Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkader Retnani, Président de l'AMPL : «Nous avons besoin d'un lobbying marocain pour la culture et le livre»
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2012

“Nous avons un besoin fondamental de former un lobbying censé défendre le rôle primordial de la culture, dans le cadre des politiques publiques, et d'élargir le champ de diffusion du livre dans les différents espaces sociaux”, a affirmé le président de l'Association marocaine des professionnels du livre (AMPL). Dans une déclaration à la MAP, Abdelkader Retnani, également directeur de la maison d'édition “La croisée des chemins”, a indiqué que les efforts dispersés des organismes de l'industrie du livre au Maroc ne permettent pas la concrétisation d'une force de pression nécessaire afin que le livre trouve la place qui lui échoit.
Il a, dans ce cadre, souligné l'importance de se regrouper dans le cadre d'un front culturel qui permettra de communiquer avec les instances exécutive et législative, dans le but de réaliser des acquis avancés dans ce secteur vital.
La représentativité de l'industrie du livre est répartie sur trois associations, mais l'essentiel est d'opter pour le même chemin, à savoir promouvoir le livre et le mettre entre les mains d'une plus large couche sociale, particulièrement les couches populaires, a-t-il ajouté.
M. Retnani a évoqué, dans ce sens, les efforts déployés par des universitaires, éditeurs et écrivains qui œuvrent pour mettre en œuvre le programme: la lecture pour tous et méditer collectivement pour résoudre la problématique d'une lecture limitée au sein de la société marocaine.
Il a mis l'accent sur la nécessité d'intégrer le livre au cœur de la culture nationale, puisque les expériences modernistes à travers le monde ont démontré que le culturel est une façade de support qui alimente le tissu économique et productif. Pour l'éditeur, les autorités de tutelle doivent assurer des bibliothèques pour la lecture des ouvrages dès l'enseignement primaire. Tout se fait à la base, a-t-il dit, indiquant qu'un enfant qui va évoluer, “soit il aura un rejet, soit il aura un amour pour le livre”. Il a appelé à rompre avec les discours théoriques relatifs à la désaffection des Marocains pour la lecture, estimant que l'importante affluence qu'a connue quotidiennement le dernier Salon international de l'édition et du livre infirme tous ces discours.
“Nous voulons de la pratique. Nous voulons une suite rapide” , a relevé Retnani, qui a souligné qu'il est temps d'intervenir dans certaines écoles et certains quartiers déshérités . Le livre est un vecteur pour que la société se modernise encore plus, a-t-il affirmé, avouant que le livre permet de rêver, de fantasmer et de voyager même dans l'absence de moyens. En ce qui concerne les défis que présente le livre numérique pour les éditeurs au Maroc, le président de l'AMPL a indiqué que les professionnels sont prêts à en faire face mais refusent de l'accepter en tant qu'effet de mode. La technologie s'impose et il faut s'y adapter. Il y a des institutions marocaines en phase avec cette vogue technologique, mais nous devons faire face à d'autres problèmes prioritaires, qui consistent essentiellement en un manque d'espaces de lecture et qui sont liés à l'acte de lecture en lui-même, a-t-il dit. D'après cet éditeur, il faut prendre les choses par étape parce que l'important est d'inculquer la culture de la lecture dans la famille, l'école et les espaces publics. L'imprimante de Gutenberg est venue répondre à un besoin fondamental de l'être humain, un besoin qui existe toujours et qui ne peut être dépassé par la technologie, a-t-il précisé.
Il y a beaucoup de cafés (...) et peu de librairies ou de bibliothèques, a-t-il conclu, estimant que les élus et les autorités publiques sont responsables de la création de bibliothèques municipales qui feront le bonheur des enfants, de l'auteur, de l'imprimeur, de l'éditeur et du libraire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.