Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger : Deux faussaires de billets de banque condamnés à 10 ans de prison chacun
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 02 - 2019

Tant de précipitation paraît bizarre aux yeux du commerçant. Comme par instinct, il sort le billet de 200 DH avec lequel le client en question l'a payé et l'examine. Pas de doute, c'est un faux.
Nous sommes à la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Tanger. A la barre se tiennent deux jeunes hommes, âgés respectivement de vingt-sept et trente-huit ans, poursuivis en état d'arrestation pour falsification de billets de banque et leur mise en circulation via des transactions commerciales.
En effet, l'affaire a commencé quand une information faisant état qu'un faux billet de deux cents dirhams reçu par un commerçant est parvenu aux services de la sûreté de la ville de Tanger.
Effectivement, un client, qui a l'air pressé, fait rapidement une course chez ce commerçant et le paye avec ce billet. Il reçoit la monnaie et la met directement dans la poche de son pantalon, sans même la compter puis disparaît. Tant de précipitation paraît bizarre aux yeux du commerçant. Comme par instinct, il sort le billet de 200 DH avec lequel le client en question l'a payé et l'examine. Pas de doute, c'est un faux. Il appelle aussitôt la police. Les limiers se dépêchent sur le marché.
Le chef de la brigade qui se charge de l'affaire remarque sur-le-champ qu'il n'est pas authentique. Mais il doit l'envoyer au service du laboratoire technique de la DGSN qui va trancher. Entre-temps l'enquête a été entamée. Elle ne tarde pas à donner ses fruits. Arrêté et soumis aux interrogatoires, le client avoue que le billet en question est faux et que c'est le mari de sa tante qui est le falsificateur.
Chez ce dernier, les enquêteurs saisissent un scanner, une photocopieuse, un appareil photo numérique et un ordinateur et autres matériels nécessaires pour la falsification de billets de banque. Soumis également aux interrogatoires, il passe aux aveux. Devant la Cour, les deux jeunes faussaires reconnaissent la falsification de billets de deux cents dirhams et leur mise en circulation à travers les quatre coins de la ville. Verdict : Jugés coupables pour les accusations qui leur ont été attribuées, ils ont été condamnés à 10 ans de réclusion criminelle chacun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.