Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son business model arrive à bout : L'ONCF se prépare à tourner la page
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 11 - 2019

l'ONCF maintiendra son statut d'établissement semi-public à caractère industriel et commercial (EPIC), néanmoins il disposera d'une filiale ONCF SA chargée de la gestion d'infrastructure et d'exploitation.
Le nouveau contrat programme entre l'Etat et l'ONCF est en cours de finalisation ouvrant la voie vers la transformation imminente de l'Office. Après les performances annoncées «positives» d'Al boraq pour sa première année d'exploitation lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée le 20 novembre 2019, le DG de l'ONCF a par la même occasion fait le point sur un ensemble de questions stratégiques pour l'avenir de l'établissement. Parmi lesquelles : le protocole d'accord signé en juillet avec l'Etat, la signature du contrat programme avant la fin de l'année en cours, les dettes de l'établissement, les projets futurs du rail et la cession d'actifs de l'Office, en l'occurrence la privatisation de La Mamounia.
Création de l'ONCF SA
Afin de préparer le terrain pour le nouveau contrat programme (2019-2025) reliant l'Etat et l'ONCF, les deux parties ont signé le 25 juillet dernier un protocole d'accord désignant deux phases d'application. Comme cela a été annoncé auparavant par l'Office, la première étape (2019-2021) est pour la mise en place de mesures préparatoires. La seconde phase démarre au plus tard le 1er janvier 2022. Ce protocole consiste à définir un modèle de développement pour l'ONCF. «Il a fallu arrêter un nouveau cadre avec les pouvoirs publics de manière à pérenniser tout ce qu'on a réalisé jusqu'à présent et préparer l'ONCF pour pouvoir porter d'autres projets de développement», souligne le DG de l'ONCF. Ainsi, ce protocole repose sur l'engagement de l'Etat pour le financement des extensions et l'implication de l'ONCF en tant que maître d'ouvrage délégué. Dans ce nouveau cadre, l'Office se présente comme une force de proposition. Sur le plan institutionnel, l'ONCF maintiendra son statut d'établissement semi-public à caractère industriel et commercial (EPIC), néanmoins il disposera d'une filiale ONCF SA chargée de la gestion d'infrastructure et d'exploitation. «On a convenu avec le ministère de l'économie et des finances de garder l'ONCF en tant qu'établissement semi-public à caractère industriel et commercial mais on crée l'ONCF SA qui va porter et l'exploitation et la gestion d'infrastructure», explique le DG de l'ONCF. Dans ce nouveau cadre, l'Office sera une force de proposition en termes d'études de trafic et de scénario.
2,5 milliards de dirhams minimum destinés au réseau existant
Pour ce qui est de la réhabilitation du réseau, ce protocole d'accord prévoit un investissement minimum de 2,5 milliards de dirhams destiné au réseau existant, notamment en termes de réhabilitation et de mise à niveau des ateliers des trains conventionnels.
Paiement des fournisseurs : 1 milliard de dirhams payé à fin octobre 2019
Au 10ème mois de l'année, l'ONCF se dit avoir réglé 1 milliard de dirhams auprès de ses fournisseurs et avant courant 1er trimestre 2020 l'Office sera sur une situation assainie, explique son directeur. Sur la santé financière de l'établissement, Rabi Khlie a dévoilé que le contrat programme prévoit la restructuration de la dette à hauteur de 10 milliards de dirhams sur 3 ans (2019-2021) à travers de nouveaux emprunts long terme bénéficiant de la garantie de l'Etat. L'Office a effectué dernièrement une opération d'emprunt obligataire de 3 milliards DH sur 30 ans avec 15 ans de différé et un taux fixe de 4,02.
Marrakech-Agadir : Accélération de la mise en place depuis les Hautes orientations royales
L'ambition de mettre en place une ligne ferroviaire entre Marrakech et Agadir ne date pas d'hier. Un projet difficile à réaliser selon le directeur de l'ONCF parce qu'il nécessite de creuser la montagne de l'Atlas pour se frayer la voie. «En 2012, la sortie d'Agadir vers Marrakech a été sécurisée et un terrain de 40 ha a été acquis par l'ONCF pour pouvoir sécuriser le tracé sur 7 km», précise le DG de l'ONCF. Du côté de l'entrée d'Agadir, le tracé de traversée est sécurisé dans le SDAU. Dans ce sens, un terrain en plein centre d'Agadir d'à peu près 20 ha a été sécurisé. Concernant les extensions du réseau, plusieurs axes seront renforcés : Kénitra-Rabat (LGV), Casa-Marrakech (LGV), Agadir-Laayoune, Oued Zem-Beni-Mellal, Oujda-Berkane-Nador, Rabat-Meknès via Khémisset et Tanger-Tétouan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.