OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Communiqué du Bureau politique du PPS    Edito : 16 ans et toujours rien !    La CGEM et les institutions internationales lancent une plate-forme collaborative    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Crise de transparence    La CGEM promeut la médiation bancaire    Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Examen du Bac: Des dates problématiques!    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Elections européennes: Les réformes passées au crible    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Divers sportifs    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son beau livre édité par La Croisée des Chemins : Zhor Kabbaj El Ayoubi décortique les facettes de la philanthropie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 02 - 2019

L'écrivaine partage des expériences personnelles. Rencontre de personnes, difficulté a pouvoir faire des dons, perte d'un être cher sont autant d'exemples donnés par l'auteure pour illustrer ces expériences.
Le 25ème Salon international de l'édition et du livre est une opportunité idoine pour les maisons d'édition afin de présenter leurs nouvelles publications. Le beau livre «Cœur de mécènes, mécènes de cœur» de l'auteure Zhor Kabbaj El Ayoubi, édité par La Croisée des Chemins, en est un.
En publiant ce livre, l'écrivaine partage des expériences personnelles. Rencontre de personnes, difficulté a pouvoir faire des dons, perte d'un être cher sont autant d'exemples donnés par l'auteure pour illustrer ces expériences. «Le plus précieux et le plus beau don que l'on puisse faire est justement ce qui nous manque le plus, à savoir le temps», précise-t-elle judicieusement dans l'avant-propos de sa publication.
Avant de concevoir son beau livre, Zhor Kabbaj El Ayoubi indique avoir mené des recherches à propos du mécénat. Des études qui exigent du temps. Seules les personnes généreuses et philanthropes peuvent prendre ce temps pour mener de telles études. «J'ai compris qu'il (le mécénat) ne se résume pas au seul soutien financier et/ou matériel, mais qu'il se déploie sous plusieurs formes dont la plus simple et la plus abordable pour tous est sans conteste le don de soi», estime-t-elle.
Mieux encore, l'auteure remonte, dans l'introduction de son livre, à l'histoire du mécénat. Dans ce sens, elle fait référence à Gaius Maecenas. Le patronyme de ce consul romain, également protecteur de Virgile et d'Horace, ami des arts et des lettres, renvoyant au vocable «mécénat». Celui-ci étant, comme le rappelle Zhor Kabbaj El Ayoubi, «non seulement un don, mais aussi et avant tout un acte philanthropique. Il doit bénéficier à la communauté».
Déjà, la philanthropie est ancrée dans notre religion. Chose que l'écrivaine réitère dans sa publication à travers l'exhortation faite par Dieu aux Hommes pour s'entraider.
Outre l'Islam, d'autres courants ont la même fibre de mécène. «L'humanisme prône également les valeurs universelles qui sont des droits et dont l'accès non généralisé en raison des inégalités socio-économiques en stimule l'existence et la nécessité. Dans les deux cas, ceux qui reçoivent redonnent, bouclant ainsi la boucle», détaille-t-elle.
Cependant, l'auteure ne manque pas de mettre en lumière un sujet d'actualité. «De nos jours, le choix du terme «mécénat» pour désigner le soutien sans contrepartie directe à des projets d'intérêt général par des entreprises, entretient le flou qui entoure ces pratiques et le paradoxe entre la fin et les moyens», tempère-t-elle judicieusement.
A propos de l'évolution de cet acte généreux dans le pays, Zhor Kabbaj El Ayoubi livre un constat poignant. «Le Maroc, jusqu'à récemment, était un pays relativement en retard en matière de mécénat, malgré une histoire riche d'exemples», révèle-t-elle. Quand bien même, le premier philanthrope dans le pays est le Souverain que l'auteure cite largement dans son livre.
Pour information, les ventes de cet ouvrage seront reversées à des œuvres caritatives reconnues d'utilité publique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.