Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Macron réclame une enquête internationale    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Privatisations : Une deuxième vague en 2020
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 10 - 2019

Avec la fin des dons des pays du Golfe, le gouvernement table sur 3 milliards de recettes dans le PLF
L'Etat renoue avec ses amours des années 90. Le projet de loi de Finances (PLF 2020) ouvre la porte à une deuxième année consécutive de privatisations. Après la cession d'une part des actions en Bourse de l'Etat dans l'opérateur historique des télécommunications l'été dernier, l'Exécutif prépare une nouvelle vague de privatisations en 2020. C'est ce qui ressort du projet de budget déposé au Parlement. Le gouvernement continue sur sa lancée donc dans un contexte marqué par une hausse des engagements et des dépenses plus importantes des recettes. C'est d'autant plus vrai que les dons du Golfe devraient arriver à leur terme. A qui le tour? Il faut dire que les pépites de l'Etat potentiellement privatisables se font de plus en plus rares avec une décennie 90 qui a épuisé les gros lots.
Cela dit, des sources affirment que les deux dernières entités introduites dans la liste des privatisables, il y a quelques mois, sont toujours dans la liste d'attente. Il s'agit notamment de La Mamounia de Marrakech et la Centrale de Tahadart. Des cessions qui seront plus destinées à alléger le poids de la dette pour certains établissements publics. Les responsables comptent sur les recettes des privatisations et les remboursement des crédits TVA pour rendre la situation de certaines entités moins inquiétante. En plus des privatisations, le projet de loi de Finances dévoilé consacre la part belle aux secteurs sociaux. Dans ce sens, les mesures accompagnant le PLF 2020 concernant principalement la mise en œuvre de la loi-cadre relative à la réforme du système d'éducation, de formation et de recherche scientifique et ce, à travers la création de nouveaux emplois pour une enveloppe de 72,4 milliards de dirhams (MMDH).
Parmi ces mesures, figurent également la poursuite de la mise en œuvre du plan «Santé 2025» à travers la création de 4.000 emplois d'un coût global de 18,6 MMDH, tout en mettant l'accent sur l'exonération de la TVA sur les vaccins au niveau national et à l'importation, et l'allocation d'environ 18 MMDH pour la réduction des disparités spatiales et sociales. Il s'agit aussi d'appuyer à hauteur de 26 MMDH le pouvoir d'achat des catégories vulnérables et de la classe moyenne à travers la mise en œuvre des obligations contenues dans l'accord du dialogue social, de subventionner les produits de première nécessité dans le cadre de la Caisse de compensation (14,6 MMDH tenant en compte les procédures y afférentes), d'allouer quelque 9,6 MMDH pour la mise en place de la régionalisation avancée et de relancer l'investissement public en assurant le soutien aux TPE et PME et en mettant en œuvre les recommandations des 3èmes Assises nationales sur la fiscalité.
A noter enfin que le projet de loi de Finances 2020 a été élaboré conformément à un ensemble d'engagements résumés dans le coût du dialogue social, fixé à 6 milliards de dirhams (MMDH) au titre de l'année 2020, en plus des 5,3 MMDH alloués au cours de l'exercice 2019, la mobilisation des ressources financières allouées aux régions ainsi que les remboursements au titre de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) fixés à 10 MMDH.
Mesures nécessaires
Lors de la présentation du projet de budget, le ministre de l'économie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, a souligné la nécessité d'adopter trois mesures nécessaires en vue de contrôler le déficit par rapport au PIB, à savoir la rationalisation des dépenses liées à la gestion de l'administration, le recours à des mécanismes de financement innovants dans le cadre de partenariats institutionnels, la gestion active des biens de l'Etat et des institutions publiques ainsi que la poursuite des opérations de privatisation.
Il faut préciser que le dernier Conseil de gouvernement a, en outre, examiné et approuvé les décrets accompagnant le PLF 2020. Il s'agit du décret n°845-19-2 portant délégation de pouvoir au ministre de l'économie en matière d'emprunts intérieurs et de recours à tout autre instrument financier.
Il s'agit aussi du décret n°846-19-2 portant délégation de pouvoir au ministre de l'économie en matière d'emprunts extérieurs et d'un autre décret n°847-19-2 portant délégation de pouvoir au ministre de l'économie en vue de conclure des contrats d'emprunts pour le remboursement de la dette extérieure onéreuse et des accords de couverture de risques de taux d'intérêt et d'échange de devise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.