Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grades, contrats, légalisation... le grand ménage au sein de l'administration publique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 08 - 2017

La réforme de l'administration et de la fonction publique sur les rails
Remplacer «grade» par «fonction», c'est ce qu'a déclaré Mohamed Ben Abdelkader, ministre délégué chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique mercredi 9 août à Rabat. En effet, le ministre a précisé que son département s'attellera à la mise en place de ce nouveau système fondé sur la fonction. S'expliquant sur les nouvelles mesures visant l'application des orientations du discours royal à l'occasion de la Fête du Trône, le ministre a dévoilé qu'une commission ad hoc sera mise en place pour proposer des solutions aux défaillances que connaît l'administration et la fonction publique.
Quant à l'emploi par contrat, Mohamed Ben Abdelkader a expliqué que la contractualisation dans la fonction publique est un choix axé sur la gestion par objectifs et par performances. Le ministre a également souligné que la commission interministérielle pour la réforme de l'administration va réviser les procédures de nomination aux fonctions supérieures et aux postes de responsabilité. L'objectif étant de respecter les critères du mérite et de la compétence et à consacrer les principes d'évaluation, de la responsabilisation et de la reddition des comptes. Créée le 3 août à la suite de la tenue du Conseil des ministres, cette commission veillera à la mise en œuvre du chantier de la réforme de l'administration publique et à renforcer les outils de la bonne gouvernance, souligne le ministère.
Rompre avec la lourdeur administrative
En cours de validation au Secrétariat général du gouvernement, une série de projets de décrets donne le ton des changements envisagés pour remédier aux multiples problèmes que connaît l'administration. Ainsi, le projet de décret relatif à l'amélioration des services publics procéduraux vise selon ses termes à pallier les dysfonctionnements auxquels est souvent confronté le citoyen. Il se définit comme une plate-forme pour lancer la réforme qui mettra l'administration au service du citoyen. Plus en détails, ce texte fixe entre autres les normes et les engagements que doit observer le personnel du front office pour garantir le bon fonctionnement de l'unité administrative et améliorer la qualité des services rendus. Plus encore, le texte incite les administrations à publier l'ensemble des données et des informations relatives au service public.
Ledit document impose aussi aux administrations de s'organiser de façon à assurer l'accueil, l'orientation, l'information et la fourniture de la prestation et demande d'adopter un système de permanence. Mais encore, l'usager pourra suivre de façon continue les services offerts et l'évolution des demandes de service formulées. Le projet de décret garantit par ailleurs au citoyen le droit d'exiger un accusé de réception ou un récépissé suite à la formulation de toute demande de service. Le texte invite les administrations à échanger les données électroniques entre les différents départements ministériels à travers la «Gateway gouvernementale», de même à substituer les documents requis sans assises juridiques ou réglementaires par la déclaration sur l'honneur.
Concernant l'approbation des documents administratifs, le projet ambitionne de mettre en place un système national d'approbation des formulaires administratifs en attribuant cette compétence à l'autorité gouvernementale chargée de la réforme de l'administration et de la fonction publique. Ainsi, ces documents doivent être conformes aux critères prévus par le guide des formulaires administratifs et adoptés par le chef du département ou des départements concernés après visa de l'autorité gouvernementale chargée de la réforme de l'administration et de la fonction publique. Ils doivent par la suite être fournis gratuitement dans les établissements publics ou en ligne, indique le projet de décret.
Pourquoi une commission nationale de la réforme de l'administration ?
Le ministère indique que l'élaboration du projet de décret portant création de la commission nationale de la réforme de l'administration intervient dans le cadre de la mise en œuvre du plan d'action de la réforme de l'administration présenté lors du Conseil de gouvernement tenu le 11 mai 2017. Principal outil de la réforme, cette commission est chargée de fixer les orientations stratégiques de la réforme de l'administration, notamment en matière d'amélioration de la relation administration-usager, de valorisation du capital humain, et d'organisation de l'administration.
Le décret portant la création de cette entité indique qu'elle est chargée d'établir le rapport de synthèse annuel retraçant l'état d'avancement des projets de réforme comparé aux objectifs fixés et proposer les mesures à même de dépasser les contraintes de réalisation.
Selon ce projet de texte, elle devra étudier et examiner les bilans des réalisations des projets de réforme élaborés par les autorités gouvernementales concernées. Cette commission est placée sous la présidence du chef de gouvernement et se réunira au moins deux fois par an et chaque fois que nécessaire, précise le projet de décret en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.