Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d'El Ghazouani    Encore une cellule terroriste démantelée    Eco-Médias remporte la Supradyn Cup    Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social    MRE: Benatiq décline le dispositif 2019    L'université de Casablanca accélère son projet numérique    Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition    Mawazine: Une pluie de stars    Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Session de formation sur la démocratie participative    La communication publique stratégique : Une légitimation organisationnelle des réformes    Le Onze national poursuit sa préparation au grand complet    Atal, Monsieur "je donne tout"    Le Cameroun confirme et le Ghana rate son entrée    Insolite : Pirates informatiques    Bonne tenue de l'activité du secteur de la pêche    Rencontre entre la direction du parti et des acteurs associatifs, de différents horizons    Docteur Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin    Alzheimer La faute à la circulation sanguine ?    Baccalauréat 2019 : La meilleure note au niveau national enregistrée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra    Bouillon de culture    Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement    Avec ses cours de robotique, l'Arménie rêve d'un "futur hautement technologique"    Deux jours de fête sous le thème "La chanson marocaine, une expression esthétique et une identité"    Pour un développement de la culture de cinéma    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Le mal de maire!    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    SM LE ROI NOMME DE NOUVEAUX AMBASSADEURS : LA LISTE COMPLÈTE AVEC YOUSSEF AMRANI POUR UNE MISSION PRECISE    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Propreté à Casablanca : Ce qui va changer    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    ONMT. Que s'est-il passé lors du dernier Conseil d'administration ?    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Edito : Villes en otage
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 05 - 2019

A l'ère de la régionalisation et de la décentralisation, des conseils de villes connaissent une véritable gestion hasardeuse. Ce sont pratiquement les intérêts des citoyens qui sont pris à la légère.
Ce fut le cas mardi dernier à Rabat où le conseil de la ville a tout bonnement décidé de clore la session du mois de mai sans prendre la moindre mesure. Pire encore, un communiqué du conseil de la ville est venu annoncer que cette situation va avoir un impact négatif sur la bonne marche des arrondissements de la capitale. Il semble que le temps est aujourd'hui venu pour mettre un terme à cette expérience qui a conduit un seul parti à gérer les affaires des grandes villes du pays.
A Casablanca, Tanger, Fès, Meknès, Rabat et Marrakech pour ne citer que celles-ci, les problèmes s'accumulent et les intérêts des citoyens sont relégués au second plan par des maires et des élus qui visiblement n'arrivent pas ou plus à gérer la situation.
Lorsqu'on sait que le Maroc est engagé dans une dynamique économique et financière importante avec des projets à coups de milliards de dirhams, il est plus qu'urgent de tirer les conclusions et revenir à une gestion des villes plus adaptée par rapport à ce qui se faisait dans le passé avec l'implication de tous les acteurs partisans dans la prise de décision. L'expérience d'un seul parti a montré ses limites et le prix à payer est très fort pour les villes et le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.