10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi de Finances 2018 : Les DAF devront se mettre à jour
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 11 - 2017


De nombreux changements procéduraux sont prévus
A côté des dispositions fiscales qui suscitent un vif intérêt chez les contribuables, le projet de loi de Finances 2018 prévoit de nombreux changements procéduraux, passés un peu inaperçus, en matière de tenue de comptabilité, d'informations à déclarer au fisc... ALM récapitule les plus déterminants.
Une première disposition d'importance porte sur l'obligation de se doter d'un système informatique de facturation. Les entreprises soumises à l'IS et à l'IR au titre des revenus professionnels déterminés selon le régime du résultat net réel ou du résultat net simplifié ainsi que celles assujetties à la TVA, doivent ainsi s'équiper de ces systèmes qui devront répondre à des critères techniques précis déterminés par texte réglementaire. S'agissant d'un changement d'envergure, cette nouvelle obligation sera instituée progressivement par secteur d'activité, rassure la Direction générale des impôts (DGI). Et pour bien déterminer toutes les règles à respecter d'entrée de jeu, l'administration prévoit que l'entrée en vigueur effective de cette disposition n'intervienne qu'après la publication de tous les textes d'application. Sur le même registre, les Impôts pourront bientôt exiger des contribuables de fournir les documents vérifiés dans le cadre des contrôles fiscaux (principalement les écritures comptables), au format électronique plutôt que sur papier. Là encore, l'idée est d'y aller progressivement en généralisant cette disposition au fur et à mesure. Mais une fois entrée en vigueur, les contrevenants risqueront gros. En cas de non observation de cette obligation dans un délai de 15 jours à compter de la date de réception de la notification, une sanction de 50.000 DH par exercice sera appliquée, avertit le fisc. Il va de soi que les documents comptables sur support informatique devront être conservés, et cela doit se faire selon les mêmes conditions de leur archivage sur support papier, insiste la DGI. L'idée derrière tout cela est évidemment de faciliter la tâche aux agents du fisc lors des contrôles.
La mention de l'ICE deviendra sous peu une condition
A ce sujet, il faudra désormais s'habituer à recevoir les notifications des impôts par voie électronique, l'administration étant habilitée par le projet de loi de Finances 2018 à recourir à ce canal. Cela amène nécessairement une obligation pour les contribuables de disposer d'une adresse électronique permettant les notifications électroniques qui, il faut bien le comprendre, produiront les mêmes effets que les autres moyens de notification. Poussant la logique plus loin, les impôts préparent le terrain à une généralisation de l'échange électronique avec les contribuables. En effet, le projet de loi de Finances impose aux opérateurs soumis à l'IS et à l'IR au titre des revenus professionnels déterminés selon le régime du résultat net réel ou du résultat net simplifié ainsi que ceux assujettis à la TVA de détenir une adresse électronique auprès d'un prestataire de service de certification électronique, permettant l'échange électronique avec l'administration fiscale.
Outre l'obligation d'engager un virage digital au niveau de leurs fonctions financières, les contribuables devront être vigilants à d'autres nouvelles règles. Celles-ci se rapportent d'abord à l'Identifiant commun de l'entreprise (ICE).
En effet, les contribuables n'ayant pas la qualité de commerçant ne mentionnant pas l'ICE sur les documents qu'ils délivrent à leurs clients ou à des tiers, seront désormais frappés d'une amende de 100 DH par omission ou inexactitude relevées. Plus que cela, la mention de l'ICE deviendra sous peu une condition pour bénéficier des avantages fiscaux prévus par le Code général des impôts.
Autres nouvelle obligation qui doit être soulignée, les sociétés soumises à l'IS et les personnes soumises à l'IR selon le régime du résultat net réel ou simplifié auront sous peu l'obligation de déclarer leurs ventes aux entreprises soumises à la taxe professionnelle. Il s'agit ainsi concrètement pour les contribuables de joindre à leurs déclarations de résultat fiscal un état des ventes par client soumis à la taxe professionnelle. Cette nouvelle obligation vise à renforcer les moyens de contrôle du fisc permettant le recoupement des données en vue de détecter les niches de fraude fiscale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.