La face cachée de la lune    Auschwitz. La Shoah et nous    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Boutayeb met en avant les efforts déployés pour faire face à la vague de froid    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Casablanca : la trémie des Almohades livrée fin mars    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    Formation e-learning : L'Acaps lance «E-wassit Taamine»    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Législation : Un bilan maigre se profile    Pétitions : Enième tentative de réanimation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 04 - 2020

Entretien avec Abdelkader Retnani, Président de l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc
ALM : Quel état des lieux faites-vous du secteur de l'édition en temps de corona ?
Abdelkader Retnani : L'état des lieux est catastrophique. Il l'est pour la première raison que toutes les librairies et papeteries du Maroc, qui se chiffrent à 500 points de vente, sont fermées. Imaginez chaque libraire a en moyenne 4 à 5 vendeurs. Cela fait 1.200 employés qui sont à l'arrêt et dont une partie n'est pas inscrite à la CNSS. Jusqu'à quand vont-ils tenir ?! A leur tour, les imprimeries sont fermées. De leur côté, les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur. Ils attendent également les arriérés des subventions du ministère de la culture. Par contre, nous sommes solidaires avec les Marocains et nous espérons que cela ira mieux dans les mois à venir.
Qu'en est-il de la lecture pendant le confinement ? Est-ce que le deuxième est susceptible de réconcilier les Marocains avec la première ?
Peut-être ceux qui ont des livres à la maison, mais pour les autres, les librairies sont fermées. En Europe, certains chiffres d'achats de livres sont plus importants qu'avant puisque ceux-ci se font par Internet. Au Maroc, il n'y pas de chiffres dans ce sens. Pour répondre à votre question, la lecture est importante en confinement. Elle permet de s'occuper et de ne pas angoisser.
Sur les réseaux sociaux, la créativité autour du coronavirus a tendance à voir le jour. C'est le cas d'Abellatif Laabi qui a partagé un extrait de son prochain livre consacré à ce virus. D'autres auteurs arabophones font pareil. Selon vous, est-ce qu'il serait judicieux de créer sur le virus en ces temps de confinement ou après ?
Certains écrivains travaillent en ces jours sur des sujets d'actualité comme le coronavirus, les fake news et la médisance. C'est plutôt une façon de passer le temps et de s'occuper.
En tant qu'éditeur, vous êtes toujours en contact avec les écrivains. Pourriez-vous nous dire comment ils passent leurs journées en confinement ?
J'appelle tous les jours des auteurs pour avoir de leurs nouvelles. Pour ma part, je passe mon temps à lire des manuscrits en espérant s'en sortir.
Et si l'on parlait du secteur de l'édition après le Covid-19 ? Comment sera-t-il selon vous ?
Je pense qu'il y aura un changement radical. Il y aura peut-être même une diminution du papier. Hélas !
Dans une conférence en 2009, Feu Mehdi Menjra avait prédit un virus en fin de la décennie. Que pensez-vous de cette prophétie ? D'autres écrivains ont eu la même idée…
Visiblement, cette prophétie est véridique. Il y a eu même un film sur Netflix, sorti en 2018, qui parlait du Corona.
Un dernier mot ?
J'espère que cette période ne sera pas trop longue pour pouvoir rebondir. Mais, ce ne sera pas évident, si on dépasse trois mois…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.