La plateforme nationale d'appui à l'entreprise est pour bientôt, promet El Othmani    Edito : Sur la bonne voie    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Blanchiment : L'œil du GAFI sur le Maroc    La grogne monte contre les amnisties fiscales, primes aux tricheurs !    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Révision à la baisse de la production mondiale de céréales en 2019    La performance hebdomadaire de la Bourse de Casablanca dans le vert    Clôture de l'Agri Days Essaouira    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Adam Schiff, le démocrate discret et minutieux qui veut destituer Trump    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    Insurance: ACAPS asserting control    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Le discours de la vérité!    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Edito : Villes en otage
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 05 - 2019

A l'ère de la régionalisation et de la décentralisation, des conseils de villes connaissent une véritable gestion hasardeuse. Ce sont pratiquement les intérêts des citoyens qui sont pris à la légère.
Ce fut le cas mardi dernier à Rabat où le conseil de la ville a tout bonnement décidé de clore la session du mois de mai sans prendre la moindre mesure. Pire encore, un communiqué du conseil de la ville est venu annoncer que cette situation va avoir un impact négatif sur la bonne marche des arrondissements de la capitale. Il semble que le temps est aujourd'hui venu pour mettre un terme à cette expérience qui a conduit un seul parti à gérer les affaires des grandes villes du pays.
A Casablanca, Tanger, Fès, Meknès, Rabat et Marrakech pour ne citer que celles-ci, les problèmes s'accumulent et les intérêts des citoyens sont relégués au second plan par des maires et des élus qui visiblement n'arrivent pas ou plus à gérer la situation.
Lorsqu'on sait que le Maroc est engagé dans une dynamique économique et financière importante avec des projets à coups de milliards de dirhams, il est plus qu'urgent de tirer les conclusions et revenir à une gestion des villes plus adaptée par rapport à ce qui se faisait dans le passé avec l'implication de tous les acteurs partisans dans la prise de décision. L'expérience d'un seul parti a montré ses limites et le prix à payer est très fort pour les villes et le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.