Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dilemme du poisson
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 01 - 2003

La consultation sur le commerce international de poisson et la sécurité alimentaire se tient depuis le 27 janvier à Casablanca. Objectif, résoudre le dilemme entre demandes externes et besoin de satisfaire les marchés locaux.
Le commerce international de poisson et la sécurité alimentaire. Tel est l'objet de la réunion de consultation d'experts sur le commerce international des produits de la mer et la sécurité alimentaire qui se tient à Casablanca depuis le 27 et jusqu'au 30 janvier.
Initié par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), en collaboration avec le Magazine international Info Samak, ce forum a pour objectif de mener une réflexion sur la problématique de la sécurité alimentaire dans les pays exportateurs en développement. Des pays où l'on remarque une disponibilité des ressources, comme c'est le cas pour le Maroc, et une forte demande externe en produits de la pêche.
Selon les statistiques de la FAO, les importations mondiales des produits de la pêche atteignent actuellement près de 59 milliards de dollars, de même que la valeur de l'exportation a été estimée à 54 milliards de dollars. Produit à forte valeur ajoutée pour les pays en développement donc, le commerce de la pêche pose par là même un autre problème : la sécurité alimentaire des pays qui en sont les exportateurs. Les besoins nationaux de consommation entrent en compétition directe avec la logique d'exportation à même de générer des recettes en devises pour financer le développement de leurs pays. Une gestion équitable de cette ressource s'impose. «Les pays arabes disposent d'une richesse halieutique, capable d'assurer une large sécurité alimentaire à leurs sociétés et satisfaire les besoins des marchés nationaux à un prix à la portée de toutes les bourses, à condition que ces ressources soient exploitées, distribuées et commercialisées d'une façon rationnelle», a déclaré Abdellatif Belkouche, le directeur d'Info Samak.
Au dilemme précité s'ajoute un élément non moins pénalisant pour ce commerce : «Le volume du commerce des produits de la mer ne correspond pas au niveau de l'offre et de la demande du marché international», relève M. Belkhouche. Le taux des échanges des grands pays producteurs des produits de la mer, comme le Maroc et la Mauritanie, avec les pays de la région ne dépasse pas le seuil de 3% de la globalité de leurs importations en la matière.
Pour rentabiliser et optimiser le secteur des pêches, les pays en développement doivent impérativement développer les structures d'aquaculture, a souligné pour sa part, le représentant de la FAO à Rabat, le Tunisien Omar Ben Romdhane. Les exportations des produits de la pêche contribuent à hauteur de 50 % des flux de la pêche échangés à l'échelle mondiale et dont 80 pc (en valeur) est destiné aux pays développés. Partie prenante à ces journées de consultation, le ministère de la pêche, à sa tête Taïb Mohamed Ghafès, a appelé la communauté internationale à procéder à un redressement par la mise en œuvre de mesures de conservation et d'aménagement des ressources halieutiques, telles qu'elles découlent des dispositions pertinentes du code de conduite pour une pêche respectueuse des recommandations et plans d'action du sommet mondial de l'alimentation et de la déclaration de Kyoto sur la contribution durable des pêches à la sécurité alimentaire. Il est à noter que cette consultation, la première du genre tenue au Maroc, après deux conférences alimentaires mondiales organisées, en 1997 et 2002 au siège de la FAO à Rome, s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de l'organisation onusienne en matière de lutte contre la faim.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.