Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 11 - 2018

SM le Roi Mohammed VI et le président de la République française ont procédé jeudi à l'inauguration du Train à Grande Vitesse
Le premier TGV d'Afrique est aujourd'hui une réalité. En effet, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le président de la République française Emmanuel Macron ont procédé, jeudi à Tanger, à l'inauguration du Train à Grande Vitesse «Al Boraq» reliant la ville du détroit à Casablanca. Il s'agit d'un chantier gigantesque et surtout premier du genre au Maghreb et au continent africain.
A l'issue de plusieurs années de travaux et de mise à niveau, ce projet fait entrer aujourd'hui le Maroc dans le cercle fermé des pays disposant de telles infrastructures. Il faut dire que l'inauguration de ce projet s'inscrit dans le cadre des efforts de revitalisation et de développement du secteur ferroviaire national, engagés depuis l'accession au Trône de SM le Roi Mohammed VI. Avec des investissements importants de l'ordre de 70 milliards de dirhams, le Train à Grande vitesse «Al Boraq» est la première étape du schéma directeur pour le développement du réseau de lignes pour Trains à Grande Vitesse au Maroc (TGVM), un schéma directeur de développement planifié, à moyen et long termes, avec l'objectif de répondre à l'évolution de la mobilité au sein du Royaume.
Dans ce sens, la Ligne à Grande Vitesse Tanger-Casablanca permet de relier ces deux grands pôles économiques, en apportant une solution convenable et durable à une demande de mobilité en croissance continue. Grâce à cette première ligne, les temps de parcours sont considérablement réduits et passent à 50mn au lieu de 3h15mn pour le voyage TangerKénitra, 1h20mn au lieu de 3h45mn pour TangerRabat, et 2h10mn au lieu de 4h45mn pour TangerCasablanca. Ce n'est pas tout.
La Ligne à Grande Vitesse TangerCasablanca permet de rapprocher les villes et d'accélérer la mobilité entre les deux métropoles, accroître le nombre de passagers de 3 millions par an à plus de 6 millions dès la 3ème année d'exploitation, renforcer la sécurité routière et la protection de l'environnement. De même cette ligne devra contribuer à libérer la capacité pour le transport fret induit notamment par l'activité du port de Tanger Med, à développer l'expertise et le savoir-faire national, à promouvoir le transfert de compétences et à initier le développement d'un écosystème ferroviaire local qui rayonnera au niveau régional, voire continental. En effet, l'expérience acquise par le Maroc dans ce domaine pourrait ensuite être parfaitement partagée et redéployée à l'international, notamment en Afrique, dans le cadre de la politique de coopération Sud-Sud adoptée par le Royaume.
A noter que pendant la phase d'exécution des travaux, ce projet a permis la création de 30 millions de journées d'emploi direct et indirect, alors que dans la phase d'exploitation, le TGV Maroc devrait générer 1.500 emplois directs et 800 indirects. Ce projet doit permettre au Maroc d'effectuer un grand saut en avant vers le développement des moyens de transport à très forte valeur ajoutée et surtout une faible empreinte carbone.
Partenariat intelligent maroco-français
La réalisation de ce projet a mis à contribution un partenariat intelligent maroco-français, un transfert de savoir-faire adéquat, une ingénierie ingénieuse et une technicité pointue. Ce projet majeur a été conçu et conduit de la manière la plus optimale possible. Il s'est basé sur un modèle économique viable reposant sur un montage financier adéquat, une frugalité de l'investissement résultant de l'implication des entreprises locales, une tarification optimisée, ainsi que des coûts d'exploitation rationnalisés.
Ce partenariat a permis la création à Rabat de l'Institut de formation ferroviaire (IFF) au profit des cheminots du Maroc, de France et d'autres pays de la région, ainsi que la mise en place d'une société commune (joint-venture) entre l'ONCF et la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), pour la maintenance des Trains à Grande Vitesse, tout en permettant à l'ONCF une montée progressive en compétences dans ce domaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.