fixer les orientations stratégiques de la réforme de l'administration, notamment en matière d'amélioration de la relation administration-usager, de valorisation du capital humain, et d'organisation de l'administration.
Le décret portant la création de cette entité indique qu'elle est chargée d'établir le rapport de synthèse annuel retraçant l'état d'avancement des projets de réforme comparé aux objectifs fixés et proposer les mesures à même de dépasser les contraintes de réalisation.
Selon ce projet de texte, elle devra étudier et examiner les bilans des réalisations des projets de réforme élaborés par les autorités gouvernementales concernées. Cette commission est placée sous la présidence du chef de gouvernement et se réunira au moins deux fois par an et chaque fois que nécessaire, précise le projet de décret en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.