Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    Edito : Banques    Le Crédit Agricole partenaire du 6ème Africa Agri Forum à Libreville    Loi de Finances : Syndicats et patronat chez le gouvernement ce lundi    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les règles d'origine, clé de succès de la Zone de libre-échange continentale africaine
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 06 - 2019


La Cnuced les recommande dans son rapport annuel
Le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), ouverte depuis mai dernier, reste tributaire du déploiement de règles d'origine. Véritable passeport de biens, ces règles représentent les critères permettant de déterminer le pays d'origine d'un produit. L'idée étant de permettre aux biens de circuler en franchise de droits à l'intérieur d'une zone de libre-échange à condition que ces biens soient considérés comme originaires de ladite zone.
C'est ce que recommande la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced) dans son dernier rapport sur le développement économique en Afrique 2019 dévoilé mercredi 26 juin. «La Zlecaf marque une étape décisive dans l'histoire de l'intégration régionale du continent et devrait entraîner des gains importants.
Ce sont toutefois les règles d'origine qui détermineront si la libéralisation préférentielle du commerce dans le cadre de la Zlecaf pourra changer la donne dans l'industrialisation de l'Afrique», relève-t-on de Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la Cnuced. Ce rapport baptisé «Made in Africa, règles d'origine, un tremplin pour le commerce intra-africain», examine le potentiel des règles d'origine en vue de permettre à la zone continentale africaine de libre-échange de catalyser l'intégration régionale du continent en générant des gains importants.
Toutefois, des critères sont à tenir en compte. La Cnuced dans son rapport appelle à ce que ces règles ne soient ni complexes ni coûteuses notamment en termes de transparence et de simplicité. «S'il s'avérait trop coûteux ou trop complexe de respecter les règles d'origine, les entreprises pourraient renoncer à ces préférences et choisir de commercer avec des partenaires extérieurs à la Zlecaf», peut-on déduire du rapport. Et de préciser que «les entreprises pourraient privilégier le statu quo et choisir, par exemple, de commercer uniquement au sein des communautés économiques régionales existantes.
La consolidation du marché régional n'entraînerait alors que peu de gains supplémentaires. De même, les règles d'origine devraient tenir compte du niveau des capacités productives et des asymétries structurelles de l'ensemble des pays, qui éprouvent des difficultés à tirer profit des traitements préférentiels, et à appliquer des prescriptions». L'entrée en vigueur de la Zlecaf a pour but de dynamiser le commerce intercontinental dont les parts ont été jusque-là limitées.
Les échanges commerciaux devraient progresser de 33% et ce après suppression complète des droits de douane, permettant ainsi d'attirer de nouveaux investissements intra-africains. La Zlecaf devrait, en outre, consolider le Produit intérieur brut de la plupart des pays africains. Les estimations de la Cnuced portent sur une augmentation de 1 à 3%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.