Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    La Sûreté nationale célèbre son 65e anniversaire    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Heure légale: retour à GMT+1 le dimanche 16 mai à 02H00    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes et les travailleuses de la santé affectées par l'urgence sanitaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 04 - 2020

Le Covid-19 a un impact réel sur la partie la plus fragile de la population, notamment les femmes et les filles. Selon la dernière publication de l'ONU Femmes, «l'impact inégal de l'épidémie sur les femmes et les filles et leur rôle essentiel dans la réponse au Covid-19 exigent une réponse coordonnée qui tienne compte des dimensions sexospécifiques de l'épidémie afin d'enrayer son flux et de protéger la santé, les moyens de subsistance et la sécurité des femmes», ajoutant qu'en particulier, la réponse doit prêter attention à la situation des femmes et des filles, y compris celles qui sont confrontées à des formes multiples de vulnérabilités et discriminations, afin d'assurer leur accès aux services et la protection de leurs droits et de leur personne pour qu'elles soient également à même de jouer leur rôle dans la lutte contre la maladie. Dans sa publication l'ONU Femmes évoque la contribution des femmes à la réponse au Covid-19, les conséquences du virus sur l'accès des femmes aux ressources et opportunités économiques, des risques accrus de prévalence des violences contre les femmes et les filles, et l'accès réduit aux soins de santé maternelle et reproductive.
Les femmes représentent 57% du personnel médical au Maroc
Selon ledit document les femmes représentent 57% du personnel médical au Maroc, 66% du personnel paramédical et 64% des fonctionnaires du secteur social. «Lorsque les systèmes de santé sont surchargés, la charge des soins à domicile est plus importante et retombe en grande partie sur les femmes, qui consacrent en moyenne sept fois plus de temps au travail domestique que les hommes (contre trois fois plus seulement au niveau mondial)», précise la même source.
Accès des femmes aux ressources et opportunités économiques
L'ONU Femmes explique que le virus mène l'économie mondiale vers une grave récession mondiale. Ainsi, dans la seule région arabe, la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie occidentale (ESCWA) estime que le Covid-19 entraînera une baisse du PIB de US$42 milliards et la perte de 1,7 million d'emplois en 2020. «Les femmes, étant en grande partie en dehors de la population active, et assumant les tâches domestiques, les soins ou encore le suivi de la scolarisation des enfants à domicile, seront probablement touchés de manière disproportionnée par des pertes d'emploi. Il en résultera une baisse prolongée de la présence des femmes dans l'économie rémunérée au niveau mondial», indique le document soulignant que ces conséquences seront d'autant plus dramatiques alors que les femmes ont de moins en moins accès à l'activité depuis quelques années. Au Maroc la participation des femmes à la vie économique est de 22% en 2018 contre 48% de moyenne mondiale dont 10% d'entrepreneuriat féminin. La précarité économique des femmes est également accentuée par leur surreprésentation parmi la population au chômage, notamment pour les plus diplômées (33% de chômage chez les femmes contre 18% chez les hommes). Le document explique que «les perturbations, y compris les restrictions de mouvement, peuvent empêcher les femmes de gagner leur vie et de satisfaire les besoins fondamentaux de leur famille, comme il a été constaté lors de la crise Ebola», indiquant qu'à titre d'exemple, les employées de maison, dont la situation est toujours irrégulière pour une grande partie d'entre elles malgré les dispositions de la loi 19.12 sur le travail domestique, ou les employées des petits commerces comme les cafés, hammams ou instituts de beauté, voient leur source de revenus se tarir soudainement, et ce sans pouvoir bénéficier de protection sociale. Dans le même sens, les femmes se voient en surcharge des responsabilités domestiques et familiales en temps de pandémie et de quarantaine, notamment avec la fermeture des écoles et la présence des enfants à la maison dont il faut s'occuper et garantir l'éducation. Tout cela a des conséquences sur le maintien en emploi des femmes.
Violences contre les femmes et les filles
L'isolement social et le confinement aggraveront les conditions de vie des personnes qui vivent déjà dans des situations de violence domestique. Selon l'ONU Femmes, les soins et services essentiels aux survivantes de violence (dont la prise en charge clinique du viol et le soutien en matière de santé mentale et psychosociale) peuvent être perturbés dans les cellules d'accueil et de prise en charge médicale et judiciaire lorsque les prestataires de services de santé et forces de l'ordre sont mobilisés et préoccupés par la gestion des cas de Covid-19 et tenant compte des restrictions des déplacements. De premières données en provenance de Chine suggèrent que l'épidémie de Covid-19 a eu un impact significatif sur les taux de violence domestique, multipliant par trois le nombre de cas signalés à la police locale en février 2020 par rapport à la même période l'année précédente», précise l'ONU Femmes dans son document expliquant qu'au Maroc, les premiers résultats du Haut-Commissariat au Plan de l'enquête nationale conduite en 2019 ont dévoilé que, par espace de vie, le contexte domestique, qui englobe le contexte conjugal et familial, y compris la belle-famille, demeure le plus marqué par la violence. «En effet, le taux de prévalence des violences domestiques au Maroc est de 52%, soit 6,1 millions de femmes, et enregistre même une augmentation de 1 point par rapport à l'enquête menée en 2009», rappelle la même source.
L'accès réduit aux soins de santé maternelle et reproductive
Pour l'ONU Femmes, il est important de prêter attention aux services essentiels, notamment les soins de santé pré et postnatals et les contraceptifs, et maintenir un accès aux services de santé sexuelle et génésique. «En temps de crise sanitaire, la surcharge des services de santé a un impact sur les ressources des services et exacerbe le manque d'accès aux services de santé sexuelle et reproductive», relève la même source. Ainsi, tout au long de la crise Ebola, l'indisponibilité de services essentiels a notamment entraîné une augmentation des taux de mortalité maternelle. «Cela souligne l'importance de services de santé maternelle durables pour éviter une résurgence des décès liés à la naissance et d'un accès égal pour les femmes au développement et à l'utilisation de tous les produits médicaux, y compris les vaccins, une fois qu'ils ont été produits», précise-t-on indiquant que bien que les services essentiels de base soient maintenus, la gestion de l'urgence met les différents services au défi de fournir un soutien continu et pertinent aux femmes et aux filles victimes de violence durant la crise sanitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.