Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi de Finances 2018 : Les DAF devront se mettre à jour
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 11 - 2017


De nombreux changements procéduraux sont prévus
A côté des dispositions fiscales qui suscitent un vif intérêt chez les contribuables, le projet de loi de Finances 2018 prévoit de nombreux changements procéduraux, passés un peu inaperçus, en matière de tenue de comptabilité, d'informations à déclarer au fisc... ALM récapitule les plus déterminants.
Une première disposition d'importance porte sur l'obligation de se doter d'un système informatique de facturation. Les entreprises soumises à l'IS et à l'IR au titre des revenus professionnels déterminés selon le régime du résultat net réel ou du résultat net simplifié ainsi que celles assujetties à la TVA, doivent ainsi s'équiper de ces systèmes qui devront répondre à des critères techniques précis déterminés par texte réglementaire. S'agissant d'un changement d'envergure, cette nouvelle obligation sera instituée progressivement par secteur d'activité, rassure la Direction générale des impôts (DGI). Et pour bien déterminer toutes les règles à respecter d'entrée de jeu, l'administration prévoit que l'entrée en vigueur effective de cette disposition n'intervienne qu'après la publication de tous les textes d'application. Sur le même registre, les Impôts pourront bientôt exiger des contribuables de fournir les documents vérifiés dans le cadre des contrôles fiscaux (principalement les écritures comptables), au format électronique plutôt que sur papier. Là encore, l'idée est d'y aller progressivement en généralisant cette disposition au fur et à mesure. Mais une fois entrée en vigueur, les contrevenants risqueront gros. En cas de non observation de cette obligation dans un délai de 15 jours à compter de la date de réception de la notification, une sanction de 50.000 DH par exercice sera appliquée, avertit le fisc. Il va de soi que les documents comptables sur support informatique devront être conservés, et cela doit se faire selon les mêmes conditions de leur archivage sur support papier, insiste la DGI. L'idée derrière tout cela est évidemment de faciliter la tâche aux agents du fisc lors des contrôles.
La mention de l'ICE deviendra sous peu une condition
A ce sujet, il faudra désormais s'habituer à recevoir les notifications des impôts par voie électronique, l'administration étant habilitée par le projet de loi de Finances 2018 à recourir à ce canal. Cela amène nécessairement une obligation pour les contribuables de disposer d'une adresse électronique permettant les notifications électroniques qui, il faut bien le comprendre, produiront les mêmes effets que les autres moyens de notification. Poussant la logique plus loin, les impôts préparent le terrain à une généralisation de l'échange électronique avec les contribuables. En effet, le projet de loi de Finances impose aux opérateurs soumis à l'IS et à l'IR au titre des revenus professionnels déterminés selon le régime du résultat net réel ou du résultat net simplifié ainsi que ceux assujettis à la TVA de détenir une adresse électronique auprès d'un prestataire de service de certification électronique, permettant l'échange électronique avec l'administration fiscale.
Outre l'obligation d'engager un virage digital au niveau de leurs fonctions financières, les contribuables devront être vigilants à d'autres nouvelles règles. Celles-ci se rapportent d'abord à l'Identifiant commun de l'entreprise (ICE).
En effet, les contribuables n'ayant pas la qualité de commerçant ne mentionnant pas l'ICE sur les documents qu'ils délivrent à leurs clients ou à des tiers, seront désormais frappés d'une amende de 100 DH par omission ou inexactitude relevées. Plus que cela, la mention de l'ICE deviendra sous peu une condition pour bénéficier des avantages fiscaux prévus par le Code général des impôts.
Autres nouvelle obligation qui doit être soulignée, les sociétés soumises à l'IS et les personnes soumises à l'IR selon le régime du résultat net réel ou simplifié auront sous peu l'obligation de déclarer leurs ventes aux entreprises soumises à la taxe professionnelle. Il s'agit ainsi concrètement pour les contribuables de joindre à leurs déclarations de résultat fiscal un état des ventes par client soumis à la taxe professionnelle. Cette nouvelle obligation vise à renforcer les moyens de contrôle du fisc permettant le recoupement des données en vue de détecter les niches de fraude fiscale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.