Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chichaoua : Il se sert d'un faux document pour se remarier
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2019

Nous sommes dans un douar de la commune rurale Imindounit relevant de la province de Chichaoua, dans la région de Marrakech-Safi.
Cette mère de famille se rend tôt le matin chez les gendarmes de Mejjat pour porter plainte contre son époux. Elle l'accuse de la tromper avec une autre femme. La plainte est prise au sérieux et les investigations commencent. Les enquêteurs convoquent aussitôt le mari, âgé de quarante-cinq ans.
Celui-ci avoue sans détour qu'il entretient une relation avec une autre femme, mais tout ce qu'il y a de plus légal. Comment cela ? Tout simplement, il affirme que c'est sa femme. La plaignante se tient debout, n'en croyant pas ses oreilles. Elle n'a jamais autorisé son mari à se remarier comme le stipule le code de la famille. Comment a-t-il procédé alors pour se marier avec une seconde femme ? Les investigations ont permis aux enquêteurs de savoir que son mari avait remis au juge de la famille un certificat de fiançailles qu'il avait reçu des autorités locales à Temara.
Mais qui l'a aidé à se procurer ce document ? Suspectant une corruption les enquêteurs ont poussé les investigations un peu plus loin. L'enquête a révélé qu'aucun fonctionnaire ne l'a aidé contre un pot-de-vin. En fait, il a profité d'un acte de divorce qu'il s'est procuré après avoir répudié la première femme qu'il avait épousée pour le remettre à l'autorité locale de Temara et recevoir le certificat de fiançailles. Pire encore, la plaignante a affirmé aux enquêteurs qu'elle ne savait pas qu'il était marié avant elle, ni qu'il a contracté un nouveau mariage. Suite à ses aveux, le mari a été maintenu en garde à vue avant d'être traduit, samedi dernier, devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance d'Imintanout qui l'a maintenu en détention préventive afin de le présenter, en état d'arrestation, devant la chambre correctionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.