Akhannouch à Tokyo pour représenter le Roi aux funérailles de Shinzo Abe    À l'ONU, le Bahreïn réaffirme sa position ferme en soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Cours des devises du lundi 26 septembre 2022    Algérie: le patron d'un groupe médiatique condamné à 10 ans de prison ferme    Géopolitique à distance, géopolitique qui rapproche    Intempéries : Le Canada durement frappé par l'ouragan Fiona    Tunisie : affrontements dans le nord-ouest du pays sous des slogans anti-Kaïs Saïed    Fusillade dans une école russe: au moins neuf morts dont cinq enfants    Le célèbre théologien cheikh Al-Qaradawi n'est plus    Lions de l'Atlas : Maroc – Danemark en amical avant le Mondial ?    Triathlon: Le Marocain Jawad Abdelmoula remporte le Championnat d'Afrique    Ligue des Nations : Belgique et Croatie, deux adversaires du Maroc, deux issues différentes    Météo : Averses orageuses localement fortes avec rafales de vent dans plusieurs provinces    ''«Ziyara», un film personnel sur les gardiens de cimetières juifs au Maroc''    Arrivée à Tokyo de Akhannouch pour représenter le Roi aux funérailles de l'ancien premier ministre Shinzo Abe    Vidéo-photos. La patrouille de voltige «La Marche Verte» fait sensation à Toulouse    La version algérienne fallacieuse mise à nu à l'ONU    Le street workout s'invite à Essaouira    Marathon international de Marrakech : Plus de 10.000 athlètes attendus    Matches préparatoires U23 : Les Marocains rechutent face à leurs homologues sénégalais    Les exportateurs qataris s'ouvrent au Maroc    Réinsertion des femmes détenues Un don de 6 MDH octroyé par la Fondation Othman Benjelloun    Sidi Bennour : Violée quinze fois la même nuit    Larache : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Pour un mandat de 2 ans : La HACA aux commandes du Réseau des instances africaines de régulation de la communication    Qualité de vie numérique : Le Maroc gagne 13 places et se classe 71ème en 2022    Plongée dans l'univers transparent de Safaa Erruas à Casablanca    «Grands concerts de Rabat» : Une clôture en beauté    20ème édition du festival L'Boulevard : De jeunes talents de rap/hip hop ouvrent le bal    Made in Morocco : KITEA s'engage à porter son sourcing local à 38% !    Maroc : Collins Aerospace fête ses 10 ans d'implantation    Rassemblement à Paris de l'opposition algérienne : une militante molestée et violentée par la police    La patrouille de voltige « La Marche Verte » fait sensation à Toulouse    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce lundi 26 septembre    Funérailles à Casablanca de la militante des droits de l'Homme Aïcha Ech-Channa    El Jadida: une jeune femme donne naissance à des quadruplés    L'humoriste Amine Radi convole en justes noces    Assemblée Générale des Nations Unies : Le Maroc continue d'engranger les victoires sur le front du Sahara    Revue de presse quotidienne de ce lundi 26 septembre 2022    Tanger Med. Une « expérience inédite » pour une délégation du Parlement panafricain    La Bourse de Casablanca débute la semaine en repli    Focus : Le golf marocain se hisse au niveau des grands    Sahara    Amical U23: nouvelle défaite du Maroc face au Sénégal (VIDEO)    Maroc-IFC : Sérgio Pimenta en visite ce lundi    Clôture des Concerts de Rabat : Samira Said, Fnaire, Lartiste et Salif Keita enflamment la scène de l'OLM    Littérature itinérante. « D'une culture à l'autre »    22ème FNF: « Zanka Contact » d'Ismaël El Iraki remporte le Grand prix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Éditorial : Le courage de Bouzoubaâ
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 11 - 2003

Le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, a jeté une bombe à fragmentation correctionnelle dans l'enceinte du Parlement. Ses effets risquent donc de faire beaucoup de dégâts dans les deux Chambres surtout si la machine judiciaire commence à broyer les élus véreux.
Le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, a jeté une bombe à fragmentation correctionnelle dans l'enceinte du Parlement. Ses effets risquent donc de faire beaucoup de dégâts dans les deux Chambres surtout si la machine judiciaire commence à broyer les élus véreux. On connaissait le courage et le franc-parler de l'avocat Bouzoubaâ, mais on n'imaginait jamais qu'il allait fustiger les élus avec une telle crudité dans leur fief. Jamais un homme politique, de surcroît ministre n'a assimilé la transhumance politique à la corruption et encore moins passer à l'acte et diligenter une enquête judiciaire à l'encontre des députés déserteurs. Le ministre a osé, et c'est tout à son honneur, d'autant plus que depuis les élections communales, il est victime d'une campagne de dénigrement jamais égalée. Ses détracteurs l'accusent de soutenir son parti , l'USFP, en ordonnant des poursuites à l'encontre des élus communaux mal élus appartenant à d'autres partis. L'hystérie est telle que les mis en cause et certains médias ont poussé l'effronterie jusqu'à demander à ce que le ministère de la Justice redevienne un ministère de souveraineté. Autrement, le ministre Bouzoubaâ en tant que militant socialiste ne peut être impartial quand son parti est partie prenante dans une affaire juridique. Un coup d'épée dans l'eau qui a eu plutôt l'effet contraire chez les politiques qui ont tous récusé ces accusations en louant les qualités de l'homme, du juriste et du ministre. Ce dernier se refuse de verser dans la polémique et préfère accomplir sa mission telle qu'il lui a été assignée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Il est vrai que Bouzoubaaâ doit déranger beaucoup de gens quand on sait qu'il n'a pas hésité à poursuivre en justice des magistrats, des policiers et autres agents d'autorité corrompus. Ce qui n'est pas une sinécure dans un pays où le lobbying corporatif se transforme dans pareil cas en un véritable rouleau compresseur pour accabler celui qui a osé appliquer la loi. Certains ont commencé déjà à vouloir semer le doute sur l'implication des magistrats et policiers dans l'affaire Erramach arguant que ce dernier ne les a jamais dénoncés dans toutes les phases de l'instruction. Les poches de résistance au changement sont très actives pour laisser un homme, quelle que soit sa fonction, toucher à leurs privilèges indus et sont capables de toutes les manœuvres pour l'en empêcher. Mais Bouzoubaâ a démontré par ses prises de position et ses décisions qu'il n'est pas le genre d'homme qui cède à la pression et autres interventions. À preuve cette révolution qu'il a entamée dans l'enceinte du Parlement pour combattre les élus véreux qui changent de couleur avec un coup de peinture corrupteur. Certes, ces derniers et la direction de leurs partis vont certainement crier au scandale et à l'acharnement, mais l'homme semble déterminé à combattre ce fléau de la politique nationale. C'est pour cela que toutes les forces vives de la nation, politiques, patronat et société civile, doivent soutenir ses démarches pour redonner à la justice l'image de l'indépendance qu'elle a perdue depuis longtemps.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.