Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les conservateurs perdent du terrain
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 06 - 2003

Les islamistes marocains avaient bon espoir que la réforme de la Moudawana soit formatée selon leur vision de la société. Depuis les événements du 16 mai, ils sentent que le rapport de force qui était en leur faveur profite désormais au camp des modernistes. Mais la bataille est loin d'être gagnée.
“La commission consultative Royale chargée de la révision de la Moudawana ne rendra pas sa copie avant quelques semaines. Nous avons encore du travail à accomplir, nous a déclaré le président M'Hamed Boucetta. Il ajoute : “nous allons œuvrer dans le sens de la conciliation des différents points de vue“. Notre interlocuteur ne dira pas plus sur un sujet qui n'en finit pas de susciter la polémique.
Et pour cause. Chantier délicat et sensible, la réforme de la Moudawana charrie les passions et cristallise les critiques. Dans ces conditions, présenter un rapport final qui contente les différents protagonistes s'apparente à une gageure. M'Hamed Boucetta en est conscient et est contraint de rechercher le consensus sur les points qui posent problème comme l'héritage, la polygamie, la répudiation, l'obéissance de la femme à son mari… Autant de questions où il s'agit en tout cas de trancher de telle sorte d'introduire une bonne dose d'équilibre dans le statut personnel.
Avant le 16 mai, les islamistes marocains, fort d'un certain ascendant sur la scène que leur a conféré leur belle performance aux législatives de septembre 2002, avaient bon espoir que le débat sur la réforme de la Moudawana soit tranché en leur faveur. D'autant plus que la composition de la commission est traversée en majorité par une sensibilité conservatrice proche des thèses du PJD sur la question de la femme. Une mainmise que les associations féminines n'ont eu de cesse de dénoncer sous peine de voir leurs revendications passer à l'as. Or, les événements tragiques de Casablanca et les multiples conséquences qui s'en suivirent ont tout chamboulé et fait poindre des inquiétudes dans le camp des islamistes. Du coup, l'espoir a changé de camp. Tenus pour moralement responsable des attaques terroristes de Casablanca, ces derniers sentent de plus en plus le rapport de force qui était le leur bénéficier actuellement au groupe des modernistes. D'où la une du journal Attajdid du lundi 16 juin, organe qui reflète officiellement la position du MUR (Mouvement Unicité et Réforme) qui du reste a un nouveau président depuis la démission de Ahmed Raïssouni qui conserve le poste de directeur de la publication. Dans l'édition en question, un dossier de deux pages a été consacré aux derniers développements de la réforme de la Moudawana. Un des articles porte un titre on ne peut plus clair : “ nouveau complot contre la famille marocaine“. L'auteur y fait remarquer en substance que certains milieux “hostiles à l'identité musulmane“ cherchent à profiter des événements du 16 mai pour accélérer l'adoption du nouveau code selon leurs demandes dans une tentative de “destabilisation de la référence islamique au Maroc et de remise en cause de la cohérence de ses politiques sociale, éducative, scolaire et culturelle avec cette référence“. La position du MUR rejoint-elle celle du PJD ? Une chose est sûre : le patron du parti Abdelkrim Al Khatib, contrairement à un certain nombre de ses lieutenants comme Benkirane et Ramid, est porteur d'une vision plutôt avant-gardiste du statut et de la place de la femme dans la société. Dr El Khatib est par exemple favorable à un partage égalitaire de l'héritage entre l'homme et la femme. En tout cas, le PJD dont nombre de ses figures font partie du MUR est amené à clarifier ses positions sur le dossier de la femme à travers un débat où chacun doit choisir son camp sans faux-fuyants. “Depuis le 16 mai, le PJD voit des ennemis partout. Si ce n'est pas de la paranoïa cela y ressemble beaucoup“, explique une militante de gauche.
De son côté, “ Le Printemps d'égalité“, qui regroupe un collectif d'associations féminines se réclamant du courant moderniste, avait adressé il y a quelques jours un mémorandum à S.M le Roi Mohammed VI. Dans ce document, les signataires demandent au Souverain d'intervenir de manière volontariste pour trancher dans le sens d'une vision moderne et démocratique conformément aux orientations Royales aux membres de la commission au moment de la nomination à sa tête de M'Hamed Boucetta en janvier dernier.
En clair, Le Printemps d'égalité, qui soupçonne Me Boucetta de s'aligner sur les idées du courant conservateur, craint que ses revendications ne soient pas prises en compte. M'Hamed Boucetta, qui fait l'objet de pressions de toutes parts, saura-t-il maintenir le cap et mener la réforme à bon port ?
À travers cette réforme capitale, ce sont deux visions qui s'affrontent. Deux Maroc qui s'opposent. Certes, il faut rendre justice à la femme en lui donnant ses droits, mais il ne faut pas non plus que la Moudawana divise la société marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.