Rennes-Saint Etienne (3-0) : Naïf Aguerd buteur !    Botola Pro: le classement général    El Othmani sur la question du Sahara: « La position du Maroc ne souffre d'aucune ambiguïté »    Le marronnier de la participation des MRE aux élections    ONU: le Maroc lance un appel à la communauté internationale    Covid-19 : Sommé de démissionner, Moncef Slaoui se défend [Vidéo]    Ecoles publiques. Parents, rien ne vous oblige à payer la désinfection    Kénitra: une ambulance transportant des patients Covid-19 percute un arbre    Zamalek : Pacheco, le nouvel entraîneur, arrivé samedi, présent, dimanche, sur le banc !    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Lydec: des Casablancais dénoncent les factures « excessives » (VIDEO)    Les FAR lancent une plate-forme digitale dédiée aux revues    Compteur coronavirus : Remontada des contaminations 2.719 cas en 24H    Mouvement social de Jerada 2018 : le rapport timide du CNDH    Covid-19 : un scénario probable de croissance à 4% au Maroc dès la reprise mondiale    Coronavirus/grippe saisonnière : voici les différents symptômes à distinguer    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    AtlantaSanad Assurance, une nouvelle compagnie est née    Covid-19 et vaccins : Les scoops d'El Othmani    Industrie: Une banque de 100 projets mise en ligne    Une vidéo de l'arrivée de jeunes Marocains à bord d'une barque en Espagne émeut la Toile    Le Dirham s'apprécie face à l'Euro (du 17 au 23 septembre)    Scrutin 2021: déception en perspective pour les Marocains à l'étranger    Cherté des factures: les explications de l'ONEE    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Sahara marocain: le chef de l'exécutif espagnol réitère son appel à une solution politique fondée sur le compromis    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    Voici le temps qu'il fera ce samedi    ONU : M. Bourita plaide pour un "système multilatéral de proximité, porteur d'efficacité et pourvoyeur de solutions"    À Safi, les autorités dévoilent des découvertes archéologiques    Grosse opération de la DGSN à El Jadida    Botola: voici le programme des dernières journées (FRMF)    Assouplissement des mesures restrictives dans une ville du Maroc    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 11 - 2019

«Dans tes yeux, je vois mon pays» présenté en avant-première au FIFM
Le réalisateur Kamal Hackhar continue d'explorer l'histoire et la mémoire du Maroc. Après le succès de «Tinghir Jérusalem : Les échos du Mellah», sorti en 2013, ce cinéaste franco-marocain revient sur la scène avec un nouveau documentaire intitulé «Dans tes yeux, je vois mon pays».
Ainsi, sa présentation est prévue en avant-première à la 18ème édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM) (du 29 novembre au 7 décembre), dans la section «Panorama marocain». Touchante et émouvante, cette œuvre parle en effet de l'héritage musical judéo-marocain. Concernant le choix de cette thématique, le réalisateur explique : «J'avais compris tout en faisant mon premier film Tinghir Jérusalem que je n'en aurai pas fini avec cette thématique judéo-marocaine. Mon deuxième film continue d'explorer cette part juive de l'identité marocaine à travers les figures de la troisième génération».
Et d'ajouter : «Mon projet s'articule autour de cette idée de nos mémoires retrouvées et de cette nécessité de recréer des liens par la culture entre nos jeunes générations. C'est une manière aussi de défier la fatalité de la grande histoire qui a séparé nos parents». Il faut dire que son film évoque la mémoire retrouvée à travers quatre personnages centraux.
Il s'agit en premier lieu de Neta Elkayam, artiste, chanteuse, peintre vivant à Jérusalem, dont le père est né à Tinghir et la mère à Casablanca. Il y a aussi Amit Haï Cohen, pianiste, autodidacte, vivant à Jérusalem. La mère de celui-ci est née à Tizgui, village berbère proche de Ouarzazate, et son père à Djerba. Neta et Amit ont grandi dans la même ville à Netivot et ils sont mariés depuis peu, ils parlent couramment la darija et l'arabe palestinien. Il y a également Ahmed Hachkar. Ce dernier est né à Tinghir. Son histoire et son rapport à la terre et au pays natal font écho au fantasme du retour de ces artistes.
Et enfin, il faut noter Fanny Mergui. Celle-ci est née à Casablanca. Après de longues années à l'étranger, elle se réinstalle au Maroc et milite pour la préservation de cette mémoire de la coexistence. Ensemble, ils ont créé un groupe visant à se réapproprier leur culture, revisiter leur héritage musical judéo-marocain et à la scène comme dans la vie, ils explorent cette dualité identitaire, comme pour réparer les blessures de l'exil vécues par leurs parents.
Le documentaire les suit durant un voyage au Maroc, jalonné de rencontres musicales, qui va transformer leur perception d'eux-mêmes et de ce qu'ils veulent devenir. Se dessine alors le rêve de recréer des ponts avec le pays de leurs ancêtres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.