411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Said Ibrahimi fait le point : CFC n'est pas un paradis fiscal !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 06 - 2019

D'autres pays disposent d'une fiscalité plus attrayante l'Ile Maurice, Dublin, Luxembourg ou encore Dubaï.
La fiscalité n'est pas le principal attrait de CFC. C'est ce qu'a tenu à préciser le top management de Casablanca Finance City lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée le 17 juin à Casablanca. «CFC n'est pas un paradis fiscal. Les entreprises ne viennent pas au Maroc pour sa fiscalité», explique Said Ibrahimi, DG de CFC, faisant allusion aux informations relayées par certains médias à ce sujet.
Pour M. Ibrahimi, d'autres pays disposent d'une fiscalité plus attrayante, citant notamment à ce titre l'Ile Maurice, Dublin, Luxembourg ou encore Dubaï. Evoquant les propos tenus par Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, durant les Assises de la fiscalité, le DG de CFC a tout simplement précisé que le commissaire en question n'avait pas sa place à ces Assises rappelant la concurrence de certains pays en Europe qui veulent se positionner comme une plate-forme pour l'Afrique.
CFC séduit de plus en plus les entreprises à vocation africaine
Véritable hub africain des affaires, Casablanca Finance City attire plus que jamais les entreprises africaines. La raison est simple : l'Afrique est un continent complexe et difficile à appréhender sans une présence locale. A cet égard, CFC se dit offrir un accompagnement et une présence durant tout le process de vie de l'entreprise et permet l'accès à une communauté active d'entreprises.
Depuis Casablanca, la communauté CFC investit de plus en plus en Afrique : ses entreprises évoluent dans 46 pays africains. Africa 50, une plate-forme d'investissements dédiés aux infrastructures africaines, ambitionne de mobiliser 100 milliards de dollars pour le continent et a démarré plusieurs projets, notamment dans le secteur des énergies renouvelables. Le montant global des fonds gérés par les sociétés de gestion depuis CFC pour des projets en Afrique s'élève, quant à lui, à près de 5 milliards de dollars à date, relève le management de la place financière.
La contribution fiscale des sociétés membres en hausse de + 47% entre 2017 et 2018
Casablanca Finance City compte actuellement 184 membres enregistrant une hausse de 28% comparé à l'année 2017. Au premier semestre 2019, plusieurs entreprises ont rejoint cette communauté. Il s'agit de Themis, Amethis, Orange, SAP, Olam, Bearing Point. Par origine géographique, 42% des entreprises membres de CFC arrivent de l'Europe, 37% sont africaines, 12% viennent des Amériques, 5% du Moyen-Orient et 4% sont d'Asie. Parmi ces entreprises, 34% sont des prestataires de services professionnels, 30% des entreprises financières, 27% sont des sièges régionaux de multinationales, suivis des sociétés de holding (9%).
Le nombre des employés permanents des sociétés membres CFC est de 4.000 salariés, en hausse de près de 50% sur un an. Le chiffre d'affaires global des entreprises CFC s'élève à 5.805 millions DH en 2018, soit 52,2% par rapport à 2017. La contribution fiscale des sociétés membres a, quant à elle, connu une hausse de 47% entre 2017 et 2018..
Création d'une intelligence collective
Au niveau de sa démarche, CFC vise à faire émerger une communauté dotée d'une intelligence collective. Plus concrètement, la place travaille sur la création d'un business club entre les membres de CFC, le lancement d'une plate-forme et la mise en route de groupes thématiques. Parmi ces premiers chantiers figure également la création d'un comité relais qui sera une interface de dialogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.