Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Propos racistes envers l'Afrique tenus sur la Chaine LCI : Le Club des Avocats du Maroc explique sa décision d'ester en justice
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 04 - 2020

Les propos choquants tenus à propos de l'Afrique sur la Chaine LCI, ne sont pas passés inaperçus aux yeux des avocats du Maroc. Contacté par ALM Mourad Elajouti, avocat du Barreau de Casablanca et vice-président du Club des avocats au Maroc, chargé de communication et de relations publiques explique que : « Suite aux propos abjectes et discriminatoires, racistes et moyenâgeuses, que nous avons entendu sur La Chaîne Info (LCI) , prononcés par Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation à l'hôpital Cochin de Paris, nous avons trouvé que la réaction qui serait logique et civique serait une suite juridique devant les tribunaux français. Nous avons donc aussitôt pris contact avec nos confrères du club des avocats au Maroc et nous avons décidé de porter plainte ».
Injure raciale
Sur le plan juridique, Maître Mourad Elajouti souligne que cette démarche se base sur des infractions citées par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et notamment l'article 32 et 33 relatif à la discrimination raciale et à l'injure raciale. Le Vice-président du Club des avocats du Maroc indique : « Nous allons ester en justice en vertu de la convention judiciaire franco-marocaine qui permet aux avocats marocains de représenter les parties dans les mêmes conditions que les avocats français, notamment son article 4, (la convention de 1958) et donc nous allons aussi nous baser sur une jurisprudence de la Cour de Cassation française et de la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui permet à une association étrangère, même si elle a son siège à l'étranger, d'ester en justice notamment dans les affaires discriminatoires et nous allons déposer cette plainte soit devant le doyen du juge d'instruction avec constitution de partie civile ou nous allons activer la procédure de la citation directe devant le tribunal correctionnel de Paris ».
1 euro symbolique de dédommagement
Dans cette démarche, le club des avocats du Maroc demande 1 euro symbolique comme dédommagement. « Nous ne cherchons pas à s'enrichir sur le dos de quelqu'un », tient à préciser le vice-président du Club des avocats au Maroc. Pour rappel dans un échange Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation à l'hôpital Cochin de Paris, et Camille Locht, directeur de recherche à l'Inserm ont parlé tous les deux récemment sur la chaine d'information LCI à propos de la possibilité de mener des études de tests sur un vaccin contre le coronavirus sur des personnes en Afrique. Dans cet échange, on peut voir et entendre le premier demander : « Si je peux être provocateur, est-ce qu'on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n'y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimation ? Un peu comme c'est fait d'ailleurs pour certaines études sur le Sida. Chez les prostituées, on essaye des choses parce qu'on sait qu'elles sont hautement exposées et qu'elles ne se protègent pas ». Le deuxième lui répond : « vous avez raison, on est d'ailleurs en train de réfléchir à une étude en parallèle en Afrique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.