Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger en état d'alerte
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 07 - 2020

Reconfinement partiel mais des mesures préventives sur toute la ville
Entre reconfinement et déconfinement, Tanger a défrayé la chronique ces dernières 24 heures. Depuis dimanche soir, les regards sont tournés vers la ville du détroit où ont apparu des foyers de contamination à la Covid-19 poussant les autorités à prendre des décisions plus radicales. Le ministère de l'intérieur a annoncé la mise en quarantaine d'un bon nombre de quartiers tangérois. Une décision qui a été étendue sur l'ensemble de la ville dans la matinée du lundi puis assouplie quelques heures après. A l'heure où nous mettions sous presse, quelques quartiers à risque de Tanger sont confinés au moment où l'activité commerciale suit son cours normal dans le reste de la ville avec ouverture de commerces et cafés jusqu'à minuit.
Des barrières en métal et en béton dressées à l'entrée des quartiers cibles
Un vent de panique souffle sur les quatre coins de Tanger. Alors que les Tangérois vivaient au rythme de leur ville balnéaire en ce début d'été, les autorités locales viennent de décréter un état d'alerte sur quelques zones du territoire urbain. Depuis dimanche soir et avec l'apparition de cette nouvelle vague de contaminations, les agents de police sont omniprésents sur l'ensemble des rues de la métropole pour pouvoir y maintenir la situation sous contrôle.
Les autorités ont recommandé dans un premier temps aux habitants des quartiers cibles où sont découverts ces foyers de contamination de rester chez eux et de ne sortir qu'en cas de nécessité extrême. Parmi lesquels, figurent ceux considérés comme les plus surpeuplés tels que Boukhaf, Mesnana, Béni Makada et Mghougha. Ils ont été tous fermés par des barrières en métal et en béton pour pouvoir limiter la circulation des personnes et automobiles. Par ailleurs et depuis l'allègement des mesures de confinement sanitaire, Tanger garde son classement dans la zone II en raison de son niveau élevé de contamination au coronavirus. Comme partout au Maroc, les autorités locales ont poursuivi le renforcement du contrôle pour l'application des mesures sanitaires et de précaution afin de permettre à la ville d'accéder à la zone I dans ce classement.
Relâchement
Les responsables attribuent cette situation au manque du respect aux règles sanitaires en vigueur (port de masque, distanciation physique,...) en cette période exceptionnelle. Surtout que la police a souvent surpris des gens en train de nager sur les plages défiant la réglementation portant sur la fermeture des différents lieux de baignade au public. Cette situation serait également due aux rassemblements et à l'esprit de fête que certains habitants ont voulu garder en début d'été, malgré cette période difficile que traverse le Maroc en particulier et le monde en général. Les clusters de contamination sont apparus dans des quartiers connus par la sur-occupation des logements et la promiscuité entre les habitants. Ce qui permet de favoriser la contamination entre eux avec le risque de l'étendre sur l'ensemble du territoire. Sans oublier que «d'aucuns ont continué de minimiser l'ampleur de la pandémie. Ils sortent de chez eux sans masque de protection et sans respect des mesures barrières et de distanciation physique. Ils sont maintenant sous le choc avec la complication de la situation dans leur quartier. «Pourvu qu'il n'y ait pas de morts à déplorer et que les gens retiennent la leçon de ce qu'il leur arrive», affirme un habitant de Hay Benkirane, l'un des quartiers les plus touchés par cette vague de contaminations et conseiller à l'arrondissement de Mghogha.
Retour au confinement partiel
Au lendemain de l'annonce de ces clusters, Tanger retourne au confinement partiel avec la perte de son rythme progressif de ses activités dans plusieurs institutions et lieux publics, telles que les gares routière et ferroviaire, qui reprennent la suspension de leurs services du trafic interurbain pour éviter l'accélération de la pandémie dans d'autres villes. Cette nouvelle situation est un coup dur pour les secteurs clés de l'économie à leur tête le tourisme, dont les professionnels mettaient le paquet sur la réouverture des plages grâce à une amélioration très attendue du classement de la ville balnéaire par son passage à la zone I parmi d'autres destinations touristiques. Surtout que l'arrivée des touristes, en particulier les Marocains, dépend de l'allègement de ces mesures, qui demeure tributaire de l'évolution de la situation épidémiologique sur le territoire urbain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.