Donald Trump n'a payé que 750 dollars d'impôts fédéraux l'année de son élection    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Coronavirus au Maroc: 2 444 nouveaux cas confirmés et 1 441 guérisons en 24 heures    Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Casablanca : une intervention policière vire au drame    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 12 - 2019

Bank Al-Maghrib vient de publier un document de travail
Bank Al-Maghrib (BAM) met sous la loupe le régime de son change et son impact sur l'économie nationale. En effet, BAM vient de publier un document de travail réalisé en interne sur la question. Dans les détails, le travail d'investigation effectué étudie le rôle des réserves de change dans le fonctionnement de l'économie marocaine à travers la proposition et l'estimation d'une version augmentée du modèle dynamique stochastique d'équilibre général (DSGE).
«A l'opposé des formes standards relevées dans la littérature, le DSGE proposé tente de combler l'écart entre les travaux sur les régimes de change et ceux sur la théorie de «pricing» des actifs financiers en testant le niveau des réserves de change sur la prime à terme des taux des bons du Trésor. Les résultats obtenus en matière de qualité d'ajustement et de fonctions de réponse impulsionnelles du modèle démontrent l'existence d'une relation procyclique entre le niveau des réserves de change et le cycle économique au Maroc. Les effets de second tour que celles-ci sont amenées à exercer sur les variables réelles et que l'on peut traduire en un mécanisme d'amplification des chocs, accroissent la volatilité de l'économie marocaine et réduisent les marges de manœuvre de la politique monétaire», lit-on dans le rapport.
La même source nous fait savoir qu'une «fexibilité plus accrue du régime de change au Maroc participerait à atténuer l'excès de volatilité qui résulte des fluctuations des réserves de change dans la mesure où le taux de change peut s'ajuster en continu pour absorber les différents chocs économiques». Le document rappelle que le Maroc avait fait un choix dans le passé d'avoir un régime de change fixe. «Au Maroc, la fixité du taux de change a constitué jusqu'à récemment la référence en matière de politique de change.
Occasionnellement, des remaniements ont été effectués dans le but de mieux refléter l'évolution des échanges commerciaux du pays soit à travers l'adoption d'un panier de devises à la place d'une monnaie unique, soit par l'actualisation des poids de celles-ci», commente l'étude. Et de conclure : «Avec l'ouverture commerciale et financière de plus en plus accrue du pays, le maintien de la fixité du taux de change pourrait se révéler préjudiciable pour l'économie, notamment dans le cas de matérialisation de chocs externes adverses, voire extrêmes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.