Hakima El Atrassi à cœur ouvert    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Eurafric Information renouvelle sa certification ISO 27001    Hamid Ahaddad quittera le Zamalek l'été prochain    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ozone : Les mini-trous de Semane
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 03 - 2005

Ingénieur d'Etat à la Direction de la météorologie nationale, Noureddine Semane vient d'obtenir le Prix 2004 décerné annuellement par l'Organisation météorologique mondiale. Ce jeune Kénitri a été récompensé sur une étude ralative à la couche d'ozone.
ALM : Vous avez reçu, le 14 mars, à Genève, le Prix international de la météorologie 2004. Pour quelle recherche, cette distinction vous a été attribuée ?
Noureddine Semane : L'Organisation météorologique mondiale (OMM), basée à Genève, m'a attribué son Prix, pour l'année 2004, destiné à récompenser les jeunes chercheurs pour mon article intitulé, «Un mini-trou d'ozone très profond dans la stratosphère aux latitudes moyennes de l'hémisphère Nord pendant l'hiver 2000 ». J'ai réalisé cette recherche en coopération avec le Docteur Hector Teitelbaum et le Professeur Claude Basdevant du Centre national français de la recherche scientifique. En fait, l'objectif des Prix de l'OMM est de récompenser des travaux de recherche et d'encourager les jeunes chercheurs travaillant dans les domaines de la météorologie et de l'hydrologie. Le Conseil exécutif de l'OMM m'a choisi comme lauréat de son Prix annuel lors de sa cinquante-sixième session tenue du 8 au 18 juin 2004, à Genève.
Cette recherche a été axée sur les mini-trous d'ozone. Pourquoi et comment ?
Il s'agit d'une étude approfondie, avec l'aide du spectromètre TOMS embarqué sur satellite de la NASA, d'un mini-trou d'ozone observé au-dessus de l'Europe du 27 au 30 novembre 2000. De telles configurations anormales de l'ozone stratosphérique peuvent avoir des effets notables sur les pics d'irradiation solaire ultraviolette (UV) nocive au sol. Étant donné la corrélation négative qui existe entre l'ozone et la quantité des rayons UV atteignant la surface terrestre, il s'avère alors fort intéressant de comprendre les causes qui sont à l'origine de la formation des mini-trous d'ozone et de prédire leur évolution spatio-temporelle.
Quelles sont donc les raisons de la formation de ces mini-trous d'ozone ?
Notre étude est arrivée à démontrer, avec des mesures et des techniques originales, que le mini-trou d'ozone très profond, affectant les moyennes latitudes de l'hémisphère Nord, en mois de novembre 2000, est causé par deux mécanismes. Le premier a mis en évidence, par l'utilisation des données des radiosondages et du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, le CEPMMT, une redistribution de l'ozone stratosphérique par l'évolution des conditions météorologiques. Cette recherche a été réalisée en se basant sur le calcul des trajectoires des masses d'air sur la région d'étude. Quant au deuxième mécanisme, il s'agit en fait de l'appartenance de la masse d'air des hautes altitudes se trouvant au-dessus de la région étudiée. La description de cette configuration particulière de l'air aux hautes altitudes a été faite moyennant l'analyse de données précises élaborées à partir des champs météorologiques du CEPMMT.
Quel est l'apport d'une telle recherche en matière de protection de la couche d'ozone ?
Il ne s'agit pas en fait de protéger la couche d'ozone, mais de contribuer à la prévision de son éventuel amincissement au niveau des moyennes latitudes. Plus précisément, ce travail va aider la communauté scientifique à prévoir les diminutions particulières de l'ozone stratosphérique qui joue un rôle écran en filtrant les rayons nocifs ultraviolets (U.V.). Ces rayons sont responsables, en fait, des cancers de la peau, des cataractes et sont même nuisibles aux plantes et aux algues photosynthétiques. D'ailleurs, la détermination des causes qui sont à l'origine des mini-trous d'ozone stratosphérique, en se basant sur des données météorologiques, contribuera certainement à l'amélioration de la prévision des pics d'irradiation solaire ultraviolette (UV) nocive. Suite aux prévisions de ces anomalies négatives spéciales de l'ozone stratosphérique, il sera alors question de diffuser des messages d'alerte demandant aux populations de ne pas s'exposer au soleil pendant les journées de ces pics des rayons UV.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.