Coupe de la CAF: Le Hassania d'Agadir qualifié pour les quarts de finale    Immigration clandestine : 5 individus devant la justice à Oujda pour falsification    Coronavirus : trois cas confirmés en France    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 12 - 2019

Le prix d'interprétation masculine a été raflé par l'acteur australien Toby Walace pour son rôle époustouflant dans le long-métrage «Babyteeth» de sa réalisatrice australienne Shannon Murphy.
Le jury du 18ème Festival international du film de Marrakech (FIFM), clôturé samedi soir, a décerné l'Etoile d'or au réalisateur colombien Nicolás Rincón Gille pour son long-métrage, «Valley of souls». Les jurés, présidés par l'actrice écossaise Tilda Swinton, ont également décerné le prix du jury ex aequo au cinéaste saoudien Abdulmohsen Aldhabaan, pour son film «Last Visit» et au réalisateur chinois Zhai Yixiang pour son œuvre «Mosaic Portrait».
Quant au prix de la mise en scène, il a été remporté par le réalisateur tunisien Ala Eddine Slim pour son film «Tlamess». De son côté, le prix d'interprétation masculine a été raflé par l'acteur australien Toby Walace pour son rôle époustouflant dans le long-métrage «Babyteeth» de sa réalisatrice australienne Shannon Murphy. Une récompense remise à l'artiste hilarant Ben Mendelsohn, qui partage dans le film les premiers rôles avec l'acteur gagnant. Quant au prix d'interprétation féminine, il est allé ex æquo aux actrices britanniques Nichola Burley et Roxanne Scrimshaw dans le film «Lynn + Lucy» du réalisateur britannique Fyzal Boulifa. Hélas, le Maroc, initiateur de cette grand-messe cinématographique ne figure pas dans le palmarès de cette 18ème édition, qui a programmé 14 films en compétition officielle. C'était le réalisateur Ala Eddine El Jem qui y a participé avec son long-métrage hilarant «Le saint inconnu» qui rassemble des acteurs de renom dont Hassan Badida, Younes Bouab et Anas El Baz. Outre ces prix, le festival a, contrairement à l'an dernier où il a programmé le film gagnant, été clôturé par la projection du film «Ras El Sana» du cinéaste égyptien, Mohamed Ahmed Sakr. Une œuvre cinématographique dont l'histoire remonte au soir du Nouvel An 2010. Les faits de l'intrigue se déroulent dans une luxueuse station balnéaire aux rives de la mer Rouge où des familles égyptiennes bourgeoises se retrouvent pour célébrer ensemble le nouvel an.
Ils sont servis par un personnel qui prépare la fête en coulisses. Ce mélodrame, qui allie plusieurs personnages dont Eyad Nassar, Shereen Reda, Ahmed Malek, Basma, Injy El Mokaddem, Huda El Mufti, Aly Kassem, est rythmé par des scènes comiques. L'humour étant connu aux Egyptiens. Ce film est, en fait, le premier long-métrage réalisé par Mohamed Ahmed Sakr. Il y propose un nouvel aperçu des composantes de la classe privilégiée égyptienne, dans un moment festif. Le tout en étant en contraste avec la classe ouvrière que cette caste bourgeoise emploie. Aussi, le film mêle l'amour aux aventures et le conservatisme à la décadence. Quant aux personnages, ils sont à la fois hilarants et semblent relever de la réalité.
Entre un pourvoyeur de drogues qui livre en ambulance, un masseur qui apporte bien plus qu'un bien-être ou une divorcée marginalisée et dont le frère accepte enfin de se rapprocher, le film offre un divertissement et brise certains tabous à la fois. Au-delà de cette intrigue, la programmation de cette œuvre cinématographique en clôture du festival est judicieuse puisque les fêtes de fin d'année approchent à grands pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.